DTU 65.9 - Transport de chaleur / froid et d'ECS entre production et bâtiment

DTU 65.9 - Transport de chaleur / froid et d'ECS entre production et bâtiment

Certaines canalisations doivent être protégées et notamment revêtues, sur toute leur périphérie, d’un calorifuge.

Photo ©MP






Domaine d’application

 

Le DTU 65.9 « Installations de transport de chaleur ou de froid et d’eau chaude sanitaire entre productions de chaleur ou de froid et bâtiments » donne les prescriptions de réalisation des travaux de canalisations pour le transport de chaleur ou de froid et d’eau chaude sanitaire.

Il s’applique aux :

  • ouvrages réalisés dans toutes les zones climatiques ou naturelles françaises, y compris en climat tropical humide ;
  • canalisations placées :
    • dans le sol (en caniveaux ou en gaines métalliques étanches sur certains tronçons de longueur maximale de 30 m, sans piquage ni point singulier) ;
    • en élévation à l’air libre ;
    • en galerie technique.

 

La version en vigueur de ce DTU, à la publication de cette fiche, est celle de mai 1993, amendée en octobre 2000.

 

Matériaux visés

 

Les exigences que doivent respecter les matériaux et produits nécessaires aux installations de transport de chaleur ou de froid et d’eau chaude sanitaire entre productions de chaleur ou de froid et bâtiments (caniveaux, canalisations, accessoires, calorifuge, etc.) sont données dans le chapitre 4 « Matériaux » de la partie 1 du DTU 65.9.

 

Mise en œuvre : l’essentiel

 

Règles d’établissement des réseaux

Les canalisations doivent être mises en œuvre selon les règles de l’art en vigueur les concernant. Le voisinage d’autres réseaux et d’ouvrages existants doit respecter les prescriptions réglementaires en vigueur.

 

Dans le cas de réseaux enterrés, les canalisations sont posées dans des caniveaux maçonnés, sauf exception justifiée, qui pénètrent dans le bâtiment. Ces derniers, calculés pour résister mécaniquement aux contraintes auxquelles ils sont soumis, sont constitués d’un radier et de deux parois verticales solidaires, le tout en béton (conforme au DTU 21) et recouvert de dalles préfabriquées en béton armé. Les dimensions minimales intérieures sont définies lors de la conception de l’ouvrage. Le fond du caniveau doit avoir une pente longitudinale minimale de 2 mm/m vers des points bas et être continue, à moins que des systèmes d’évacuation gravitaire ou par relevage soient mis en place. Des chambres maçonnées, liées au caniveau, doivent être mises en œuvre et accessibles afin de pouvoir atteindre les accessoires de canalisations, en cas de besoin pour maintenance ou démontage. Une bonne mise en œuvre de l’ouvrage résidera en la bonne succession d’organes de dilatation (coudes, baïonnettes, etc. ou appareils tels compensateurs axiaux ou articulés), de points fixes et de guidage.

 

Les réseaux de canalisations placées en élévation à l’air libre doivent être, pour les tronçons exposés aux intempéries, fixés par des supports sous les canalisations. En cas de canalisations suspendues, la pénétration de l’eau dans le calorifuge, ainsi que la corrosion des canalisations qui pourrait en résulter, doit être prise en compte.

 

Les canalisations mises en œuvre en galerie technique

peuvent être supportées ou suspendues.

 

Réalisation des caniveaux

 

Une fois les fouilles exécutées et sécurisées, les caniveaux sont mis en œuvre. La surface du radier, lisse, doit permettre le bon écoulement des eaux d’infiltration éventuelle et des charges entraînées. En cas de parois verticales préfabriquées, les éléments utilisés devront être posés sur un radier en béton armé. C’est sur ces dernières que les supports transversaux des canalisations devront être scellés, après réglage de niveau.

 

Les canalisations sont ensuite assemblées par soudage sans raccord démontable, sauf exceptions, en respectant les prescriptions réglementaires relatives aux fluides qu’elles doivent transporter à termes.

 

Avant calorifugeage et fermeture du caniveau, les canalisations doivent subir des tests d’étanchéité à l’eau froide.

 

Une fois les résultats conformes, les canalisations concernées doivent recevoir, sur toute leur périphérie, un calorifuge qui doit être ensuite protégé extérieurement.

 

Ensuite, les caniveaux doivent être désencombrés. Un cordon de matériau plastique doit être disposé sur la face supérieure des parois verticales afin de recevoir les dalles de couverture.

 

Enfin, le remblaiement peut avoir lieu en disposant le matériau de remblai, par couches compactées, de chaque côté du caniveau puis sur la dalle de couverture jusqu’à la hauteur précisée dans les Documents Particuliers du Marché.

 

Avant mise en service, les dernières opérations ci-dessous doivent être réalisées :

 

  • nettoyage et rinçage, à l’eau, de l’installation complète (jusqu’aux pots de décantation et filtres) ;
  • mise en eau et purge d’air ;
  • vérification de chaque élément de la robinetterie.

 

N.B. : Cette fiche rapporte l’essentiel du DTU 65.9. Elle ne se substitue en aucun cas à ce document normatif. Pour tout complément souhaité sur ce type de mise en œuvre, consultez le NF DTU disponible auprès de l’AFNOR ou du CSTB.


Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.

 

 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (63 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique



Techniques et pratique de la chaux