Marseille : le partenariat public-privé à 1 milliard d'euros pour les écoles menacé

Marseille : le partenariat public-privé à 1 milliard d'euros pour les écoles menacé

Largement critiqué depuis son adoption à l'automne 2017, le plan du maire de Marseille Jean-Claude Gaudin pour rénover une trentaine d'écoles primaires est menacé d'annulation par la justice.



À l'audience, devant le tribunal administratif de Marseille, la rapporteure publique Lison Rigaud a demandé l'annulation de la délibération du conseil municipal qui avait adopté ce plan en octobre 2017 : "Il est difficile de conclure que le recours au PPP présente un bilan plus favorable que le recours à une maîtrise d'ouvrage publique" classique.

 

Coût de maîtrise d'ouvrage qui "apparaît sous-évalué" à l'avantage du PPP, "absence de transparence des données" utilisées pour le calcul du risque, là encore au profit de la solution PPP : c'est notamment sur ces bases que Mme Rigaud a demandé l'annulation du vote du conseil municipal. Dans la majorité des cas, le tribunal administratif suit l'avis du rapporteur public.

 

Régulièrement dénoncée pour le délabrement de plusieurs de ses 444 écoles primaires, la ville de Marseille avait adopté ce plan massif de reconstruction avec l'objectif de démolir les 32 écoles de type Pailleron de la cité phocéenne, d'en reconstruire 28 et de bâtir six autres groupes scolaires en six ans.

 

Le recours au PPP dénoncé par l'opposition municipale

 

C'est le principe du recours au PPP qui a conduit ce plan, fustigé par l'opposition municipale, devant la justice administrative où il est contesté par le syndicat des architectes des Bouches-du-Rhône, les Conseils national et régional de l'ordre des architectes, et trois contribuables.

 

M. Frédéric Thiriez, pour les Conseils national et régional des architectes, a mis en exergue les dérives récentes de PPP célèbres, celui du Mucem à Marseille, dont le coût aurait doublé, à 160 millions d'euros, ou du nouveau siège du ministère de la Défense, le "Pentagone français", passé de 745 millions d'euros à 3,5 milliards d'euros.

 

M. Nicolas Charrel, pour la ville de Marseille, a quant à lui dénoncé "un procès politique" : "La ville ne fait pas rien, entre 8 et 15 groupes scolaires sont rénovés chaque année", a-t-il plaidé, affirmant qu'il n'y avait "pas de plan B" face à un programme "qui permet de doubler voire tripler la capacité d'action de la ville en six ans".



Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Le secteur du bâtiment irait mieux depuis quelques mois, qu'en pensez-vous ? (2102 votants)
Oui, la reprise est bien là, les carnets de commandes se remplissent à nouveau
Non, le contexte économique reste très défavorable
Il est trop tôt pour se prononcer
 

Boutique