Le secteur de la régulation GTB renoue avec la croissance

Le secteur de la régulation GTB renoue avec la croissance

Leader historique de la gestion algorithmique du confort, l’ACR* a dressé un  bilan de son marché 2017, prévoyant une croissance sous haute concurrence pour 2018.



« La volonté politique de faire connaitre au secteur du bâtiment sa révolution énergétique et numérique est une aubaine pour l’industrie de la régulation et GTB, dont les solutions, largement digitalisées, intègrent une intelligence toujours plus renforcée pour optimiser le confort des usagers avec le minimum de consommation énergétique », explique d’emblée Dan Napar, Président de l’ACR.

 

C’est ainsi que le marché global de la régulation et de la GTB confirme pour 2017 le retour à la croissance (329,5 M€, soit une croissance de +1,2 %). Il est vrai que le contexte réglementaire français en cours d’évolution, notamment au travers de l’expérimentation E+C-, tend à valoriser les systèmes dits de « gestion active » (régulation et GTB), qui permettent à moindres coûts de réduire la consommation énergétique et les émissions de gaz à effets de serre.

 

Globalement, le marché de la régulation des équipements de génie climatique s’établit à 122,7 M€, soit une évolution de + 3% par rapport à 2016. Plus précisément, les solutions d’équilibrage à forte valeur ajoutée (vannes/robinets auto-équilibrants) sont en progression (13 %), offrant un bon potentiel de développement pour répondre notamment aux exigences réglementaires de l’existant.

 

Un développement parfois insuffisant

 

Les robinets thermostatiques sont en progression (+11 %), mais leur développement est très largement insuffisant au regard du parc de logements français à équiper, estimé à 5 millions. Les thermostats d’ambiance électroniques filaires et les thermostats connectés avec fonctions avancées (régulation PID, auto-apprentissage, détection de présence) sont en forte croissance (16 %), contrairement aux technologies sans fil (programmable ou non), ainsi qu’aux thermostats connectés avec fonction simple (thermostats « tout ou rien », par exemple). Quant aux Modules Thermiques d’Appartement (MTA), ils connaissent pour leur part une embellie de 29 %.

 

En matière de ventilation et climatisation, on note une baisse de -4,5%, à 73,2 M€. Les régulateurs communicants pour terminaux embarquant les protocoles de communication standardisés ouverts continuent leur progression (+8 %).

 

Les solutions LON baissent au profit des offres BACnet et KNX, qui progressent aussi fortement sur le marché de la rénovation. A contrario, bien sûr, les régulateurs non communicants et les thermostats « tout ou rien » pour les terminaux chutent (-15 %).

 

 

Si le marché de la GTB est en forte hausse d’activité, il est soumis à la concurrence de nouveaux arrivants, notamment celles des intégrateurs, indique Dan Napar, président de l'ACR

 

La concurrence arrive avec des solutions à bas coût

 

Pour sa part, le marché de la GTB est en croissance de 2,8 % pour atteindre 73,2 M€. Les régulateurs, plus intelligents, permettant de gérer un plus grand nombre de matériels (capteurs/actionneurs), connaissent une hausse de 10 % par rapport à 2016. Les régulateurs communicants sont devenus standards et les solutions non communicantes disparaissent.

 

De leur côté, les unités de traitement local à forte capacité sont en croissance de 9 %. Les systèmes intelligents répondent aux besoins en indicateurs multiples de gestion et au développement des services Web.

 

Toutefois, si le marché de la GTB est en forte hausse d’activité, il est soumis à la concurrence de nouveaux arrivants, notamment celles des intégrateurs. L’ACR craint que ces solutions à bas prix créent un risque de contre-performances susceptible d’affecter l’ensemble du secteur.

 

Enfin, le marché des services marque un retour à la croissance avec 60,3 M€, soit une progression de 3,5 %. La demande de services est tirée en partie par l’évolution du marché vers des systèmes de génération d’énergie plus complexes, comme les PAC ou les systèmes hybrides. Par ailleurs, les nouvelles applications couplées aux services Web confirment leur bonne santé et les offres globales à forte valeur ajoutée sont plébiscitées.

 

Perspectives positives pour 2018


L’ACR estime que 2018 devrait permettre de confirmer la bonne santé du secteur, la forte demande pour des solutions robustes et innovantes, permettant d’atteindre les objectifs de transitions énergétiques et numériques tout en augmentant le confort des usagers.

 

Une bonne santé d’ailleurs boostée par la publication de la nouvelle Directive Performance Énergétique des Bâtiments qui introduit la régulation et GTB comme système technique fonctionnant avec ses propres exigences.

 

A noter : le syndicat ACR s’est associé avec Profluid pour publier le tout nouveau « Guide de l’intelligence hydraulique » réalisé par le Costic avec le soutien de la filière du chauffage à eau chaude réunie au sein d’Énergies et Avenir. Un ouvrage réservé exclusivement aux professionnels.

 

* Syndicat des Automatismes du Génie Climatique et de la Régulation pour l’Efficacité Energétique des Bâtiments.

 


Source : batirama.com / Mmichèle Fourret

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.

 

 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Covid-19 : les entreprises du BTP doivent-elles poursuivre leur activité malgré l'épidémie ? (385 votants)
Oui
Non
 

Boutique