Habiller une façade en zinc

Habiller une façade en zinc

Pour habiller une façade aujourd’hui une nouvelle solution zinc existe. Descendre du toit pour exercer son talent sur les façades, voilà un marché en devenir pour les couvreurs.




Alternative aux solutions traditionnelles, le système de cassettes modulaires, prêtes à poser pour effectuer un bardage ventilé est une solution innovante pour l’enveloppe du bâtiment. Les couvreurs font preuve de leurs talents sur les toitures, mais aujourd’hui ils peuvent dorénavant descendre le long des façades.

Cette nouvelle offre produit se distingue des autres types de bardages en zinc par sa rapidité de pose et l’esthétique qu’elle apporte aux bâtiments. En neuf comme en rénovation, elle s’applique sur des façades planes pour tous types de constructions, notamment tertiaires et en logements collectifs, et ceci quel que soit l’emplacement géographique du chantier.

Sa mise en œuvre permet des combinaisons architecturales intéressantes, en jouant sur les formats et couleurs de ces éléments de façades et laissant voir les joints apparents réguliers, alignés ou décalés.

Préparation, étape primordiale



L’esthétique ne permet tout de même pas de s’affranchir d’une certaine technicité pour obtenir un résultat optimal. En effet, la préparation du support demeure une étape primordiale et l’alignement des équerres de fixation un gage de réussite. L’empilement des bacs de parement ne devient alors qu’une simple formalité, ou presque… Démonstration.

Remerciements à Maher Laouini du centre de formation Prozinc  à Bray et lu (95).
Photos : Jean-Marc Zuber


Source : batirama/Laurent Denovillers



 


1 - La première étape consiste à tracer les
droites qui permettront d’aligner les supports
sur la façade. Un traditionnel cordeau au bleu
de traçage permet d’établir un calepinage des supports sur la façade.
 

2 - On fixe les pattes de fixation suivant les repères tracés, et on les aligne en longueur en largeur et en profondeur. Un contrôle laser validera cette préparation. Si la planéité de la façade n’est pas parfaite, on utilisera des pattes de fixations réglables en profondeur.
Ici les fixations sont prévues tous les 60 cm.
 

3 - On positionne les rails qui viennent
se clipser dans les équerres (fixes ou
réglables), et maintenus par des vis
auto-foreuses de 5mm de diamètre.
 

4 - Puis on réalise la finition basse en pied de bardage. Celle-ci se compose d’un profil perforé afin de permettre à une lame d’air de 2cm de circuler. L’air entre par cette ventilation basse, circule entre le parement de façade et l’isolant avant de ressortir par les joints entre les cassettes en zinc.


Remerciements à Maher Laouini du centre de formation Prozinc  à Bray et lu (95).
Photos : Jean-Marc Zuber


Source : batirama/Laurent Denovillers



 


5 - La mise en place de l’isolant rigide se fait de façon traditionnelle. Sa largeur correspond à l’espacement des équerres de fixation.
Nous avons ici une laine de roche de 10 cm d’épaisseur et de 60 cm de largeur.
 

6 - Il suffit maintenant de placer les bacs horizontalement de bas en haut et de gauche à droite.

7 - Leur fixation se fait avec des vis
auto-perceuses dans des trous oblongs
qui permettent la dilatation de l’ensemble.

8 - Les cassettes sont usinées de telle façon qu’en les calant les unes contre les autres, on obtient des joints réguliers alignés ou décalés, suivant le choix du client. Différents coloris et formats sont disponibles de 450 mm à 2 400 mm pour des largeurs de 450, 600 ou 900 mm.

 


9 - Pour ce qui est des fins de rangées ou des entourages de portes et fenêtres, le calepinage
des cassettes ne tombe pas toujours sur un
élément entier. Il est donc nécessaire de
découper le dernier bac. Cette opération se fait
à la disqueuse.

 


10 - Cette dernière cassette vient affleurer une pièce de rive en “U”. Enfin, un élément de finition vient s’enclencher dans cette pièce de rive de façon à la recouvrir ainsi que la dernière cassette. Cela permet d’avoir une finition propre et sans aspérité.

 


11 - Cet élément de finition est pourvu de petits ergots qui lui assurent une tenue efficace et
empêche à l’ensemble de s’arracher sous l’effet
des intempéries.

 


12 - La dernière étape consiste à retirer le film protecteur des cassettes afin de découvrir l’aspect final de la façade.


13 - Le bardage du bâtiment est maintenant
terminé. 100 m² par jour à 3 poseurs, c’est le
ratio constaté sur ce chantier.

 


14 - Les outils : un niveau, un niveau laser, une disqueuse, une visseuse, une cisaille et le matériel habituel de traçage, règle, crayon, équerre et bleu.



Remerciements à Maher Laouini du centre de formation Prozinc  à Bray et lu (95).
Photos : Jean-Marc Zuber



Source : batirama/Laurent Denovillers

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Le secteur du bâtiment irait mieux depuis quelques mois, qu'en pensez-vous ? (2270 votants)
Oui, la reprise est bien là, les carnets de commandes se remplissent à nouveau
Non, le contexte économique reste très défavorable
Il est trop tôt pour se prononcer
 

Boutique

La fabrication du bâtiment 1