La reprise dans le bâtiment : oui, mais….

La reprise dans le bâtiment : oui, mais….

Un vent d’optimisme, certes mesuré, a soufflé sur le 6e Sommet de la Construction organisé le 18 mai par la FFB. Le sujet s’y prêtait, puisqu’il concernait la reprise du bâtiment.


C’est devenu une institution. Chaque année, la FFB organise son Sommet de la Construction, manifestation qui a pour objectif de réfléchir autour des préoccupations du secteur.

 

Après un premier Sommet en 2012 sur la simplification des normes, puis sur la transition énergétique ou encore sur les fractures territoriales en 2016, la FFB a choisi cette année de réunir des experts autour d’un sujet on ne peut plus d’actualité puisqu’il s’agissait de la reprise.

 

Une reprise analysée sous deux angles : d’un côté les entreprises face à la sortie de crise et de l’autre de quelle reprise parle-t-on ?

 

Reprise traduite dans les chiffres

 

On le dit et on le répète déjà depuis plusieurs mois, la reprise est bel et bien installée dans le paysage et tous les indicateurs sont passés au vert.

 

« Nos enquêtes à travers les interviews d’entrepreneurs, montrent que 25% des dirigeants anticipent une croissance du secteur et environ un tiers une stabilité »,  constate Sandrine Pallud, commissaire aux comptes chez KPMG.  

 

La situation semble également s’améliorer sur les trésoreries. « 40% des dirigeants ont une trésorerie positive, contre 32% l’an dernier ; 41% sont à l’équilibre et 1 sur 5 se trouve en situation déficitaire », poursuit-elle.

 

Concernant les embauches, l’heure est à la prudence : « seuls 12% anticipent de recruter, ce qui est faible », constate Sandrine Pallud. Le rebond est là, mais les entrepreneurs ont encore du mal à se projeter dans l’avenir.

 

Des marges trop faibles

 

Les perspectives sont pourtant favorables, « notamment pour les entreprises de plus de 10 et 20 salariés ». Regain d’activité dans le neuf, production de 130 000 logements sociaux financés par les bailleurs sociaux, reprise des projets gelés par les collectivités locales et progression des investissements….

 

Des signes encourageants (à part sur le secteur de l’amélioration-entretien qui peine à décoller). Mais les marges sont encore trop faibles, dus aux prix anormalement bas. « C’est là que le bât blesse, reconnaît-elle.


Fracture territoriale et économique

 

Si cette reprise est là, elle ressentie différemment selon les territoires. Pour Olivier Salleron, président de la FFB Aquitaine, nous avons un réseau de territoires ruraux qui souffrent. La fracture est aussi économique ».

 

Un chiffre national suffit à s’en convaincre : sur le seul marché du neuf, 80% des surfaces construites relèvent de 20% des communes. Reste la rénovation des bâtiments, notamment énergétique, source d’activité pour les entreprises, mais qui n’affiche pas encore de redressement.

 

Le poids des normes


Le logement social fait toutefois exception. « Nous sommes sur une tendance haute dans le neuf, mais aussi dans la rénovation énergétique avec 115 000 logements réhabilités en 2016, se réjouit Christophe Boucaux, directeur maîtrise d’ouvrage et politiques patrimoniales au sein de l’Union sociale pour l’habitat (USH).

 

Pour autant, nous restons très vigilants sur le poids des normes qui en 10 ans représente ¼ du prix des logements. Ce renchérissement du prix implique une tension financière des bailleurs sociaux ». Et d’indiquer par exemple que la mesure visant à généraliser la répartition des frais de chauffage coûte 700 millions d’euros.



Malgré le choc de simplification des normes lancé lors du quinquennat précédent, la complexité réglementaire et normative revient comme un boomerang. Car on est encore loin d’avoir régler le problème. Il s’agit de s’assurer de la « supportabilité » pour le client final des hausses de prix liées aux nouvelles exigences.

 

Fraude au travail détaché

 

Le second problème porte sur le poids pris par la concurrence déloyale, voire illégale, dans le secteur. « C’est certainement l’un des facteurs qui explique le mieux le retard observé entre reprise de l’activité d’une part et évolution de l’emploi et des prix bâtiments toujours bas, d’autre part », explique Olivier Salleron.

 

Le président de la FFB Aquitaine reconnaît, même s’il est très opposé à cette pratique, que « pour une entreprise qui va mal, la tentation est grande de prendre des travailleurs détachés non déclarés ou mal déclarés, ou des auto-entrepreneurs non assurés ».

 

Pourtant, des calculs réalisés par la FFB pour un chantier type d’une journée montrent que la concurrence est tout à fait acceptable dès lors que l’on respecte la loi.



Ulrich Paetzold, délégué général de la Fédération de l’industrie européenne de la construction (FIEC) estime que le détachement de salariés n’est pas si mauvais que cela, à condition d’en respecter les règles. Il milite toutefois pour des renforcements de contrôles par pays et espère que des solutions au niveau européen seront trouvées.

 

Reprise en danger ?

 

Comment est évaluée cette reprise dans le contexte national et avec l’arrivée toute fraîche d’un nouveau gouvernement ? En deux mots, cette reprise est-elle en danger ? Peu le pensent. Car elle repose sur trois facteurs :

 

  • une situation macro-économique plus favorable ;
  • une situation macro-financière très porteuse avec des conditions de crédit historiquement bonnes ;
  • une situation institutionnelle, favorable grâce aux différents dispositifs (PTZ, Pinel, mesures pour la rénovation énergétique).

 

« Tous les économistes s’accordent à dire que l’économie française devrait avoir un taux de croissance de 1,2 à1,3% chaque année. Avec le retard pris pendant la crise, il pourrait même atteindre 1,7% sans choc », explique Eric Heyer, directeur du département analyse et prévision de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE).

 

Hausses et baisses attendues sans trop d’impact sur le bâtiment


Tous les indicateurs sembleraient même encourageants malgré des hausses attendues : celles du baril de pétrole à 60 dollars (contre 35-40 ces derniers temps), et des taux d’intérêt qui devraient atteindre 3,8% à l’horizon du quinquennat.

 

Au rang des baisses, celle de la dette publique comme l’a annoncé le nouveau président de la République, Emmanuel Macron, celle du chômage mais pas au niveau d’avant-crise et celle des déficits publics.

 

Maintien des dispositifs qui fonctionnent pour ne pas casser la machine

 

François Pupponi, maire de Sarcelles et président de l’ANRU partage cet optimisme « à condition que les dispositifs qui boostent l’activité ne soient pas arrêtés ».

 

Emmanuel Macron a promis que le Pinel qui doit se terminer à la fin de l’année ne serait pas arrêté brutalement. Une bonne nouvelle, car, comme le rappelle Bruno Lucas, président de la commission Economie de la FFB, « le bâtiment n’aime pas les ruptures ».



Il faudra aussi s’intéresser de près aux territoires qui meurent et aux quartiers en déshérence. « Les grands bailleurs sociaux nationaux ont déserté ces quartiers qui se dégradent souvent dans des zones détendues, constate François Pupponi. Une solution serait de créer une agence à l’image de l’ANRU, dont le financement ne viendrait pas d’Action Logement », Un clin d’œil au président de la FFB, également président d’Action Logement.

 

Pas d’obstacles à la reprise

 

Pour autant, l’installation d’un nouveau gouvernement est toujours source d’incertitude. Inquiétude qui pourrait être justifiée par l’absence d’un ministère de plein exercice dédié au logement ni de secrétariat d’Etat (le logement est placé dans le périmètre du ministère de la Cohésion des territoires dirigé par Richard Ferrand).

 

Un état de fait qui n’a pas manqué d’être relevé par les acteurs du bâtiment lors de cette manifestation, comme a été épinglée la limitation de l’ISF au patrimoine immobilier, volonté du nouveau président de la République qui fait bondir les professionnels.

 

Tous ces risques, qui pourraient faire obstacle à la reprise dans le bâtiment, feront l’objet des échanges de la FFB avec les ministres en charge dans les prochaines semaines. « Eclairer pour convaincre », a conclu Jacques Chanut.



Source : batirama.com / Frédérique Vergne

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saississez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saississez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Le projet du nouvel aéroport Notre-Dame-des-Landes près de Nantes, vous êtes plutôt... (1341 votants)
pour
contre
indifférent
 

Boutique