Le mur de soutènement flanche

Le mur de soutènement flanche

À la fin du premier hiver suivant son édification, le mur de retenue des terres de la rampe d’accès au sous sol d’un pavillon présente d’importantes fissurations. Par ailleurs, d’inquiétantes crevasses apparaissent dans les terres de remblai. Que se passe t-il ?






 

L’ouvrage litigieux est de dimensions conséquentes. Le mur a près de 18 mètres de long, et soutient une hauteur de terre qui varie de 1 m à plus de 2 m le long de la rampe.
Les désordres sont impressionnants avec d’importantes fissures pluri millimétriques, en escalier, affectant la maçonnerie de parpaings non encore enduite. L’expert constate également des dévers du mur de plus de10 cm avec un bombement général déformant le parement. Enfin, des crevasses affectent les terres de remblai à l’arrière avec un affaissement significatif le long du mur.

Utilisation de parpaings creux mur-soutenement2.jpg

 

L’entreprise indique avoir réalisé le mur en maçonnerie de parpaings de ciment creux de 0,20 m d’épaisseur, édifiée sur une semelle béton armé de 0,50 m de large x 0,30 m d’épaisseur, axée sous le mur. L’entrepreneur précise avoir renforcé le mur maçonné par des raidisseurs verticaux espacés de 2 m, coulés dans des parpaings alvéolés. Un chaînage coffré en béton coiffe l’ensemble.

Une semelle de faible largeur

 

L’ouvrage sinistré a été conçu et réalisé comme un mur ne recevant pas de sollicitations horizontales dues à la poussée des terres. Si le resserrement de l’espacement des raidisseurs verticaux partait d’une intention louable, la liaison de ceux ci avec une semelle de fondation de faible largeur ne pouvait s’opposer efficacement aux sollicitations de basculement. La semelle, de surcroît peu lestée du fait de l’utilisation de parpaings creux, a « tourné » sous l’effet de la poussée horizontale, générant le faux aplomb constaté et l’apparition d’un glissement des terres soutenues, d’où les crevasses en tête de remblai.

Un remblai fait de matériaux argileux


mur-soutenement3.jpgFait aggravant, le remblai arrière a été réalisé avec les matériaux argileux extraits du site, non drainant. Aucune barbacane n’a été prévue pour éviter que la poussée de l’eau ne s’ajoute à celle des terres. La stabilité du mur n’étant pas assurée, dés la fin de la période humide hivernale, la poussée cumulée des terres et de l’eau a provoqué le basculement  du mur. Compte tenu des constatations faites et du diagnostic réalisé, l’Expert a immédiatement interdit l’utilisation de la rampe de sous sol et le passage sur le remblai, avant de faire dégager les terres à l’arrière du mur à titre conservatoire. Le risque d’effondrement de l’ouvrage était en effet avéré.

 

 

 

 

Ce qu’il aurait fallu faire

 

Cet ouvrage de maintien des terres est un mur de soutènement. Il doit s’opposer à la poussée du sol et des terres mais aussi aux effets de l’eau qui peut s’accumuler à l’arrière. Des charges diverses peuvent exister sur les terres soutenues comme la circulation des engins de chantier lors du remblai ou encore les véhicules s’approchant de la construction en usage normal. Il s’agit donc d’un véritable ouvrage technique dont il faut évaluer avec soin les sollicitations puis les dispositions permettant d’y résister. Le recours à un bureau d’études, même à titre de simple conseil, apparaît indispensable.
Il ne débouchera pas forcément sur un ouvrage techniquement sophistiqué. En liaison avec l’entreprise, il sera défini les dispositions minimales permettant d’assurer la sécurité de l’ouvrage et des personnes circulant à proximité.

 

Quelles réparations ?

 

Dans le cas présent, l’inadaptation de l’ouvrage de soutènement a obligé sa démolition puis sa reconstruction avec appel à un bureau d’études “béton’.
La réparation a pris en compte :

 

  • les efforts de poussée développés par les terres ;
  • une surcharge d’utilisation en tête de mur ;
  • le remblai arrière avec matériau drainant ;
  • la mise en œuvre de barbacanes pour éviter la poussée due à l’eau derrière le mur.


Une solution de semelle béton large avec mur en blocs à bancher a été retenue.

 

Le coût de la réparation a été de l‘ordre de 9 000 € HT. L’entreprise étant intervenue en dehors de toute maîtrise d’œuvre ou mission d’un bureau d’études, elle et son assureur supporteront la totalité de ce coût.

Articles qui devraient vous intéresser

7 Commentaires


- -
  • par maxime
  • 0
  • 0

Utilisation des blocs a bancher en soutènement des terres. Le DTU ne parle parle pas d'une telle solution mais les avis techniques des fabricants conseillent des hauteur maximum à ne pas dépasser. Qui peut me donner cette information ? Merci d'avance. Cordialement.


- -
  • par L'UTOPIE
  • 0
  • 0

L'analyse du sinistre me semble correcte. Toutefois la méthode de reprise avec des blocs à bancher... attire l'attention suivante : s'il s'agit de blocs de type "stepoc" lisez le ou les avis techniques concernés car l'avis "stepoc" interdit l'utilisation de ce type de matériau pour réaliser des murs de soutènement. Prenez conseil auprès d'un ingénieur béton qui vous calculera le dimensionnement et le ferraillage adaptés ainsi que le mode constructif. Ainsi vous engagerez la responsabilité décennale du bureau d'études au côté de la votre quant à la réalisation de ce qu'il vous dira de faire OK ? C'est curieux qu'en France on néglige toujours les bureaux d'études ! C'est culturel ! Il faut savoir reconnaître ses limites et il n'y a pas de honte à dire je ne sais pas. A bonne entendeur... Salut ! Mais vous pouvez continuer à faire n'importe quoi... ça donne du travail aux experts judiciaires dont je fait partie !


- -
  • par Bertrand31
  • 0
  • 0

Dans ma copropriété, le même problème est survenu. L'artisan ayant réalisé les travaux n'a pas fait appel à un BET, résultat le mur de soutènement menace de s'effondrer. Quel recours et démarche dois-je adopter? Faire appel à un expert? Bref je ne sais pas du tout à qui m'adresser. Merci pour votre aide


- -
  • par expert bât
  • 0
  • 0

Si un bet avait été missionné par le maçon, on lui aurai expliqué la différence entre un ouvrage simple et un ouvrage complexe qu'est un mur de soutènement. Mais malheureusement ce maçon n'a pas l'habitude de faire concevoir tous ( et je dis biens tous) ces ouvrages qu'ils soient simples ou complexes par un bet. Chacun son métier. La conception d'un ouvrage tel qu'il soit est un art qui ne peut souffrir d'approximation. J’espère que la leçon à été retenue, sinon il repayera encore et encore pour ses négligences.


- -
  • par L'UTOPIE
  • 2
  • 0

Le malheur de la France c'est que tout le monde croit savoir faire, tout le monde fait...! et surtout ne sait rien faire...! Lorsque l'on voit les camionnettes qui affichent tout leur savoir faire dans tous les domaines c'est criant de vérité...! et comme ces gens là sont-ils assurés pour les activités qu'ils exercent...? Je le vois tous les jours au travers des expertises judiciaires qui me sont confiées par les tibunaux. A quand une règlemnetation du savoir faire...? Je peux vous garantir qu'à ce train là, la fonction d'expert judiciaire n'est pas prête de s'éteindre.... A bonne entendeur....!


- -
  • par BAT AY
  • 0
  • 0

On donne à n'importe qui pour payer moins cher. Voila le résultat.


- -
  • par L'UTOPIE
  • 0
  • 0

J'ignore quel bureau d'études a validé le mode réparatoire, car l'avis technique concernant les blocs à bancher ne vise pas la réalisation de murs de soutènements ! Avis aux amateurs...!

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (164 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique


Techniques et pratique de la chaux