Le gouvernement lance la carte professionnelle du BTP

Le gouvernement lance la carte professionnelle du BTP

B. Cazeneuve et Myriam El Khomri ont remis la première carte professionnelle à un salarié du BTP, qui va devenir obligatoire cette année, pour lutter contre le travail illégal.


Le chef du gouvernement et la ministre du Travail ont remis à un salarié de la société bretonne de maçonnerie Moullec ce nouveau titre sécurisé, fraîchement sorti de l'Imprimerie nationale à Flers-en-Escrébieux (Nord).

 

Ils avaient peu auparavant visité ce site ultra-moderne et hautement protégé où sont édités également les cartes d'identité, les passeports ou les récents certificats de qualité de l'air pour les véhicules.

 

La carte d'identification professionnelle des salariés du secteur du bâtiment et des travaux publics, en projet depuis dix ans était vivement souhaitée par les entreprises du secteur.

 

QR code pour une lecture facile pour les inspecteurs du travail

 

Elle va comporter une photo, des informations sur la personne (nom, prénom, sexe) et son entreprise, ainsi qu'un QR code (code-barres) qui pourra être facilement lu via une application mobile, notamment par les inspecteurs du travail ou les donneurs d'ordre.

 

Elle a été rendue obligatoire par la loi Macron de 2015, qui l'a aussi étendue aux intérimaires et aux travailleurs détachés d'entreprises étrangères. Devant des représentants du secteur, le Premier ministre a salué "un progrès pour la protection des salariés et pour la défense de notre modèle social".

 

2,5 millions de salariés concernés

 

La carte, qui doit être généralisée dès février, va concerner 2,5 millions de salariés et 500.000 entreprises. L'Etat en a confié la gestion à l'Union des caisses de France (UCF) du BTP, qui a pour mission, entre autres, de lutter contre le travail illégal.

 

Le BTP connaît une multiplication des niveaux de sous-traitance et un taux significatif de fraude au détachement. Trente-trois chantiers ont été suspendus ou arrêtés par les préfets en 2016, conformément à ce que la loi leur permet désormais, a précisé M. Cazeneuve.

 

La coût de la carte a été fixé à 10,80 euros, que devront verser les entreprises à l'UCF pour couvrir les frais de gestion.



Source : batirama.com / AFP

Articles qui devraient vous intéresser

2 Commentaires


- -
  • par nonodu83
  • 0
  • 0

On a déjà énormément de mal à trouver du boulot. Après 2 ans de chômage, on ne vous donne plus rien pour vivre et en plus de ça, on vous empèche un p'tit job au black pour dépanner. Surtout que c'est pour quelques heures ou jours car le travail au noir n'est pas pour longtemps.


platine
  • par artisan65
  • 0
  • 0

Encore un « bullshit job » de plus ou « un job à la c** » pour une économie circulaire de la bêtise. Avant l’inspecteur vérifiait que l’arnaqueur avait bien payé toutes ses cotisations, cela prenait un peu de temps mais cette recherche était exhaustive. Maintenant il suffira de travailler 15 jours dans une entreprise pour avoir son laisser passer d’arnaqueur professionnel validé pour plusieurs années. Où est le progrès ? Ces jobs à la c** ne sont que des faire valoir politiques, des boulets économiques et des fabriquant de déprime sociale. http://www.lemonde.fr/m-perso/article/2016/04/22/dans-l-enfer-des-jobs-a-la-con_4907069_4497916.html

Laissez votre commentaire

Saississez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saississez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Le projet du nouvel aéroport Notre-Dame-des-Landes près de Nantes, vous êtes plutôt... (1118 votants)
pour
contre
indifférent
 

Boutique