Paris s'inquiète des nouveaux usages des logements AirBnb

Paris s'inquiète des nouveaux usages des logements AirBnb

L'adjoint en charge du Logement à la maire de Paris, Ian Brossat, s'inquiète de la recrudescence d'"activités illégales", dans des logements réservés à la location touristique via AirBnb.



"Certains loueurs, faute de touristes sans doute, semblent se tourner vers des activités illégales", interpelle l'élu parisien dans un courrier adressé au ministre du Logement Julien Denormandie. Il y a une "diversification alarmante du profil des personnes et des activités hébergées", rapporte Ian Brossat, qui assure que "les signalements ne cessent d'affluer".

 

Dans sa lettre, l'élu s'inquiète également de "la multiplication des annonces de meublés touristiques de moyenne durée proposant un bail mobilité", réservés en vertu de la loi Elan aux personnes "en formation professionnelle, études supérieures, contrat d'apprentissage, stage", entre autres.

 

Outre le fait que le locataire ne répond pas nécessairement aux critères, M. Brossat craint que l'encadrement des loyers ne soit pas respecté. "On a par exemple eu le cas d'une chambre de bonne de 10 m2, louée à 1.000 euros ! Ce qui fait 100 euros du mètre carré contre 30 euros" normalement, s'insurge M. Brossat.

 

Soustraction de 30 000 logements à la location dans la capitale

 

Alors que le logement représente une problématique majeure dans une capitale dense où le prix de l'immobilier au mètre carré a dépassé les 10.000 euros à l'achat, Ian Brossat poursuit sa lutte contre AirBnb, accusé de soustraire "30.000 logements" en moyenne à la location dans la capitale.

 

Ainsi, l'actuel adjoint au Logement estime qu'une des pistes à l'avenir serait pour la future Foncière, annoncée par Anne Hidalgo lors de la campagne des municipales, d'acheter certains de ces logements aujourd'hui consacrés à faire de la location via AirBnb.

 

"Il y a des propriétaires qui louaient leur bien sur AirBnb pour avoir des revenus qui permettent de rembourser les prêts, mais là, ils vont avoir des lacunes" compte tenu de la chute du nombre de touristes, et par ricochet, du manque à gagner financier, relève l'élu communiste.



Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.

 

 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Covid-19 : les entreprises du BTP doivent-elles poursuivre leur activité malgré l'épidémie ? (1345 votants)
Oui
Non
 

Boutique

Les vérandas