Cavac fête les 10 ans de son activité isolation végétale chanvre et lin

Cavac fête les 10 ans de son activité isolation végétale chanvre et lin

Cavac Biomatériaux fête ses 10 ans et le succès grandissant de ses isolants biosourcés. Retour sur une filière vertueuse et très locale qui maîtrise sa production de bout en bout. 



En 2007, alors que rares étaient ceux qui pensaient à mettre des matériaux d’origine agricole dans le bâtiment, décider de construire une activité biomatériaux était un pari audacieux.

 

Cavac Biomatériaux est né deux ans plus tard de la volonté des producteurs de la coopérative agricole Cavac implantée en Vendée et Deux-Sèvres. L’idée était de réintroduire le chanvre sur son territoire et de créer une filière pour valoriser cette culture naturellement durable.

 

10 ans et 10 millions d’euros plus tard, après des débuts difficiles, Biofib’ est la marque leader de l’isolation à base de végétal (chanvre, majoritairement, et lin) et vend plus d’un million de m2 d’isolants par an. 

 

 

 Le stockage de la paille de chanvre brute se fait à l’usine et chez les agriculteurs partenaires, qui cultivent dans un rayon de 100 km autour de l’unité industrielle. 

 

Une production zéro déchets 

 

Peu gourmand en eau et ne nécessitant pas de traitement phytosanitaire, le chanvre laisse la terre se reposer. Il pousse rapidement (semé fin avril, récolté en septembre) et est doublement valorisable : la graine pour l’agro-alimentaire et la paille pour diverses applications industrielles.

 

Cavac cultive des variétés choisies pour la grande quantité de paille produite. La paille est récoltée et mise en balles grâce à des machines mises au point par Cavac. Elle est stockée et utilisée au fur et à mesure des besoins.  

 

 

«Les balles de «blanche» sont utilisées pour les isolants, tandis que la paille «rouisse*» est destinée au marché automobile, comme fibre de renfort,» précise Olivier Jadeau, directeur du site. 

 

Dans l’atelier de défibrage 

 

La balle est nettoyée des déchets métalliques et des pierres puis passée au broyeur vertical. Un séparateur trie la fibre (partie externe de la tige) et la chènevotte (intérieur de la tige).  

 

Repassée dans un broyeur puis au séparateur, la fibre est triée en fibre grossière (pour l’industrie papetière) et en fibre fine (pour l’isolation ou l’automobile). Les parties non conformes serviront de paillage de jardin, de litière pour animaux, ou de biomasse énergie sous forme de bûchettes. 

 

 

La chènevotte (55 % du produit brut) est un produit calibré et certifié utilisé dans le béton de chanvre et les enduits. 

 

 

La fibre fine est peignée et aérée dans les chargeuses pour donner une fibre foisonnée (environ 30 % du produit brut). 

 

De la fibre au panneau isolant 

 

Dans l’atelier de seconde transformation, la fibre fine foisonnée est liée avec un liant polyester (10 % du produit final). Après cuisson, l’épaisseur diminue de moitié; le matelas est devenu semi-rigide, homogène et stable. La gamme, de 45 à 200 mm d’épaisseur, permet de répondre à toutes les attentes du marché en isolation. 

 

 

Le nappage de la fibre avec du liant produit un matelas.

 

 

Après cuisson, le matelas est découpé aux dimensions et emballé. Les délignures sont recyclées dans le process. 

 

Une filière d’excellence écologique 

 

La filière chanvre et lin est bien en place sur le territoire Vendée Deux-Sèvres. Plutôt sceptiques il y a 10 ans, les agriculteurs sont désormais demandeurs pour cultiver ces deux plantes.

 

Récompensée par le premier Trophée de la Bioéconomie en 2019, la filière Cavac Biomatériaux ne compte pas s’arrêter en si bon chemin et se donne des moyens pour explorer de nouvelles pistes de débouchés. Des produits innovants viendront probablement ajouter encore à l’intérêt de la culture du chanvre.

 

« La prise de conscience collective de ces dernières années sur l’importance d’employer des matériaux à la fois sains et permettant de préserver nos ressources nous rend très confiants quant à l’avenir de nos produits; les voyants sont au vert », conclut Olivier Joreau, président de Cavac Biomatériaux. 

 

 

Biofib’ Chanvre, Trio (chanvre-lin-coton recyclé) ou Ouate (de cellulose recyclée) : surtout utilisés dans la maison individuelle au départ, les isolants biosourcés Biofib’ progressent sur les marchés collectifs (écoles, lycées, habitat). 

 

*Cette paille est laissée quelque temps sur le sol; le rouissage est un processus de dégradation de la paille par des micro-organismes, qui facilite le défibrage. 

 

Cavac Biomatériaux en chiffres 

 

  • 15 000 T de paille sont défibrées chaque année (dont 2 à 3 000 T de lin), permettant de fabriquer plus d’un million de m2 d’isolants par an. 

 

  • 150 producteurs de la coopérative cultivent 2 000 hectares en chanvre par an. 

 

  • Et 2000 hectares sont cultivés annuellement en lin, également par 150 producteurs. 

 

  • Le site de production occupe 2 500 m2 et la surface de stockage 10 000 m2. 

 

  • Cavac Biomatériaux emploie 45 personnes dont 43 à l’usine, qui est largement automatisée. 

 

  • Ces 5 dernières années, la production d’isolants a triplé. Le chiffre d’affaires de l‘entreprise est de 14 à 15 millions d’euros (entreprise rentable depuis 5 ans). 

 


Source : batirama.com / Emmanuelle Jeanson

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Le secteur du bâtiment irait mieux depuis quelques mois, qu'en pensez-vous ? (2258 votants)
Oui, la reprise est bien là, les carnets de commandes se remplissent à nouveau
Non, le contexte économique reste très défavorable
Il est trop tôt pour se prononcer
 

Boutique

Isolation thermique extérieure par enduit sur isolant PSE

Construction d'une cheminée - NF DTU 24.1& NF DTU 24.2