NF DTU 60.2 – Canalisations en fonte

NF DTU 60.2 – Canalisations en fonte

Inoxydable et solide, les canalisations en fonte sont principalement utilisées en souterrain.

 

Photo ©Saint-Gobain



Domaine d’application

Le NF DTU 60.2 « Canalisations en fonte – Évacuation d’eaux usées, d’eaux vannes et d’eaux pluviales » donne les prescriptions de mise en œuvre d’installations d’évacuation des eaux usées, vannes et pluviales des bâtiments et de leurs annexes :

  • réalisées avec des tuyaux, et leurs raccords, en fonte ;
  • à l’aide de joint en élastomère ;
  • utilisant des éléments :
    • à bords francs de la série UU ;
    • à emboîtements de la série EU.

 

Les installations d’évacuation comprennent :

  • les vidanges ;
  • les chutes ;
  • les collecteurs et leurs ventilations ;
  • les branchements d’assainissement.

 

Le NF DTU 60.2 est applicable dans toutes les zones climatiques ou naturelles de France, y compris en climat tropical humide.

La version en vigueur de ce NF DTU, à la publication de cette fiche, est celle d’octobre 2007.

 

Matériaux visés

Les exigences que doivent respecter les matériaux nécessaires à la mise en œuvre de canalisations en fonte (tuyaux, raccords, assemblages, supports, siphons de sol, mastic, piquages, trappes de visite, etc.) sont données dans la partie 1-2 « Critères généraux de choix des matériaux » du NF DTU 60.2.

 

Mise en œuvre : l’essentiel

Lors de la mise en œuvre d’un système d’évacuation d’eaux en fonte, que ces dernières soient usées, vannes ou pluviales, l’usinage de pièces est formellement interdit à l’exception des situations suivantes :

  • coupes d’éléments spéciaux dotés de zones clairement identifiées et prévues par le fabricant ;
  • découpes et perçages nécessaires pour la mise en place d’un piquage ou d’une trappe de visite ;
  • réalisation des chanfreins sur les coupes à la lime, à la meule ou à l’aide d’un outil spécial ;
  • découpes des opercules dans les tampons de raccordement en élastomère.

Dans ces cas, la fonte mise à nue doit être à nouveau protégée en suivant les prescriptions du fabricant.

 

Les assemblages des éléments constitutifs du réseau d’évacuation peuvent se faire :

  • par joints en élastomères : la propreté du bout mâle, du logement et du joint doit être assurée ;
  • par joint mastic : utilisation exceptionnelle, par exemple en réhabilitation, en suivant les prescriptions du fabricant du mastic ;
  • à l’aide de systèmes spécifiques : en particulier lors d’assemblages entre une canalisation en fonte et un raccord constitué d’un autre matériau.

 

Lors de la conception, les efforts mécaniques dus à la mise en charge accidentelle du réseau doivent être pris en compte en suivant les préconisations du fabricant.

 

Pour la mise en œuvre, plusieurs modes sont possibles :

  • en apparent ou en dissimulé accessible : pour ce type de pose, les systèmes de fixation ou ancrage doivent être compatibles avec la nature de la paroi. Le nombre de supports dépendra du type de parcours des canalisations (horizontal ou vertical), de la longueur de l’élément/du type de raccord et de la situation de l’élément (intérieur ou extérieur du bâtiment) ;
  • en gaine inaccessible ;
  • en encastré ou en enrobé : ce type de pose se trouve lorsqu’une partie du réseau, supérieure à 1 m, est noyée dans le gros œuvre. Dans ce cas, les assemblages sont à réaliser avec des joints en élastomère. L’enrobage doit avoir une épaisseur minimale de 2,5 cm en tous points autour du tuyau ;
  • traversée de plancher ou de mur : ce type de mise en œuvre est rencontré lorsqu’une longueur de canalisation inférieure à 1 m est rendue inaccessible. Aucun joint mastic n’est autorisé dans cette partie ;
  • en enterré : les canalisations dédiées à ce type de mise en œuvre doivent être disposées sur un lit de pose sans fourreau. Aucun raccord ayant des angles supérieurs ou égaux à 88°C n’est autorisé, sauf les coudes à grand rayon. Le remblayage de la fouille est réalisé à l’aide d’éléments fins et homogènes (type terre épierrée, sable, etc.) sur une épaisseur de 20 cm au-dessus des canalisations, suivis de couches successives et damées en tout-venant.

 

Une fois les installations mises en œuvre, des essais de réception doivent être réalisés en suivant les prescriptions du NF DTU 60.1, sous réserve qu’elles soient applicables aux canalisations en fonte.

 

 

N.B. : Cette fiche rapporte l’essentiel du NF DTU 60.2. Elle ne se substitue en aucun cas à ce document normatif. Pour tout complément souhaité sur ce type de mise en œuvre, consultez le NF DTU disponible auprès de l’AFNOR ou du CSTB.


Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Le secteur du bâtiment irait mieux depuis quelques mois, qu'en pensez-vous ? (2170 votants)
Oui, la reprise est bien là, les carnets de commandes se remplissent à nouveau
Non, le contexte économique reste très défavorable
Il est trop tôt pour se prononcer
 

Boutique

La fabrication du bâtiment 2