Man, spécialiste des grands utilitaires affiche ses ambitions

Man, spécialiste des grands utilitaires affiche ses ambitions

La marque Man a été rachetée par le groupe Volkswagen en 2013. Elle a intégré la division poids-lourds Traton qui comprend aussi Scania... et progresse fortement sur le segment des grandes utilitaires



« Nous aimerions vendre plus de 2 500 VUL cette année en France »

 

Paul de Saxcé, Directeur Véhicules Utilitaires MAN France dévoile les ambitions de sa marque qui aimerait commercialiser plus de 2500 VUL cette année en France.

 

Batirama 

:

Peut-on faire un point concernant la place de MAN en France en matière de VUL ?

 

Paul de Saxcé

: historiquement, MAN est un spécialiste des camions et des bus. Notre fourgon TGE, étroitement dérivé du VW Crafter, est sorti en 2017. Il nous a permis de revenir sur le segment des grands VUL.

 

Nos 100 points services en France ont vendu 250 modèles en 2017, puis 1000 en 2018. L’an passé nous avons atteint 2000 ventes et nous en attendons au moins 2500 cette année. En vitesse de croisière nous aimerions tourner autour de 5000 exemplaires. 

 

Comment vous placez-vous face au Crafter de VW ?

 

Nous avons à peu près le même modèle, avec la même gamme et une politique de prix très comparable. En revanche commercialement parlant, nous sommes clairement des concurrents. C’est donc le réseau qui est appelé à faire la différence.

 

Nous sommes typés professionnels quand VW traite aussi le client VP. C’est un peu le même cas de figure, qu’entre Renault et Renault Trucks. On constate que l’acheteur de TGE est déjà souvent possesseurs d’un de nos camions. Il est attaché aux services que nous lui proposons.

 

A Bordeaux, nous testons l’ouverture en nocturne jusqu’à minuit. Si cela fonctionne nous l’étendrons au reste du réseau. Nous sommes aussi ouverts le samedi matin. Nous disposons aussi d’offres de garanties étendues. Le véhicule est un outil de travail pour nos clients. En cas de panne, nous devons tout faire pour le remettre en route dans les plus brefs délais.

 

Comment gérez-vous les demandes spécifiques ?

 

 Nous sommes habitués à répondre aux demandes de nos clients en matière de carrosseries spéciales pour camions. Nous sommes de même, capables de traiter toute demande de carrossage (plateau, benne…) pour un TGE. Nos équipes après-vente sont adaptées pour accueillir des camions ou des bus. Nos concessions sont également dimensionnées pour intervenir sur les utilitaires carrossés.

 

Quel accueil pour le e-TGE électrique ?

 

PDS : nos équipes commerciales et techniques ont reçu une “formation e-TGE”. Nous sommes à un tournant. Avant, on achetait un VE pour des questions d’images. Aujourd’hui, c’est un achat raisonné et raisonnable. Notre modèle est conçu dès l’origine pour l’électricité et est fabriqué chez VW. Il ne s’agit pas d’une électrification incertaine exécutée par un prestataire.

 

Nous en avons écoulé une quinzaine l’an passé. En début d’année, le véhicule a bénéficié d’une importante baisse de prix. Il est passé de 69 000 à 53 990 euros. A cela, il faut encore ôter 3 000 euros de bonus et 5 000 euros d’aides dans certaines régions comme à Lyon. A termes, l’objectif c’est que son coût de revient soit identique au thermique.



Source : batirama.com / Nicolas Dembreville

Articles qui devraient vous intéresser

1 Commentaire


- -
  • par Vincent
  • 0
  • 0

Bonjour j'ai un tge benne avec un problème d'embrayage, après expertise man France me répond qu'il ne peuve rien faire, je trouve la réponse un peu légère, c'est dommage c'est un très bon véhicule mais pas fait pour travailler

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.

 

 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Covid-19 : les entreprises du BTP doivent-elles poursuivre leur activité malgré l'épidémie ? (686 votants)
Oui
Non
 

Boutique



Installation d'assainissement autonome - NF DTU 64.1