Avenir fluide pour l'entreprise Matos

Avenir fluide pour l'entreprise Matos

Avec l’arrivée d’un cadre dirigeant au profil commercial, l’entreprise Matos s’ouvre de nouveaux horizons sur le marché de la chape fluide. Avenir prometteur pour cette PME familiale de Seine-et-Marne.





 

Le dénominateur commun entre ces deux hommes s’appelle Sonia. Fille d’Antonio Matos et épouse de Christophe Thiriet, la jeune femme jour un rôle clé dans la société familiale : elle gère la relation clients, les questions financières et juridiques.

 

C’est pour préparer sa succession qu’Antonio Matos, artisan maçon installé dans un petit village situé en forêt de Fontainebleau (77), a transformé son entreprise individuelle en une sarl en 1998. « A l’époque, je voulais aussi protéger mon patrimoine et j’envisageais de développer progressivement l’entreprise, explique t-il.

 

Aujourd’hui la sarl Matos compte 19 salariés. Localement, elle bénéficie d’une excellente réputation et ne travaille qu’avec une clientèle de particulier : travaux de maçonnerie, d’aménagement extérieur (voir encadré), à 70% en rénovation.

 

Une première maison BBC

 

« Nous réalisons aussi quelques maisons neuves en groupement d’artisans avec notamment un plombier-chauffagiste et un électricien. Cela nous permet de prendre quelques marchés locaux aux promoteurs… »

 

Localement, l’entreprise bénéficie d’une excellente réputation. La publicité se fait par le bouche-à-oreille et l’activité ne manque pas !  En projet, la construction d’une première maison BBC en partenariat avec un maître d’œuvre aguerri

 

Si le test est concluant quelques projets de petits collectifs sont d’ores et déjà dans les tuyaux. Dans ce secteur prisé du sud de la Seine-et-Marne, la demande de logements ne faiblit pas.

 

Diversification

 

Depuis 2010 et l’arrivée de Christophe Thiriet, l’entreprise prend un nouvel essor. Ancien directeur commercial du réseau de distribution de matériaux de construction UMHS (13 points de vente ), le cadre supérieur développe le marché de la chape fluide, principalement avec l’industriel Lafarge.

 

Applicateur agréé LeSystème Sols, Matos peut déjà s’enorgueillir de quelques beaux chantiers comme le nouveau hall Aéroport de Paris àRoissy (26 000 m2), l’extension de l’Hôpital Saint Anne à Paris (9000 m2) ou encore un immeuble de logements collectifs à Nanterre (16 000 m2).

 

« Je passe beaucoup de temps en prospection, précise Christophe. Le chiffre d’affaires a triplé en un an sur cette seule activité, c’est dire le potentiel. » L’expérience commerciale et le carnet d’adresses de Christophe sont autant d’atouts pour aider l’entreprise à prendre des parts sur ce marché en plein essor

 

Pour le seconder, il vient de recruter un cadre commercial, au profil marketing, et bénéficiant d'une expertise technique en matière de chape fluide.

 

Source : batirama.com / Céline Jappé

 

 

Encadré

 

Un show room Artevia en projet

Installée àBois-le-Roi (77), l’entreprise Matos envisage d’ouvrir un show-room Artevia (la gamme de bétons décoratifs, signée Lafarge, ndlr) dans ses locaux. La place ne manque pas et la clientèle locale s’y prête dans ce secteur privilégié, ultra résidentiel.

 

« Nous pensons pouvoir développer ce marché en offrant à nos clients la possibilité de toucher la matière et de voir quelques exemples de réalisations, confie Christophe. Pour se familiariser avec les produits, il a lui-même suivi un stage de 2 jours chez l’industriel avec un des salariés de l‘entreprise.

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits



Dernière revue

BTR N° 498 - Aout / Septembre 2021

   

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (890 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique

Les volets roulants