Le secteur de l'assurance en forme en 2018 malgré une sinistralité inédite

Le secteur de l'assurance en forme en 2018 malgré une sinistralité inédite

Le marché français de l'assurance a connu une année 2018 dynamique, grâce à une progression de l'activité dans l'ensemble de ses métiers et malgré une sinistralité "inédite".







L'an dernier, l'assurance française a engrangé un chiffre d'affaires de 220 milliards d'euros, en augmentation de 4% par rapport au cru 2017, selon les chiffres présentés par la Fédération française de l'assurance (FFA). Cette somme est constituée en grande partie par l'assurance vie, dont les cotisations ont atteint 140 milliards d'euros en 2018, soit 4% de plus que lors de l'année 2017 durant laquelle ce compartiment était apparu à la peine avec une collecte nette en repli.

 

Au total, la collecte nette, c'est-à-dire les dépôts moins les retraits, a été multipliée en un par presque trois en dépassant 22 milliards d'euros. De leur côté, les autres métiers du secteur n'ont pas été en reste: l'assurance de biens, qui comprend en particulier l'automobile et l'habitation, a encaissé des primes de l'ordre de 56 milliards d'euros, en augmentation de presque 3% sur un an, tandis que l'assurance santé et les accidents corporels a fait 6% de mieux qu'en 2017, avec 24 milliards de cotisations perçues.

 

La FFA souligne toutefois que l'année 2018 a été marquée par "des sinistralités inédites à gérer", avec 13,2 millions de sinistres recensés sur l'ensemble de l'année. En particulier, les événements naturels ont été "plus coûteux" et se sont traduits par 3,2 milliards d'euros de dégâts à indemniser.

 

Contexte de violences urbaines et de mouvement des gilets jaunes

 

Dans un contexte de mouvement des gilets jaunes et de multiplication des violences urbaines en fin d'année, le vandalisme a aussi laissé sa marque, avec un montant de dégâts estimé à 200 millions d'euros. Enfin, plusieurs accidents collectifs se sont conjugués pour laisser une facture de 62 millions d'euros. Il s'agit notamment de l'effondrement d'immeubles rue d'Aubagne à Marseille, de l'explosion d'un immeuble rue Trévise et d'un incendie rue Erlanger à Paris.

 

Au total, les assureurs ont versé pour 40 milliards d'euros de prestations dommages l'an passé. Nonobstant ces sinistres, le ratio combiné du secteur, c'est-à-dire le rapport entre les primes reçues et les sinistres remboursés, est tombé à 99,3% en automobile et 99,5% en habitation.

 

Plus cet indicateur crucial est bas, plus les compagnies du secteur sont rentables.Le secteur français de l'assurance compte 46.800 établissements, employant quelque 265.000 salariés.



Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.

 

 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Covid-19 : les entreprises du BTP doivent-elles poursuivre leur activité malgré l'épidémie ? (1552 votants)
Oui
Non
 

Boutique