Isolation des combles : choisir les bons isolants

Isolation des combles : choisir les bons isolants

L’isolation thermique des combles est le 1er levier à exploiter lors de la rénovation d’un habitat pour en faire un bâti performant énergétiquement.





Que la toiture soit nue ou comporte un écran de sous-toiture (écran bitumineux ou volige pleine), une lame d'air ventilée de 2 cm minimum sous liteaux doit être ménagée afin de procéder à une isolation conforme aux règles de l’art et d'assurer la ventilation réglementaire en toiture.

 

L’isolation par l’intérieur n’offrant pas de continuité thermique sur l’ensemble du rampant lorsqu’elle est en une seule couche, elle ne permet pas de satisfaire les niveaux de résistance thermique correspondant aux exigences réglementaires ou de confort.

 

Deux couches sont donc nécessaires pour avoir une isolation continue. La première couche d’isolant est calée entre les chevrons, la seconde, qui peut comporter un pare-vapeur, est posée entre les pannes, puis recouverte d’un parement à base de plaque de plâtre.

 

Le choix de la laine à poser entre chevrons doit être effectué en tenant compte de son foisonnement car la lame d'air doit être pérenne et de largeur identique depuis l’égout jusqu’au faîtage.

 

Les tolérances d’épaisseur des isolants (T1 à T7) sont inscrites dans les caractéristiques techniques des isolants (plus la valeur de tolérance est importante, moins l’isolant foisonne). L'épaisseur du second lit de laine posé sous chevrons dépendra de la performance globale visée et de la possibilité ou non d'utiliser l'espace entre chevrons pour réaliser l'isolation.

 

Choisir un isolant à faible lambda

 

Afin de conserver une bonne résistance thermique tout en préservant au maximum l'espace habitable, on doit choisir un isolant à faible lambda (conductivité thermique). Celui-ci ne doit pas être supérieur à 0.036 W/(m.K) et la résistance thermique R de l’épaisseur posée doit être supérieure ou égale à 1,65m2.K/W conformément aux prescriptions du CPT n°3560.

 

Pour les combles habitables, la résistance thermique minimum exigée pour les logements existants par la réglementation est de R = 4 m2.K/W et de R ≥ 6 m2.K/W pour obtenir le crédit d’impôt.

 

Solution 1 : La laine à souffler

 

La laine à souffler sera choisie dans le cas d’une toiture à faible pente ou lorsqu’elle intègre une charpente industrielle encombrant tout l’espace sous toiture ou encore quand le comble est difficile d’accès.

 

La laine minérale en vrac se trouve soit en flocons qu’on étale, soit en nodules qu’on souffle. Le soufflage remplit les espaces entre solives, puis au-dessus de celles-ci jusqu’à ce que l’on atteigne la résistance thermique visée. Il permet un bon calfeutrement de l’ensemble de la surface, dans les moindres recoins et de façon rapide (une moyenne de 3h pour 100 m2 dans le cas d’une laine minérale soufflée à plus de 300 mm d'épaisseur).

 

Ce type d’isolation dispose d’un Avis Technique qu’il convient de respecter pour une pose conforme aux prescriptions du fabricant. Il nécessite de repérer les boîtiers électriques et boîtes de dérivation par un marquage spécifique sur la charpente avant le soufflage de la laine en vrac. Quant à l'épaisseur d'isolant soufflé, elle sera aisément visible grâce à des piges fixées au départ sur les solives.

 

Vérifier la classe de tassement

 

Le groupe de ventilation doit être hors du volume recevant l’isolant et fixé à une hauteur suffisante pour ne pas aspirer l’isolant. Le calorifugeage des gaines de ventilation doit être conforme à la réglementation. Le soufflage ne peut s’y substituer.

 

La conductivité thermique (ou lambda) des laines en flocons varie de 0.042 à 0.048 W/(m.K). Le tassement de l’isolant variant selon sa nature, il faut penser à vérifier la classe de tassement de l’isolant choisi, soit sur le certificat Acermi du produit s'il est certifié, soit dans l'Avis Technique du fabricant.

 

Solution 2 : La laine à dérouler

 

Dans les combles perdus, mais aménageables ultérieurement, l’isolation thermique peut être réalisée par la mise en œuvre d’une laine à dérouler.

 

L’isolation par rouleaux à poser entre solives ou sur le plancher d’un comble perdu peut être envisagée dès lors qu’il y a suffisamment de hauteur de toiture pour permettre au poseur de se déplacer et que le type de charpente n’induit pas de multiples découpes.

 

En isolation sur plancher, les fortes épaisseurs d’isolants en rouleaux aujourd’hui disponibles permettent d’obtenir en monocouche des résistances thermiques jusqu’à R = 8m2.K/W, ce qui correspond à la résistance thermique minimale préconisée en construction BBC. Mais on peut aussi opter pour une mise en œuvre en double couche permettant une amélioration énergétique grâce au cumul des résistances thermiques.

 

En savoir plus : les coefficients à connaître

 

Pour évaluer la performance d'un isolant, il faut toujours tenir compte de l’épaisseur, de la conductivité et de la résistance thermiques de l’isolant :

 

  • La conductivité thermique

 

Caractéristique intrinsèque d'un isolant, le lambda (λ) ou conductivité thermique d’un matériau, exprimé en W/m.K, représente la capacité d'un matériau à conduire la chaleur. Il sert à déterminer la résistance thermique (R) d'une épaisseur donnée. Plus la valeur λ  d'un isolant est faible, plus il est performant.

 

  • La résistance thermique R

 

Exprimée en m2.K/W, elle caractérise la résistance d’un isolant aux flux de chaleur. Elle dépend de la conductivité thermique (λ) et de l’épaisseur (e) en mm de l’isolant selon la formule : e/λ  (avec e exprimé en mètre). Plus l’isolant est épais, plus la résistance thermique est forte. A épaisseur d'isolant égale, plus la conductivité thermique est faible, plus sa résistance thermique est forte et plus il est performant.

 

A ces deux coefficients s’ajoute le coefficient U, appelé également coefficient de transmission thermique. Exprimé en W/m2.K, il correspond aux déperditions thermiques d’une paroi. Il représente l’inverse de la résistance thermique R total de la paroi et indique la capacité de la paroi à laisser s'échapper la chaleur vers l’extérieur. Donc, plus le coefficient U d'une paroi est faible, plus cette paroi est isolante.

 

 

PRODUITS

 

Nest HPV de Winco

Anti-condensation, cet isolant thermique et acoustique des combles par l’intérieur est destiné à la transformation de pièces inhabitées en pièces à vivre. Il s’installe sans perdre de place avec une ou 2 lames d’air. Pourvu de nombreuses micro-perforations, il est HPV et aussi incombustible. Réflectif à 95%, il offre également, grâce à sa nappe haute densité, un important déphasage thermique sur l’ensemble de l’enveloppe. Sa souplesse et sa facilité de découpe permet d’effectuer un calfeutrement parfait autour des gaines, des portes et fenêtres. Il est utilisable derrière une ossature métallique ou bois pour plaque de plâtre. La lame d’air aménagée entre l’ossature et le support permet de renvoyer vers l’intérieur le rayonnement du chauffage.  Résistance thermique (coefficient) : 1.55.

 

Delta-Maxx Comfort de Doerken

Cette solution pour sous-toiture à couche géotextile isolante en polyester de 3 cm d'épaisseur est destinée à la rénovation des toitures en pente isolées non ventilées. Elle est composée d’une membrane de surface en polyester non-tissé aiguilleté enduit de polyuréthane à bande adhésive intégrée. Etanche à l'eau et au vent, hautement perméable à la vapeur d'eau, elle se pose sur support continu ou discontinu (entraxe entre chevrons jusqu'à 90 cm). La mise en oeuvre se fait par pose parallèle au faîtage avec recouvrement de 10 cm (colle à l'aide de la bande autocollante intégrée). Résistance thermique (R) : 0,75 m2.K/W (géotextile).

 

Roofmate TG-X de Dow France

Ce panneau rigide en mousse de polystyrène extrudé à forte résistance mécanique et thermique, avec rainures et languettes sur quatre côtés existe en quatre épaisseurs de 60 à 120 mm. Il est conçu pour l'isolation des combles aménagés par l'extérieur avec pose sur platelage continu revêtu d'un pare-vapeur. La fixation se fait sur contre-chevrons avec clous torsadés. Résistance thermique déclarée selon normes EN RD (m2.K/W) : jusqu’à 4,15.

 

Integra Reno de Isover

Ce système se met en œuvre après dépose de la couverture et des pièces de bois jusqu'aux chevrons et pannes. Il consiste à poser une isolation thermique en repartant du parement existant des rampants de la toiture tout en préservant les volumes habitables du comble. Cette solution associe une membrane d’étanchéité à l’air côté intérieur à un écran de sous toiture HPV fixé sur la face extérieure des chevrons. Il ne nécessite aucune lame d'air de ventilation entre l'isolant et la couverture. Résistance thermique (R) : 1.2 R - moyenne et 2.5 R - élevée.

 

Isolat BMS de Isolat

A projeter en couches successives jusqu'à l'épaisseur souhaitée, ce polyuréthane assure l'isolation thermique sous chape de sols neufs ou existants (planchers, sols de caves ou greniers, etc.). Il supporte tous les types de planchers chauffants, mais nécessite un ponçage pour leur pose par agrafage des tuyaux. Il remplace la chape de ravoirage et est étanche à l'eau et à l'air, supprimant les ponts thermiques. Résistance thermique (R): entre 0.9 m2.K/W et 8.85 m2.K/W.

 

Enertite de Syneris

Destiné aux cloisons, combles non aménagés, murs périphériques, sous-face de plancher et toitures en pente, ce système isolant de polyuréthanne projeté à basse densité permet d'assurer une isolation thermique à coefficient d'étanchéité à l'air et d'insonorisation optimisés. Il peut s’appliquer en mural ou au plafond des maisons à ossature légères en bois ou en métal. Il peut recevoir des contre-cloisons maçonnées, des contre-cloisons avec des montants simples ou doubles sans fixation intermédiaire au support et des contre-cloisons constituées de fourrures avec appuis intermédiaires clipsés. Résistance thermique (R) :1,35 à 8,65 m2K/W.

 

Triso-Super 12 BoosT’R de Actis

Cette solution se pose sur chevrons ou sur volige pour réaliser l'isolation thermique et l'étanchéité de la toiture par l'extérieur. Présentée sous forme de pack, elle se compose d'un isolant haute performance avec pare-vapeur intégré et d'un écran de sous-toiture perméable à la vapeur d'eau. Elle est étanche à l'air, à l'eau et offre une forte résistance à la vapeur d'eau côté intérieur. Résistance thermique (R) supérieure à 6 m2.K/W. 

 

Mix GPE de Valtech Industrie

Destiné à l'isolation thermique par l’extérieur des toitures sur combles aménagés (sarking) en rénovation, ce système isolant de toiture à épaisseur réduite associe un pare-vapeur réflecteur côté intérieur, un isolant thermique en fibres végétales naturelles de 100 mm d’épaisseur entre chevrons et un réflecteur multicouches avec écran de sous-toiture HPV intégré sur chevrons. La mise en oeuvre se fait par fixation mécanique. La finition s’effectue par plaques de plâtre cartonnées, panneaux de particules, etc. La résistance thermique R est égale à 6.25 m2.K/W.

   

 



Source : batirama.com / Michèle Fourret

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits



Dernière revue

BTR N° 498 - Aout / Septembre 2021

   

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (903 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique


Ossatures métalliques