Pourquoi les Youtubers artisans du bâtiment sont présents sur les salons…

Pourquoi les Youtubers artisans du bâtiment sont présents sur les salons…

Qui sont ces nouveaux youtubers artisans invités par des industriels exposant à Batimat ? Découverte d’un phénomène récent qui interroge les marques.



Légende photo : Invités par Primavera Communication à la demande d'un industriel (Griffon ici) sur le salon Batimat, les youtubers qui se connaissent tous posent ensemble pour la photo !

 

Ils sont plombiers- chauffagistes, carreleurs, maçons, plâtriers ou menuisiers… et font partie de la famille des artisans solos. Et ils l’avouent, ils se trouvent parfois souvent seuls sur leurs chantiers et ont donc voulu partager leurs journées d’artisans sur les réseaux sociaux.

 

Un phénomène qui s’est surtout développé depuis deux ans même si certains postent des vidéos depuis plus longtemps. Ce qui a donné naissance à une nouvelle génération d’artisans Youtubers, autant passionnés de leurs métiers que des nouveaux médias et de ses possibilités …magiques ! Mais la « magie » n’opère jamais sans un intense travail et un engagement quotidien très fort… Rencontre avec certains d’entre eux.

 

C’est ainsi que Laurent Jacquet, né en 1980, artisan généraliste, spécialiste des projets en rénovation clé en main, notamment les salles de bains, s’est lancé dans l’aventure il y a 5 ans. Il affiche aujourd’hui 160 000 abonnés sur sa chaine LJVS (Laurent Jacquet Vidéo show) sur Youtube, et 210 000 sur l’ensemble des supports et réseaux sociaux.

 

Radio Bichon : par et pour les artisans

 

Depuis un an et demi, il s’est même lancé dans la radio en créant Radio Bichon dont le logo représente un petit chien de la même race. Le nom vient également du terme « bichonner les clients » dans son métier d’artisan, indique notre joyeux drille. De là, est né par la suite BichonTV dont l’objectif est de créer du « contenu » avec des reportages chantiers.

 

Quant à la radio, Laurent s’est entouré d’une équipe de deux personnes dédiées qui organisent des débats (de fréquence aléatoire) pendant certains événements dont Batimat ou sur invitation de certaines marques.

 

« Notre but est d’informer les gens de façon facile et ludique et donner la parole à tout le monde. Nous voulons surtout valoriser l’artisanat et montrer que l’on a de beaux métiers passionnants » indique l’artisan à la gouaille joyeuse.

 

 

Ici, sur le stand Geberit au Mondial du Batiment, le ton de l'émission de Radio Bichon est décontracté dans une ambiance potache. Quelques youtubers artisans, interrogés par Laurent Jacquet au centre, évoquent leurs expériences et animent joyeusement l’émission diffusée en podcast et en direct sur Youtube.

 

Des revenus diversifiés pour les Youtubers

 

Quel est le modèle économique de Laurent Jacquet et sa radio ? « Nous vivons via la monétisation de Youtube et grâce au soutien participatif des abonnés » répond Laurent. Ce dernier a créé une boutique en ligne qui vend des tee-shirt, des polos et des mugs à l’effigie de Radio Bichon.

 

Par ailleurs, un système de liens affiliés, insérés dans les tutos vidéos sur du matériel spécifique, permet de reverser un petit pourcentage de la vente au youtuber… Enfin, il peut organiser certaines prestations rémunérées à la demande des marques.

 

Si Laurent qui a une grande famille (4 filles !) commence à pouvoir vivre de ce nouveau métier, à l’instar du célèbre Taka Yaka (un artisan breton qui a créé sa web TV bricolage dès 2015, voir prochain article), d’autres youtubers rencontrent des succès plus modestes.

 

Des liens forts entre les Youtubers artisans

 

Particularité des nouveaux venus : ils se connaissent tous et s’entraident pour développer leur notoriété collective (ils ont créé leur propre communauté sur Facebook). C’est ainsi qu’on les retrouve ensemble sur certains évènements (tels que les salons comme Batimat), voire sur invitations dans des usines à la demande des marques.

 

Avec un nombre d’abonnés variable entre 20 000 à 40 000 pour certains d’entre eux, leurs revenus mensuels, fournis par le réseau social, varient selon le visionnage des vidéos. En moyenne, Il faut compter de l’ordre de 1 euro pour 1000 vues, « soit entre 300 et 400 euros par mois » précise « Maçons du 47 » qui a créé sa chaine youtube depuis 4 ans et la monétise depuis 2 ans.

 

Agé de 37 ans, « Maçons du 47 » (Nicolas Labanhie, artisan maçon dans le Lot à son compte) travaille dans le domaine de la rénovation et aime dispenser des conseils et des techniques de base « pour que le particulier ne fasse pas n’importe quoi ».

 

« Au départ, on commence avec son portable pour filmer et puis ensuite, on s’équipe d’une Go Pro d’un logiciel de montage et d’un ordinateur adapté… mais il faut faire attention, car on a tous un boulot et une famille à gérer en général… » confie le maçon.

 

 

 

Jérôme Boclé, artisan plâtrier, spécialistre du plâtre et de la chaux, aime prodiguer des conseils de mise en oeuvre dans des tutoriels sur Youtube.

 

Maçon, plâtrier et plombier youtubers

 

De son côté, Jérôme Boclé, artisan breton spécialiste du plâtre et de la chaux, âgé de 35 ans, affiche près de 15 000 abonnés sur Youtube. Il a déjà tourné et publié une vidéo avec « Maçons du 47 » à  la demande d’un fabricant d’enduits.

 

Amoureux des belles restaurations, il est entré dans le métier en apprentissage à l’âge de 14 ans. Formateur au CFA de Fougères, il n’hésite pas à partager son savoir-faire dans des Tutoriels sur le réseau social et aime aider les particuliers à « maîtriser certaines techniques en matière de plâtre ».

 

Citons un autre comparse rencontré sur Batimat, David Juanes, allias DJ Plomberie, plombier dans l’Hérault, qui anime une communauté de 30 000 abonnés sur Youtube. « Au départ, on atteint un premier palier avec 10 vidéos postées, et il ne faut rien en attendre sauf l’envie de partager » indique David. Ce dernier partage ainsi son quotidien sur les chantiers et aime échanger avec ses abonnés. « Plus on en a et plus c’est difficile en termes de temps et d’organisation » reconnaît-il.

 

Il a posté près de 100 vidéos en un an, à raison de 2 vidéos par semaine (il consacre près de 8 h par vidéo entre le tournage et le montage) mais envisage aujourd’hui de repasser à une vidéo par semaine.

 

« On fait ce que l’on veut, si la vidéo me plaît, je la poste avec le montage qui me plaît également » précise David qui gagne entre 400 à 500 euros par mois avec sa nouvelle activité. S’il totalise actuellement un barème moyen de 10 000 vues par vidéo, certaines d’entre-elles ont fait le buzz comme « « comment décoller du PVC » qui a fait 275 000 vues sur internet…

 

 

DJ plomberie, plombier dans l'Hérault, compte déjà 30 000 abonnés sur sa chaine Youtube...


Source : batirama.com/ Fabienne Leroy

Articles qui devraient vous intéresser

1 Commentaire


- -
  • par Ljvs
  • 0
  • 0

Merci beaucoup pour cet article qui résume bien notre engagement. Votre visite sur nos stands et votre écoute a été capitale pour nous qui essayons de faire un peu bouger les choses et nous somme heureux de constater votre engagement sur des valeurs similaires. Nous espérons pouvoir avancer avec vous journalistes de la profession pour qu’ensemble nos beaux métiers soit mieux valorisé. Donc un grand merci d’avoir fait la démarche de venir nous rencontrer. Bien amicalement Laurent jacquet ljvs.

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Le secteur du bâtiment irait mieux depuis quelques mois, qu'en pensez-vous ? (2308 votants)
Oui, la reprise est bien là, les carnets de commandes se remplissent à nouveau
Non, le contexte économique reste très défavorable
Il est trop tôt pour se prononcer
 

Boutique