Construire RT2012 et passif avec le béton cellulaire

Construire RT2012 et passif avec le béton cellulaire

Constructions de qualité et, en plus, passives. Tel est le credo de Stéphane Gauthier, maître d’œuvre et constructeur, qui parie sur le béton cellulaire.




Basé dans les Côtes d’Armor, maître d’œuvre et concepteur, Gauthier Créations, a développé un mode constructif spécifique, avec lequel il réalise des constructions passives, maisons individuelles et petits tertiaires.

 

« Nous construisons 20 à 25 projets par an en moyen et haut de gamme, explique Stéphane Gauthier, gérant de l’entreprise, et plus de 50 % d’entre eux sont passifs, le reste est bien sûr conforme à la RT2012 ».

 

Ce mode constructif repose sur deux piliers : structure et enveloppe en blocs de béton cellulaire, avec isolation par l’intérieur classique (laine minérale et plaques de plâtre) et équipements techniques d’une grande simplicité.

 

« Nos maisons sont chauffées avec de petits radiateurs électriques dotés de détecteurs de présence lorsque lesdites habitations sont RT2102, ou avec une centrale double flux avec bouches chauffantes pour celles qui sont passives. Nous n’utilisons plus ni pompe à chaleur ni plancher chauffant ».

 

 

  1. La preuve par l’exemple : pour les bureaux de Stéphane Gauthier, Gauthier Créations à Lamballe (22), une construction certifiée Passivhaus, avec des consommation de chauffage de l’ordre de 50 € par an pour une surface de 130 m2. © DR

 

« C’est en nous basant sur le retour d’expérience client que nous avons fait ce choix avec notre bureau d’étude, Fluditec ». En effet, le constructeur peine à trouver des pompes à chaleur de petite puissance, adaptées à une construction qui n’a besoin que de très peu de chauffage en raison de la qualité de son enveloppe.

 

En outre, « le coût d’entretien devient exorbitant, davantage que les consommations électriques, sans parler du coût fourniture et pose, c’est ce qui nous a incités à trouver des solutions simples et sans ou avec peu d’entretien ».

 

Idem avec le plancher chauffant, d’autant plus que ce dernier peut poser des problèmes d’inertie dans une maison parfaitement isolée et étanche à l’air.

 

 

  1. Passives ou RT2012, les maisons ont le même mode constructif : des blocs de béton cellulaire Cellumat de 25 cm d’ép. (R = 2,778 m².K/W) ou 30 cm (R = 3,333 m². K/W), et une isolation thermique intérieure via 160 cm de laine minérale, soit un R total de plus de 8 avec un bloc de 30. © DR

 

On l’aura compris, Stéphane Gauthier pense qu’il est de loin préférable pour ces clients d’investir dans l’enveloppe plutôt que dans des équipements techniques. Et côté enveloppe, il essaie de rationnaliser pour proposer un mode constructif fiable parfaitement étanche à l’air, qu’il s’agisse de maisons passives ou RT2012.

 

C’est ce qui l’a conduit à s’intéresser au béton cellulaire et à nouer des liens avec le fabricant Cellumat : « J’ai utilisé pour la première fois du Monomur en béton cellulaire, il y a dix ans. Maintenant 100% de nos constructions sont réalisées avec ce matériau ».

 

Un mode constructif qui, outre une différenciation par rapport à la concurrence, présente à ses yeux beaucoup d’atouts : « Ses performances en termes d’isolation comme d’inertie thermique sont très intéressantes, les chantiers sont propres et c’est un matériaux minéral sur lequel les enduits ne décollent pas ».

 

 

  1. Pour être passive, cette maison individuelle est équipée de baies à triple vitrage. C’est la seule différence au niveau de l’enveloppe entre les maisons passives et RT2012 BBC livrées par le constructeur. © DR

 

Aujourd’hui, il l’utilise en blocs de 25 ou de 30 suivant les performances recherchées et il le couple à une dalle isolée par 200 mm de PSE graphité et à un système d’isolation thermique par l’intérieur constitué de 160 mm de laine minérale et plaques de plâtre sur rails.

 

Le tout, en veillant à l’étanchéité à l’air : « Nous y sommes très attentifs, nos maisons sont parfaitement étanches ». Pour y parvenir – et même si le béton cellulaire avec son enduit extérieur pourrait répondre aux obligations de la RT2012 –, il ajoute un enduit technique projeté en face intérieure.

 

« Ainsi, là où la RT2012 impose une étanchéité à l’air à 0,60, nos constructions affichent une moyenne de 0,19. Nous sommes trois fois plus performants que les obligations réglementaires ».

 

 

  1. Des équipements techniques reconnus sur le marché, qui sont les plus simples possible avec le minimum d’entretien pour éviter que les coûts de maintenance ne dépassent ceux des consommations d’énergie. © SM

 

Pour autant, deux objections viennent à l’esprit : le coût et la difficulté de mise en œuvre d’un mode constructif méconnu des entreprises de maçonnerie. Deux objections que le maître d’œuvre balaie.

 

« Concernant le surcoût lié au béton cellulaire, il faut considérer la construction dans son ensemble. Par rapport à la brique qui a de moins bonnes performances thermiques, il est de 1500 € pour une maison de plus de 100 m2. Ce coût est largement compensé par les économies que nous réalisons sur les équipements techniques.

 

Avec les bonnes explications, nous arrivons facilement à convaincre nos clients ». Et à propos des difficultés de mise en œuvre, sa réponse est toute trouvée : être bien entourés. « Nous avons noué des partenariats avec des entreprises de maçonnerie locales, et certaines d’entre elles, comme nous, ne jurent plus que par le béton cellulaire ».

 




Source : batirama.com / Stéphane Miget

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Articles qui devraient vous intéresser

Pour aller plus loin ...

Newsletter
Produits


Votre avis compte
Êtes-vous impatient de voir Notre-Dame de Paris réouverte au public ? (92 votants)
 
Articles
Nouveautés Produits