Vers un premier repli des primo-accédants dans l’accession à la propriété ?

Vers un premier repli des primo-accédants dans l’accession à la propriété ?

À partir des prêts signés en novembre, le courtier en crédits Cafpi constate une inflexion de la part des primo-accédants, après l'analyse du profil de sa clientèle.





La part des primo-accédants dans la clientèle du courtier n’a cessé de progresser depuis un an pour atteindre 59% en octobre. En novembre, elle a connu une inflexion. Les primo-accédants ne représentant que 57,5% des clients.

 

« La hausse des taux, conjuguée à celle des prix, exclut de plus en plus de ménages les plus fragiles, indique Philippe Taboret, directeur général Adjoint de Cafpi. Il est à souhaiter que ce léger recul de fin d’année ne s’intensifie en début d’année prochaine ». 

 

 

Primo-accédants et autres accédants

 

La conjoncture conduit les primo-accédants à être plus prudents. Ils ont emprunté en moyenne 202 455 € sur 240 mois contre 205 372 € sur 241 mois le mois précédent. Et leur effort a augmenté à 4,41 années de revenus alors qu’il était, il y a un mois, à 4,24 années.

 

Les autres accédants suivent le même chemin. Ils ont ainsi emprunté en moyenne 219 200 € sur 195 mois contre 223 981 € sur 196 mois en octobre. Leur effort se retrouve, lui aussi, à la hausse avec 4,99 années de revenus contre 4,50 il y a un mois, analyse le courtier en crédits.

 

Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Dernière revue

BTR N° 495 - Février / Mars 2021

     

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (654 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique

Chauffe-eau solaire individuel - NF DTU 40 & DTU 43