Production d’ECS : faites le bon choix

Production d’ECS : faites le bon choix

Connaître les besoins d’eau chaude sanitaire, la température désirée, le temps d’attente maximum, l’encombrement disponible, autant de paramètres à prendre en compte pour proposer à votre client le meilleur système de production.

FLEXIClean & SKINReflex : les isolants d’EDILIANS, nouvelle génération !


 

A l’heure ou le confort des logements se traduit par la présence de plusieurs salles de bains, les besoins en eau chaude sanitaire (ECS, destinée à la consommation humaine) augmentent. Ils dépendent non seulement du nombre d’appareils sanitaires, mais aussi de leur type, du nombre d’habitants et de leur comportement. On n’appréhende pas de la même façon un studio équipé d’une salle d’eau avec une douche, qu’un 5 pièces dans lequel on trouve une baignoire balnéo ou une douche multi-jets, par exemple. A titre d’information, on estime à moins de 100 litres par jour les besoins d’une personne seule dans un studio. Un couple avec un enfant consomme environ 150 à 200 litres d’eau chaude, alors qu’une famille nombreuse (5-6 personnes) verra sa consommation journalière avoisiner les 300 litres ! On n’insistera donc jamais assez sur la nécessité de bien connaître son client et l’architecture de son logement avant de lui proposer tel ou tel système. Quel que soit celui qui sera mis en place, il ne faut pas perdre de vue que pour l’utilisateur final, le temps d’attente de l’arrivée de l’eau chaude à l’ouverture d’un robinet, est un point essentiel pour apprécier la qualité de son installation. Différentes enquêtes de satisfaction montrent qu 75 % des usagers se disent satisfaits si ce temps d’attente d’excède pas 7 à 8 secondes.

 

L’énergie solaire disponible partout

 

zotons que la production d’eau chaude est souvent tributaire du mode de chauffage. En effet, si l’on se trouve en présence d’un chauffage électrique, alors l’eau chaude est la plupart du temps produite à partir d’un ballon électrique à accumulation. Un logement chauffé par une chaudière gaz ou fioul voit l’eau chaude produite par ce même système instantané. Dans le tertiaire, ce sont les solutions mixtes, semi-instantanées ou semi-accumulées qui sont préférées. Enfin, l’énergie disponible est aussi un facteur déterminant dans le choix final. Que l’on dispose de gaz, de fioul, d’électricité, ou d’un réseau de chaleur, le système retenu sera différent. Ne négligeons pas l’énergie solaire, qui a l’avantage d’être disponible quel que soit le site. En conclusion, on s’aperçoit que la production de l’eau chaude sanitaire est un élément essentiel dans la conception d’une installation, il en va du confort de l’usager et par conséquent de la crédibilité de l’installateur.

 

Source: L.D / batirama.com 

 

Solution n° 1 : Systèmes instantanés : l’eau chaude est produite à la demande

 

Comme son nom l’indique, une production instantanée fournit immédiatement de l’eau chaude à une température définie par l’utilisateur. Quel que soit le mode de production utilisé, le confort d’utilisation n’est pas toujours au rendez-vous.

 

eauchaude1-377.jpgParticulièrement recommandés en habitat individuel ou collectif pour des logements équipés d’une seule salle de bains, les chauffe-bains gaz ou les chaudières mixtes individuelles montrent rapidement leurs limites dès lors que l’on se trouve en présence de logements plus luxueux. Une seconde pièce d’eau dans l’habitation confronte l’utilisateur à des problèmes de confort d’utilisation (douche froide, temps d’attente long…). En effet, le débit disponible est généralement faible (13 litres/mn), et ne permet pas de faire face à une demande importante simultanée d’eau chaude sanitaire. Pour palier ces désagréments, il est prudent d’installer un chauffe-eau instantané de petite capacité au plus près du point de puisage défavorisé (15 ou 30 litres sous évier par exemple).

 

Le débit est fonction de la puissance.

 

Dans le domaine du collectif, la solution réside dans l’échangeur de chaleur. Constitué d’une série de plaques en acier inoxydable, l’eau du circuit primaire de chauffage et l’eau du circuit sanitaire secondaire, y circulent alternativement à contre-courant. Avec ce système, la chaleur échangée entre les fluides par l’intermédiaire des plaques, permet un réchauffement instantané de l’eau sanitaire. Son débit étant directement lié à la puissance de l’échangeur sélectionné. Le fluide primaire circule à l’intérieur des plaques grâce à une pompe, alors que l’eau sanitaire est poussée par la pression d’eau de ville à l’intérieur de l’échangeur à plaques. Un ensemble de régulation vient compléter le système pour ajuster en permanence la température de l’eau chaude sanitaire ainsi produite.

 

Avantages : Le coût est réduit à l’installation ; Encombrement minimum.

 

Inconvénients : Le confort  laisse à désirer à cause des débits disponibles limités.

 

Solution n° 2 : Les systèmes à accumulation : le confort à un coût

 

Même si le plus connu est le ballon électrique, l’avenir appartient au chauffe-eau solaire dont l’installation est aujourd’hui encouragée par des crédits d’impôts pour les usagers. Un système est dit à accumulation dès lors que le volume de stockage d’eau chaude sanitaire est égal à l’ensemble des besoins journaliers d’un bâtiment. Cela implique de disposer d’une surface conséquente pour installer un tel procédé. Le pluseauchaude2-377.jpg courant est le ballon électrique. De puissance variable, il est généralement installé dans les habitations dont le chauffage se fait également à l’électricité. Son fonctionnement est des plus simples. Une résistance blindée (thermoplongeur) ou stéatite (dans une gaine) réchauffe l’eau stockée dans un réservoir dont la capacité varie suivant la grandeur du logement. Le puisage de l’eau chaude se fait en partie haute du ballon pour être ensuite directement distribuée dans le réseau. Elément obligatoire du ballon électrique, le groupe de sécurité régule les variations de pression dues aux élévations de températures, c’est un peu comme une soupape de sécurité sur une chaudière. Le réchauffage de ces réservoirs d’eau s’effectue généralement la nuit pour bénéficier du tarif « heures creuses » , et réduire le coût en électricité pour l’utilisateur final.

 

40 à 70 % d’eau chaude grâce au soleil !

 

Si un client recherche une solution plus économique tout en bénéficiant du confort de l’accumulation, alors proposez-lui l’énergie solaire. Gratuite, propre et sans rejet nocif pour l’environnement, elle comblera ses attentes si en plus de son porte monnaie il est soucieux de la planète. Cette solution a un surcoût à l’installation mais un réel gain à l’utilisation. Le chauffe-eau solaire individuel (CESI) est composé de capteurs et d’un ballon échangeur. La circulation du fluide entre ces deux éléments peut se faire de deux façons. Par thermosiphon, le ballon solaire est alors installé au-dessus de la batterie de capteur, ou par circulation forcée au moyen d’une pompe, c’est le système le plus utilisé en France métropolitaine. Dans le capteur, circule un liquide antigel à travers un réseau de tuyauteries positionné sous une plaque de couleur noire et placée sous un vitrage. Par effet de serre, le rayonnement solaire réchauffe le fluide caloporteur, qui cède sa chaleur à l’eau contenue dans un réservoir de stockage isolé thermiquement. Si l’apport solaire est insuffisant, un appoint électrique, gaz ou fioul vient prendre le relais pour réchauffer l’eau stockée. On estime de 40 à 70 % les besoins en eau chaude sanitaire directement assurés par un chauffe-eau solaire individuel.

 

 

Avantages : Un confort optimal avec de l’eau chaude toujours disponible ; Consommations réduites et respect de l’environnement pour le chauffe-eau solaire.

 

 

Inconvénients : Encombrement important dû au volume de stockage ; Coût de consommations élevé pour les ballons électriques.

 

Solution n° 3 : les solutions mixtes : un bon compromis

 

Un système semi-instantané ou semi-accumulé permet, à partir d’un échangeur à plaques récupérant la chaleur d’une chaudière, de stocker l’eau chaude sanitaire dans un ballon tampon.

 

eauchaude3-377.jpg

Le producteur d’eau chaude semi-instantané est principalement adapté aux installations ayant une chaudière de puissance limitée, ou lorsqu’un échangeur à plaques instantané ne suffit plus à délivrer de lui-même un débit d’eau chaude sanitaire important (restaurants, campings, collectivités…). Le réservoir permet de faire face aux besoins des périodes de pointes en stockant l’eau chaude sanitaire, maintenue à température par l’échangeur à plaques au fur et à mesure des besoins. Que l’on parle de semi-instantanée ou de semi accumulée, ces deux solutions permettent de trouver un juste équilibre entre stockage et puissance nécessaire. Une nuance existe tout de même entre ces deux systèmes mixtes. Le premier possède une capacité de stockage suffisante pour satisfaire aux débits de pointe, en faisant appel simultanément à sa réserve d’eau et à la puissance. En revanche, le semi accumulé permet d’écrêter les pointes uniquement grâce à son volume de stockage, sa puissance s’en trouvant naturellement réduite.

 

Un encombrement minimum

 

Côté encombrement, même s’il n’est pas nécessaire d’avoir un espace aussi important qu’en accumulation pure, le fait de stocker de l’eau nécessite tout de même un encombrement minimum. Pour l’habitat individuel, il existe des chaudières équipées de mini-accumulation (6 – 8 litres), permettant de répondre aux puisages de faible débit (lavage de mains, dents…) sans mettre en route la chaudière. Pour les besoins plus importants, on couple un ballon d’eau chaude intégré (40 – 60 litres) ou indépendant (60-80-100 litres) à une chaudière mixte murale ou au sol. Le principal atout de ces systèmes est de fournir de l’eau chaude sanitaire à température constante, et en quantité suffisante pour le confort de l’utilisateur.

 

Avantages : Allier confort et gain de place ; Confort sanitaire sans attente et sans variation de température ; Système préfabriqué qui génère des gains de temps à la pose.

 

Inconvénients : Le coût est plus élevé que les systèmes précédents, mais le confort à un coût ! ; Encombrement du ballon tampon.

 

LES 5 POINTS CAPITAUX Arrivée rapide d’eau chaude au robinet, en quantité suffisante à tout moment, à la température souhaitée et maintenue stable ! Face à ces demandes de vos clients, apportez leur une réponse favorable en respectant cinq principes de base. • La production d’eau chaude sanitaire doit se trouver au plus près des points de puisages. • Son calcul est fonction du nombre d’occupants et des équipements alimentés. • Dimensionner avec précision le réseau de tuyauteries. • Eviter les déperditions thermiques dans le bouclage d’eau chaude, en les calorifugeant. • Veiller au bon entretien de l’installation (groupe de sécurité, résistance des ballons…)

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
Hors-série BATIMAT

Produits



Votre avis compte

Les aides aux entreprises face à la crise énergétique vous semblent-elles plus claires et faciles d'accès qu'avant ? (3 votants)
Oui, le Gouvernement a simplifié les choses.
Non, on n'y comprend toujours rien.
 

Articles

Nouveautés Produits



Boutique

Transferts d'humidité à travers les parois


La pathologie des carrelages et chapes associées