Soubassement : Faut-il étancher ou imperméabiliser ?

Soubassement : Faut-il étancher ou imperméabiliser ?

La protection du soubassement se résume souvent et  malheureusement à l’application d’un produit noir ou équivalent appliqué en deux couches croisées… Or, il existe d’autres techniques efficaces et parfois plus appropriées de protection extérieure des soubassements.






 

Le soubassement, qu’il soit en maçonnerie ou en béton, est un ouvrage totalement ou partiellement enterré dont une face au moins est en contact avec le sol. On lui demande beaucoup à ce soubassement : de reprendre les charges verticales exercées par le bâtiment, de contrer la poussée des terres et de se montrer passif vis-à-vis de l’humidité. Paradoxalement on lui témoigne peu d’intérêt, ou  si peu,…et pourtant la sinistralité est bien présente (infiltrations, suintements,…) et génère des coûts de réparation élevés.

 

3000 sinistres annuels

 

Comment expliquer cette sinistralité ? Une méconnaissance des risques associée à une volonté de réaliser du « pas cher » conduit à cette situation, qui touche essentiellement les soubassements en maçonnerie, ceux en béton étant moins vulnérables ; mais également à la méconnaissance, pour ne pas dire à l’ignorance, des règles de l’art précisées dans le DTU maçonnerie. Certes la compréhension du DTU actuel n’est pas toujours aisée, mais rappelons que le DTU ne constitue en aucun cas un cours, mais une pièce de marché !

 

Source: batirama.com / Hubert KOENIG

 

soubas1-391.jpg

 

 

 

Le mur extérieur de soubassement de ce sous-sol de maison individuelle récente n’ayant pas été protégé, des infiltrations, des suintements, des exsudations de sels blanchâtres sont très vites apparus.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

soubas2-391.jpg

 

 

Le terrain est ici très imperméable, un système de drainage efficace s’impose.

 

A se procurer : Les maçonnerie enterrées

 

soubas3-391.jpg

 

 

Ce guide de 43 pages rappelle les principaux désordres et recense toutes les causes.Il propose des exemples concrets de désordres et de solutions techniques.Son prix est de 16 euros.Contact : Agence qualité Construction 9, boulevard Malesherbes, 75008 Paris.

 

 

 





 

Soubassement : les trois questions à se poser

 

1 • Les catégories de locaux

 

A la première question, concernant la catégorie de local et conformément au DTU maçonnerie, on peut en définir trois :

 

Catégorie 

Commentaires

Exemples

Première catégorie

Le mur de soubassement borde des locaux où aucune trace d’humidité n’est acceptée sur sa face intérieure.

C’est le cas des murs limitant des locaux habitables* en sous-sol : salle de jeux, cuisine aménagée…

Deuxième catégorie 

Le mur de soubassement peut tolérer des infiltrations limitées.

C’est le cas des murs bordant des locaux utilisés comme chaufferie, garage ou certaines caves.

Troisième catégorie

Le mur de soubassement n’a à assurer aucune fonction autre que la résistance mécanique.

C’est le cas des murs de vides sanitaires et des murs périphériques de terre plein qui ne nécessitent pas de traitement particulier.

* la notion d’habitabilité est conditionnée par une surface minimale, une ventilation, …

 

Le DTU - Maçonnerie précise que pour éviter toute contestation ultérieure, il appartient au maître d’oeuvre de se faire préciser par le maître d’ouvrage les exigences relatives aux conditions d’utilisation des locaux. Sage précaution (à formaliser par écrit) afin d’éviter,  a posteriori, un mécontentement du client (exemple du garage transformé en pièce informatique ou d’archivage…). A ce stade, il est d’ores et déjà possible de définir le type de protection vis-à-vis du risque d’infiltration ou de suintement, en effet la première catégorie relève des travaux d’étanchéité (solution 3), alors que la seconde catégorie relève, quant à elle, des travaux d’imperméabilité (solution 2).

 

Imperméabiliser n’est pas étancher !

 

Deux techniques, souvent confondues et pourtant bien distinctes, en effet une étanchéité fait obstacle à l’eau et à la vapeur d’eau (rien ne passe), alors qu’une imperméabilité se limite à être étanche aux liquides, mais pas à l’air ou à la vapeur d’eau. Attention à ne pas confondre ces deux termes et bien avoir en tête qu’un produit noir de type EIF constitue une imperméabilisation et non une étanchéité, car en cas de tassement du support, l’imperméabilisation se dégradera très vite, provoquant des infiltrations !

 

2 • La nature du sol : A nouveau, deux cas sont à distinguer

 

Cas n°1 : le sol (terrain en place et remblai de fouille) est perméable, c’est le cas des terrains sableux ou graveleux et non immergés, les eaux de ruissellement s’infiltrent rapidement dans le sol et ne stagnent pas le long de l’ouvrage.

 

Cas n°2 : A l’opposé, si le terrain est argileux ou limoneux, les eaux d’infiltration peuvent s’accumuler le long du mur enterré… Dans le premier cas, un drainage n’est pas nécessaire, mais dans le second, il le devient, mais encore faut-il qu’il soit efficace !

 

3 • Les capacités hydriques du terrain 

 

Compte tenu des capacités hydriques du terrain, une solution de protection du soubassement sera choisie et dans le cas où il n’est pas possible d’éloigner les eaux d’infiltration par drainage ou s’il existe un risque de remontée de la nappe phréatique, le cuvelage représente la meilleure solution. Dans ce cas, il y a lieu de se référer non plus au DTU 20.1 - Maçonnerie, mais au DTU 14.1 - Travaux de cuvelage

 





 

Solution n° 1 : Drainer ou ne pas drainer

 

 Rappelons qu’un drainage efficace doit permettre la collecte et l’évacuation des eaux de ruissellement… Le drainage devient cependant inutile, si le terrain est baigné par une nappe phréatique susceptible ce remonter à un niveau supérieur à celui du sous-sol ou si le bâtiment est fondé sur une couche peu perméable surmontée par un sol perméable. En effet, les eaux de ruissellement peuvent alors venir au contact des murs du sous-sol suffisamment longtemps pour pénétrer dans le bâtiment à travers le mur ou même en cheminant sous la fondation. Dans ces deux cas, le cuvelage va naturellement s’imposer.

 

Le drainage traditionnel

 

Le DTU 20.1 distingue plusieurs techniques qui diffèrent selon la nature de l’élément filtrant, à savoir par matériaux granulaires ou par géosynthétique rempli de cailloux ; cette deuxième solution étant la plus pratiquée. Quelle que soit la nature du matériau filtrant, le drain peut être en terre cuite, en béton perforé ou en PVC perforé. Le diamètre minimal  intérieur du drain est de l’ordre de 100 mm et sa pente doit être comprise entre 3 et 10 mm par mètre, en ayant à l’esprit que si la pente est trop faible, le drain risque de se colmater, alors que si la pente est trop forte, elle va provoquer l’érosion du terrain avoisinant.

 

Le drainage traditionnel par matériaux granulaire 

 

Drainage périphérique au contact de la fondation                                                                              Drainage éloigné des murs extérieurs

soubas4-391.jpg

 

 

 

 soubas5-391.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La tranchée drainante, figure 1, est remplie de plusieurs couches de matériaux granulaires dont la granulométrie est croissante dans le sens de l’écoulement de l’eau, en choisissant des granulométries ne générant pas d’entraînement de fines dans le drain. Du haut vers le bas, le massif filtrant est composé de sable, de gravillon, de cailloux et enfin de grosses pierres au contact du drain reposant sur une forme en béton. Ce massif est le plus souvent au contact de la fondation ou parfois éloigné des murs extérieurs, figure 2 si de fortes venues d’eau de ruissellement sont à craindre ou si le sol est sensible au retrait gonflement… 

 

Le drainage par géosynthétique rempli de cailloux

 

Utilisation du non tissé synthétique

soubas6-391.jpg

Plusieurs couches de matériaux granulaires mal choisies risquent de provoquer un entraînement de fines, puis à plus ou moins long terme, un colmatage du drain. C’est pour cette raison que dans la plupart des cas, le massif filtrant est composé d’un massif de cailloux 30/60, par exemple, enfermé avec le drain dans un géosynthétique non tissé imputrescible d’au moins 200g /m2, figure 3.

 

A ces deux types de drainages traditionnel sont associés des procédés sous avis technique du CSTB (Centre Scientifique et Technique du Bâtiment).

 

Le drainage et/ou la protection sous avis technique

 

soubas7-391.jpgTous ces matériaux filtrants, même s’ils sont encore utilisés, laissent progressivement leur place à des solutions industrielles et notamment à des solutions de drainage et ou de protection  extérieur du soubassement par nappes à excroissances. Apparues au tout début des années 80, d’abord dans les pays scandinaves, puis en France dans les années 90, principalement dans les zones de montagne soumises à de forts ruissellements d’eau de pluie. Actuellement le marché français, selon l’ANEPE (Association des Nappes à Excroissances de Parois Enterrées) est proche de 5 millions de m2 avec des utilisations réparties à 80-85 % pour le bâtiment. Les nappes à excroissances se banalisent, mais attention aux ersatz moins chers que les originaux, mais beaucoup moins performants !

 

 

Les nappes à excroissances ; simples ou combinées avec un géotextile ?

 

Six fabricants se partagent aujourd’hui le marché, il s’agit de Altis, Axter, Doerken, Meple,  Partenia et Siplast (voir le tableau des fonctions des produits et le carnet d’adresses en fin de ce dossier). Ces nappes à excroissances n’ont pas les mêmes fonctions et on peut distinguer trois familles :

 

soubas8-391.jpgLes nappes de protection : Comme leur nom l’indique ces nappes ont pour mission principale de protéger le support de tout endommagement mécanique lors du remblaiement ou engendré par des tassements différentiels… Les excroissances doivent être dirigées vers le support et non vers le remblai !

 

 

soubas9-391.jpg

 

 

Les nappes de protection, filtration et drainage des eaux du remblai :

 

Ces nappes en PEHD « a » sont associées avec un géotextile filtrant « b ». Par conséquent, en plus de la fonction de protection, et grâce au géotextile positionné côté remblai, ces nappes ont une fonction de filtre et de drain.

 

 

 

soubas10-391.jpg

Les nappes de protection, filtration, drainage et étanchéité de la paroi :

 

Cette troisième famille assure les fonctions précédentes, mais également la fonction d’étanchéité grâce à une membrane en PVC.

 
 

 

 

 

 

 

 

Le bloc drainant en PSE

soubas11-391.jpg

Cette technique de  drainage peut se substituer aux solutions granulaires précédemment citées, en effet, le drainage de pied est assuré par des blocs de polystyrène expansé de 1 mètre de long, présentant des gorges en surface, perforé et parcouru d’un collecteur de Ø 100 mm dans son sens longitudinal liaisonnés les uns aux autres par des manchons en PVC. Ces blocs sont entourés d’un non tissé synthétique thermosoudé, maintenu par des agrafes. La mise en œuvre doit respecter l’avis technique du CSTB n° 17/05-164. A signaler que ce produit a été récompensé au concours de l’innovation de BATIMAT 2003 !

 

 





 

Solution n° 2 : Imperméabiliser n'est pas étancher

 

 Deux familles de produits existent : les produits « gris » à base de ciment et les produits « noirs » à base de bitume.

 

Ce mortier a été gâché mécaniquement et est appliqué à la brosse en deux couches croiséessoubas12-391.jpg

 

Sont concernés par les solutions d’imperméabilisation les locaux de type 2 ou 3, voire les locaux de type 1, si le sol est très perméable et sans végétaux susceptibles de détériorer la partie enterrée ! Dans l’actuel DTU 20.1 - Maçonnerie, les matériaux pouvant être utilisés en soubassement sont la pierre de taille, la brique de terre cuite, les blocs pleins perforés ou creux de granulats courants ou légers. Les blocs de béton cellulaire peuvent également être utilisés sous certaines conditions. Par ailleurs et quelle que soit la catégorie de locaux (1, 2 ou 3), les éléments creux peuvent être utilisés à condition qu’un drainage soit prévu, par contre, dés lors qu’il existe un risque d’accumulation d’eau prolongé, les éléments pleins sont obligatoires.

 

 

 

 

 

Le DTU 26.1 – Enduit précise, quant à lui, que le mortier destiné au soubassement sera réalisé en deux couchessoubas13-391.jpg
 dont la première sera dosée à 500-600 kg de ciment par mètre cube de sable sec et la seconde à 450-500 kg et appliqué manuellement ou à la machine et prolongé sur 15 cm au dessus du niveau des terres. Un hydrofuge de masse incorporé à l’eau de gâchage destinée à l’enduit conférera à l’enduit une meilleure imperméabilité. Les soubassements sont de moins en moins enduits avec des mortiers de recettes, mais au moyen de mortiers dits industriels, dont nous proposons ci après une liste, laquelle ne peut être qu’exhaustive !

 

 

 

 

Cet enduit monocouche à base de bitume est appliqué à la lisseuse 

 

Quelques produits indusriels destinés à l'imperméabilisation des soubassements :

 

FABRICANT

PRODUIT

TECHNIQUE A BASE DE CIMENT

TECHNIQUES  A BASE DE BITUME

BETON

MACONNERIE DE PARPAINGS

MACONNERIE BRIQUES OU PIERRES

AXTER

Proofcoat

 

X

X

X

X

Proofcoat Latex

 

X

 

X (non enduite)

X (non enduite)

INDASCO

Flintkote

 

X

X

X

X

MAPEI

Idrosilex pronto

X

 

X

X

X

Mapelastic 2 composants

X

 

X

X (enduite)

X (enduite)

Plastimul

 

X

X

X (enduite)

X (enduite)

PAREX LANKO

Lanko 202

 

X

 

X (non enduite)

 

Lanko 221*

X

 

X

X (non enduite)

 

SIKA

Igol Fondation

 

X

X

X (enduite)

X (enduite)

SIPLAST

Fondablack

 

X

X

X (enduite)

X (enduite)

Fondaplast

 

X

X

X (non enduite)

X (non enduite)

WEBER ET BROUTIN

Motex dry MI 510

X

 

X

X (non enduite)

X (enduite)

Motex dry DR 520

X

 

X

X (non enduite)

X (enduite)

Trapcofuge

X

 

X

X (non enduite)

X (enduite)

Motex dry BM 560

 

X

X

X (enduite)

X (enduite)

Pierre = non X(enduite)     

  *La finition peut être réalisée avec du Lanko 212 noir, appliqué en 2 passes croisées...





 

Solution n° 3 : Etancher pour "O humidité"

 

Attention, en aucun cas cette technique ne peut se substituer aux techniques de cuvelage, parfois incontournables. Enfin, il faut souligner que les techniques d’étanchéité relèvent d’entreprises d’étanchéité qualifiées. Dans le domaine de l’étanchéité des soubassements, il existe deux procédés de mise en œuvre des revêtements d’étanchéité : à chaud par soudage ou à froid par collage ; le support ayant reçu un enduit de dressement.

 

soubas14-391.jpg

 

 

 

1 • Primaire

 

2 et 3 • Complexe d'étanchéité à base de liant bitume élastomère mise en oeuvre par soudage (ici Sopralene de Soprema )

 

4 •  Drainage par nappe à excroissances

 

5 •  Résine polyuréthane

 

 

 

 

 

 







 

FABRICANT

PRODUIT

PROCEDE

AFITEX

Somdrain T5 - AT n° 7/03-1366

Collage

AXTER

Force Trafic

Soudage

Murs enterrés

SIPLAST ICOPALE

Fondafor (AT n° 7/04-1370

Soudage

Fondaply 2 pas d'AT

Collage

SOPREMA

Colphène 1500

Collage

Sopralène et Elastophène

Soudage

 

Coupure de capillarité

 

Le chaînage en béton armé disposé au niveau du plancher bas du rez-de-chaussée ou du dallage sur toutesoubas15-391.jpg l’épaisseur des maçonneries de soubassement assure la protection contre les remontées d’eau capillaire. Ce chaînage doit être à l’air libre et au minimum à 5 cm au dessus du sol extérieur fini. Si le chaînage n’est pas totalement sur toute l’épaisseur de la maçonnerie, il y a lieu de prévoir une coupure de capillarité située à 15 cm au dessus du sol extérieur fini à l’aide d’une bande de feuille bitumineuse ou plastique posée sur une couche de mortier ou bien encore au moyen d’une chape de mortier hydrofugé de ciment, seule solution utilisable en zone sismique.

 

 





 

FABRICANTS

 

AFITEX : 02 37 18 01 51

AXTER :  01 4609 39 60

DIAXIS : 03 20 81 73 00

DÖRKEN : 03 89 56 90 09

INDASCO : 02 32 18 20 00

MAPEI : 05 61 35 73 05

MEPLE SA : 02 35 81 82 82

PAREXLANKO : 08 2608 6878

PARTENIA : 02 43 41 33 33

SIKA : 01 49 92 80 00

SIPLAST-ICOPAL : 01 40 96 36 50

SOPREMA : 03 88 79 84 00

WEBER et BROUTIN : 08 2000 3300

 

Les nappes à excroissance : quelles fonctions ? 

 

Ces nappes peuvent nécessiter un système complémentaire de drainage périphérique et il faut respecter les indications précisées dans l’avis technique, surtout aux niveaux du recouvrement des lès, de la protection en tête…

 

FABRICANT 

PRODUITS

AVIS TECHNIQUES CSTB*

FONCTION 

PROTECTION 

FILTRATION ET DRAINAGE

ETANCHEITE

AFITEX

Somdrain T5

7/03 - 1366

X

X

X

AXTER

Drainax AX 

En cours

X

X

X

Drainax G

 

X

X

DOERKEN

Delta-MS

7/03 - 1367

X

 

 

Delta-NP Drain

X

X

 

Delta-terrax

X

X

 

MEPLE SA 

Platon P5

7/06 - 1394 

X

 

 

Platon Drain

X

X

 

Platon Double Drain

X

X

 

PARTENIA

Calidrain ST

7/04 - 136-V1

X

 

 

Calidrain TEC

X

X

 

ICOPAL SIPLAST 

Fonda +

7/04 - 1370

X

 

 

Fonda GTX

X

X

 

*www.cstb.fr et rubrique Avis techniques

Articles qui devraient vous intéresser

3 Commentaires


- -
  • par hayoun
  • 0
  • 0

Bonjour, je dois poser une piscine type liner contre un mur de soubassement qui borde des locaux utilisés (appartement), il y a t il un avis technique, un DTU ou autre pour l'étanchéité ou alors la piscine posée directement contre ce mur sans aucun remblai pourrait faire office d'étanchéité si oui y a t il un avis technique ou DTU pour ce genre de circonstance. Par avance merci de votre réponse.


- -
  • par peinturesetcouleurs
  • 0
  • 0

Bonsoir je souhaite savoir si vos produits bitubineux type vernis Antac sont formulés pour recevoir une application de peinture BATIMENT? En effet ce type de produit est à tors utilisé (avant l'application des peintures) pour l'étanchéité des façades en par-pains. Cette utilisation est elle préconisée?


- -
  • par vrdiste
  • 0
  • 0

Mon immeuble est à 0.40m de la paroi de l'immeuble voisin donc impossibilité de poser un drain. Sachant que la nature de la terre etant du tuf, je voudrais savoir s'il est nécessaire de poser un drain ou non ? Ou comment proteger mes parois contre l'humidite? Merci.

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (170 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique