Eric Lamaire, constructeur : « Les artisans sont notre véritable richesse »

Eric Lamaire, constructeur : « Les artisans sont notre véritable richesse »

Le président de LCA-FFB Hauts-de-France a dû réorganiser l’activité de son entreprise pour maintenir les liens avec ses entreprises partenaires et ses clients.



Son objectif : capitaliser sur la dynamique enclenchée depuis 18 mois par ses structures pour reconstruire mieux et plus efficacement au lendemain du confinement. Car pour ce constructeur de maisons individuelles et président de la égion Hauts de France chez LCA-FFB,  le coup d’arrêt de l’activité a été très brutal comme pour l’ensemble de ses confrères.

 

« Nous avions 250 chantiers actifs avant le Covid et tout s’est arrêté du jour au lendemain dans le strict respect des exigences de confinement imposées par les pouvoirs publics » relève Eric Lamaire.

 

Le professionnel dirige l’activité Maison individuelle du Groupe Procivis* Nord qui regroupe les marques Maisons d’en Flandre, Maisons d’en France Nord-Pas-de-Calais et ECC dans les départements du Nord et du Pas de Calais ainsi que la marque Maisons d’en France Haute Normandie en Seine Maritime et dans l’Eure. L’activité représente un chiffre d’affaires annuel proche de 50 millions d’euros et un encours de 600 clients.

 

« Nous sommes sur un segment moyen nommé Premium (moyenne - haut de gamme) » précise le Directeur. « Cela sous-entend que nous construisons dans une très large gamme : de 100 000€ TTC à plus de 300 000 € TTC. Depuis 18 mois, notre activité commerciale était bien supérieure aux tendances du marché régional » ajoute-t-il.

 

L’enjeu de sobriété foncière au cœur des préoccupations des constructeurs

 

Le Covid-19 n’efface pas tout et l’enjeu de la sobriété foncière demeure au cœur des préoccupations des constructeurs conscients de l’objectif du gouvernement et des grandes métropoles en lutte contre l’étalement urbain et les constructions diffuses. « Nos réflexions s’orientent vers la reconquête des territoires urbains et péri-urbains » souligne Eric Lamaire.

 

Aujourd’hui, et après la crise du Covid-19, le constructeur se dit dans une phase d’attentisme, en raison de la difficulté à mesurer les impacts de la crise sanitaire et économique. « La crise a d’abord frappé nos organisations pour la protection de nos collaborateurs et de leurs proches ».

 

Le fort ralentissement de nos chantiers est donc la conséquence naturelle de ces mesures de protection, estime le constructeur. Mais rien ne s’est vraiment arrêté, selon ce dernier.

 

En effet, après le gros coup de frein de la première semaine de confinement, certains chantiers ont pu redémarrer chez Procivis Nord. « En réalité, deux semaines après le coût d’arrêt brutal, entre 15 et 20 % de nos chantiers demeuraient actifs, poursuit Eric Lamaire.

 

 

L'activité maisons individuelles de Procivis Nord représente un chiffre d’affaires annuel proche de 50 millions d’euros et un encours de 600 clients.

 

Soutenir les sous-traitants et leurs trésoreries

 

« Organisés principalement en deux pôles, le pôle commercial et le pôle technique (incluant la conduite de travaux et les bureaux d’études), nous étions déjà engagés dans la digitalisation, avec des plateformes d’échanges et de travail, pour gérer la production en mode nomade, avec un certain nombre d’outils dédiés » explique Eric Lamaire qui poursuit : « Nous pouvions donc assurer une partie de nos missions à distance et dans la sérénité »

 

Concernant la production pure, les équipes ont dû s’adapter pour tenir compte des risques sanitaires et des recommandations du guide de l’OPPBTP éditées début avril.

 

« La production ne s’est jamais totalement arrêtée et nous avons entretenu le lien entre nos clients, les entreprises et les artisans. Les artisans constituent une véritable richesse qu’il était important de préserver en étant les plus justes et réactifs dans la préservation de leurs trésoreries » poursuit le Directeur qui précise pour l’exemple que ses sous-traitants maçons sont payés sous 8 jours. « Ceux qui nous suivent sont accompagnés, y compris dans cette période délicate ».

 

Peu de coactivité sur les constructions de maisons individuelles

 

Avec ses partenaires en contrats de sous-traitance, le directeur de l’activité Maison individuelle de Procivis Nord indique avoir la capacité de gérer la construction de 300 logements. « Bien sûr, nos entreprises sont inquiètes, mais le niveau de production peut vite remonter si la chaîne de production se remet rapidement en ordre de marche » indique Eric lamaire qui constate que l’ensemble des acteurs professionnels souhaite renouer avec l’activité. « Nous devons accompagner nos partenaires et vérifier qu’ils ont pris la mesure des problématiques sanitaires ».

 

Avantage de la construction d’une maison individuelle : elle ne génère pas ou très peu de co-activité sur les chantiers, les taches se succédant l’une après l’autre. « Et nous réalisons les opérations de contrôle sur place en marge des phases d’exécution » précise le Directeur. Une caractéristique qui simplifie notablement la gestion sanitaire de nos chantiers.

 

L’un des enjeux majeurs pour le constructeur est de renouer rapidement avec la commercialisation de nouvelles maisons. « Très peu de clients abandonnent leurs projets de construction car nos commerciaux ont la capacité de garder un lien de proximité fort avec leurs prospects » souligne le Directeur.  Les outils numériques à leur disposition permettent de travailler à distance et même de proposer à leurs clients des choix de matériaux qu’ils peuvent valider facilement, par exemple.

 

 

"La RE 2020 porte nos ambitions de responsabilité au-devant des questions environnementales. Et à titre personnel, je ne souhaite pas qu’elle soit repoussée trop longtemps " indique Eric Lamaire, directeur de l'activité maisons individuelles de Procivis Nord et président de région chez LCA-FFB.

 

Le digital, un outil essentiel de travail désormais

 

« Cela nous conforte dans les projets de développements digitaux que nous avions lancés en ce sens. Les clients sont prêts à l’accepter et à faire des choix, sans la présence physique d’un responsable commercial » selon Eric Lamaire.

 

Un objectif qui n’était cependant pas gagné d’avance, selon le directeur, qui estime que l’absence de proximité aurait pu être un frein à la vente. Une enquête réalisée en 2019 dans le réseau des constructeurs avait en effet conclu que le choix d’un constructeur de maisons individuelles était basé sur un certain nombre de critères, dont celui de la proximité.

 

« Le commercial entre littéralement dans la vie de nos prospects pour bien comprendre leurs besoins, parfois même non exprimés. L’emploi seul d’outils digitaux ne s’imagine pas (encore) mais il sera sans nul doute bien plus présent demain dans la relation client à l’issue de cet épisode Covid. »

 

En attendant le constructeur estime qu’il enregistrera a minima deux mois d’une production fortement ralentie, qui pèseront forcément sur les comptes de résultats de l’entreprise. Il espère surtout que les partenaires industriels et négociants pourront poursuivre leurs activités tout en évitant le black-out habituel du mois d’août. « Cela pourrait créer un effet d’amortisseur pour les clients et les entreprises », reprend le directeur, « en évitant d’allonger les délais de réception ».

 

Une nécessité : réenclencher la dynamique commerciale

 

Autre questionnement du constructeur : comment réenclencher une dynamique commerciale en rapport avec les objectifs et ambitions de ses entreprises ?

 

« Il faut 18 mois de délais entre la signature et la réception d’une maison. L’absence d’activité commerciale aura forcément un impact sur l’outil de production et ses ressources. C’est l’emploi chez nos partenaires et dans nos entreprises qui est ici en jeu » s’inquiète Eric Lamaire.

 

Pour autant, le Directeur ne souhaite pas que la future réglementation environnementale RE 2020 -dont l’application était prévue pour 2021- soit repoussée aux Calendes grecques. « La RE 2020 porte nos ambitions de responsabilité au-devant des questions environnementales. C’est aussi une manière de se projeter vers un avenir de challenges, de progrès industriels et de créativité. Et à titre personnel, je ne souhaite pas qu’elle soit repoussée trop longtemps » conclut-il.

 

*Procivis est un réseau national présent sur tous les métiers de l’immobilier l’administration de biens, la promotion immobilière et construction de maisons individuelles). Les filiales immobilières de ce réseau ont la particularité de réinvestir une part de leurs dividendes dans des missions sociales et solidaires.

 

(1) Eric Lamaire est président de la région Hauts de France chez LCA-FFB

 


Source : batirama.com/ Fabienne Leroy

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.

 

 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Covid-19 : les entreprises du BTP doivent-elles poursuivre leur activité malgré l'épidémie ? (1343 votants)
Oui
Non
 

Boutique



Ouvrages en plaques de plâtre avec ou sans isolation