DTU 40.41 – Couvertures en feuilles et longues feuilles en zinc

DTU 40.41 – Couvertures en feuilles et longues feuilles en zinc

Afin de garantir la pérennité des couvertures mises en œuvre, il est essentiel de respecter les prescriptions techniques spécifiques aux différentes zones climatiques de France.

 

Photo © Rheinzink



Domaine d’application

 

Le DTU 40.41 « Couvertures par éléments métalliques en feuilles et longues feuilles en zinc » donne les prescriptions de :

  • mise en œuvre des couvertures en zinc laminé qui relèvent de la technique de couverture à tasseaux et couvre-joints et de celle de couverture à joint debout ;
  • protection en zinc laminé des parties indépendantes de la couverture ;

sur des structures porteuses conformes aux Règles de l’Art dont elles dépendent.

 

Le DTU 40.41 est applicable :

  • aux couvertures planes ou cintrées ;
  • pour tous les bâtiments :
    • réalisés en France métropolitaine ;
    • d’hygrométrie faible ou moyenne ;
  • aux couvertures en climat de montagne, sous réserve qu’elles soient établies selon la conception de la toiture froide à double ventilation avec étanchéité complémentaire ventilée sur les deux faces.

 

Il ne traite pas :

  • de l’interface des ouvrages en zinc avec des couvertures en autres matériaux ;
  • des ouvrages de chéneaux, gouttières et descentes d’eaux pluviales ;
  • de la ventilation des bâtiments à forte et très forte hygrométrie.

 

La version en vigueur de ce DTU, à la publication de cette fiche, est celle de septembre 2004.

 

Matériaux visés

 

Les exigences que doivent respecter les matériaux nécessaires à la mise en œuvre des couvertures par éléments métalliques en feuilles et longues feuilles en zinc (zinc, accessoires en zinc, pattes de fixation, soudures, supports de couverture, etc.) sont données dans le chapitre 4 « Matériaux » de la partie 1 « cahier des clauses techniques » du DTU 40.41.

 

Mise en œuvre : l’essentiel

 

Préalable

 

Le DTU 40.41 vise deux types de couvertures en zinc :

  • les couvertures en feuilles et longues feuilles à tasseaux et couvre-joints ;
  • les couvertures en longues feuilles à joint debout.

 

Selon le type, plusieurs systèmes de jonctions sont possibles :

  • à agrafure simple ;
  • à double agrafure ;
  • à ressauts ;
  • à agrafure à joint debout (uniquement pour le type de couverture à longues feuilles à joint debout).

 

Avant la mise en œuvre à proprement parler, un certain nombre de précautions est à prendre :

  • vérification dans les documents particuliers du marché (DPM) des souhaits à respecter pour la mise en œuvre, telle la réalisation d’un revêtement d’aspect ou d’une protection par peinture rapportée ;
  • contact avec les autres matériaux :
    • interdiction d’un contact zinc-fer à l’exception des clous de fixation ;
    • interdiction stricte d’un contact zinc-cuivre ;
    • contacts admis : zinc-plomb, zinc-acier inoxydable, zinc-aluminium, zinc-étain, zinc-acier laqué, zinc-aluminium laqué, zinc-autres matériaux de couverture (ardoise, tuiles de terre cuite, tuiles béton, bardeaux bituminés, etc.) ;
    • interdiction d’un contact zinc-plâtre et zinc-ciment de mortier ;
  • prise en compte de la nature du support de couverture, qu’il soit en partie courante ou localisé :
    • bois massif ;
    • panneaux dérivés du bois ;
    • maçonneries ;
    • plâtre ou mortier de liants hydrauliques.

           Selon le support, des prescriptions particulières devront être mises en œuvre.

 

Mise en œuvre de la couverture à tasseaux et couvre-joints en feuilles et longues feuilles

 

Dans le cas de cette mise en œuvre, les prescriptions générales sont les suivantes :

  • la longueur maximale des rampants, en projection horizontale, est limitée à 40 m ;
  • selon le système d’assemblage transversal en partie courante, la situation locale de l’ouvrage (protégée, normale, exposée) et la zone de concomitance vent pluie, la couverture devra avoir une pente minimale comprise entre 0,05 et 0,25 m/m ;
  • les dimensions des feuilles et longues feuilles sont dépendantes du type de feuille, de la pente de la couverture et de la position du point fixe. La longueur est comprise entre 3 et 10 m et les largueurs autorisées sont comprises entre 50 et 65 cm ;
  • la pose des tasseaux est réalisée suivant la ligne de plus grande pente du versant, exception faite de celui de rive, toujours parallèle à la rive. La hauteur des tasseaux est respectivement égale à 40 mm pour des reliefs latéraux de 35 mm ou 50 mm pour des reliefs latéraux de 45 mm. La fixation des tasseaux sur le voligeage se fait grâce à des pointes ou des vis traversant perpendiculairement le tasseau et la patte en zinc intercalée entre ce dernier et le voligeage ;
  • les feuilles de zinc sont fixées latéralement à l’aide de pattes à tasseaux et transversalement, en tête, grâce à des pattes à feuilles. Toutes les pattes font 0,65 mm d’épaisseur minimale et 4 cm de largeur.

           Les feuilles ou longues feuilles sont toujours mises en œuvre avec deux reliefs latéraux au droit des tasseaux, maintenus grâce à des pattes à tasseaux.

           Entre elles, elles sont assemblées :

  • par une agrafure de 4 à 6 cm dans le cas d’une fixation à agrafure simple ;
  • à l’aide de pinces de 3 cm où viennent se loger les pattes à feuilles, dans le cas d’une fixation à double agrafure.

 

Mise en œuvre de la couverture à joint debout

 

Le principe de cette mise en œuvre consiste à agrafer entre eux l’ensemble des éléments constitutifs de la couverture, dans toute leur longueur, par le biais d’un double pliage des reliefs latéraux, une fois les pattes de fixation (clouées ou vissées sur le support) interposées.

Les prescriptions générales de ce type de mise en œuvre sont :

  • la longueur maximale des rampants, en projection horizontale, est limitée à 40 m ;
  • selon le système d’assemblage transversal en partie courante, la situation locale de l’ouvrage (protégée, normale ou exposée) et la zone de concomitance vent pluie, la couverture devra avoir une pente minimale comprise entre 0,05 et 0,47 m/m ;
  • la hauteur minimale du joint fini doit être de 2,5 cm et celle des plis de 1 cm ;
  • les dimensions des feuilles et longues feuilles sont dépendantes du type de feuille, de la pente de la couverture et de la position du point fixe. La longueur est comprise entre 3 et 10 m et les largueurs autorisées sont comprises entre 50 et 65 cm ;
  • les pattes de fixation sont fixes ou coulissantes et doivent être adaptées aux profils utilisés. En acier inoxydable, elles sont fixées (par le biais de pointes annelées ou de vis, selon l’épaisseur des voliges) tous les 33 cm qu’elles soient en partie courante ou en rive de couverture. Pour les versants plan ou courbe, l’entraxe entre pattes est de 16,5 cm à condition que la hauteur du bâtiment soit dans les limites du tableau 13 de la partie 1 du DTU 40.41 ;
  • en fonction de la longueur des rampants au regard de la longueur admissible des longues feuilles, les assemblages transversaux se feront par ressaut, par double agrafure ou par agrafure simple ou double non dilatante ;
  • des dispositions doivent être mises en place pour assurer les raccords d’ouvrages continus. Par exemple, ceux du bas de versant et de la partie basse d’un ressaut se font directement soit par un larmier, une bande d’égout simple ou à dilatation, une bande de battellement, etc.… avec un recouvrement sur le relief de 3 cm au minimum.

 

Le DTU 40.41 traite également des ouvrages communs aux couvertures à tasseaux et couvre-joints et à joint debout. Il s’agit notamment des couvertures cintrées convexes, des bandes de raccordement sur pénétration (notamment les bandes de solin), les joints de dilatation, etc.

 

Enfin, le chapitre 5.6 de la partie 1 du DTU 40.41 est dédié à la ventilation des couvertures planes ou cintrées de bâtiment à faible ou moyenne hygrométrie. Dans le cas d’une couverture sur comble perdu avec ou sans isolation sur plancher, la ventilation est assurée par l’un des systèmes suivants :

 

  • chatières réparties régulièrement sur l’ensemble de la couverture ;
  • entrée d’air linéaire en partie basse et sortie d’air linéaire en partie haute de la couverture ;
  • ouvertures en pignons.

 

Dans le cas d’une couverture avec une isolation thermique sous rampant, la ventilation est assurée par l’un des systèmes suivants :

 

  • entrée d’air linéaire en partie basse et sortie d’air linéaire en partie haute de la couverture ;
  • entrée d’air linéaire en partie basse et sortie d’air ponctuelle en faîtage.

 

La couverture en zinc en région de montagne, la protection des parties verticales et celle des parties indépendantes de la couverture font l’objet respectivement des chapitres 6, 7 et 8 de la partie 1 du DTU 40.41.

 

N.B. : Cette fiche rapporte l’essentiel du DTU 40.41. Elle ne se substitue en aucun cas à ce document normatif. Pour tout complément souhaité sur ce type de mise en œuvre, consultez le DTU disponible auprès de l’AFNOR ou du CSTB.


Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Le secteur du bâtiment irait mieux depuis quelques mois, qu'en pensez-vous ? (2159 votants)
Oui, la reprise est bien là, les carnets de commandes se remplissent à nouveau
Non, le contexte économique reste très défavorable
Il est trop tôt pour se prononcer
 

Boutique



Installations électriques et de communication des bâtiments d’habitation