Isolation : du béton de chanvre au cœur de Paris

Isolation : du béton de chanvre au cœur de Paris

Un immeuble du Quartier Latin est réhabilité dans le respect des contraintes actuelles d’économies d’énergie. Isolés avec du béton de chanvre, ses murs régulent température et humidité.



Si la rue de la Huchette, dans le Ve arrondissement de Paris, a conservé son tracé moyenâgeux, l’architecture de ses bâtiments date des XVIIIe et XIXe siècles.

 

RIVP, important bailleur social parisien, a engagé un programme remarquable sur un immeuble R+5 du XVIIIe siècle, comprenant la réhabilitation du corps principal du bâtiment et la reconstruction d’une aile contiguë, de même hauteur.

 

Ce chantier de 1,8 million d’euros s’inscrit dans le cadre du Plan Climat Paris, qui prévoit notamment de rendre l’habitat durable et sobre en carbone. Le bâtiment devra utiliser au plus 80 kWh d’énergie primaire/m2.an. Les 607 m2 Shon seront livrés en 2016.

 

 

  1. Mur de face : le béton de chanvre en fin de séchage. A droite : le mur mitoyen en moellon, a été décroûté et figé à la chaux. Il sera doublé en plaques Fermacel ne bloquant pas la "respiration”, pour permettre de fixer des éléments de cuisine.

 

Respecter le mode constructif

 

Les maîtres d’œuvre, le cabinet DLA Dumont Legrand Architectes et le BET LM Ingénieur, s’inscrivent tous deux dans une démarche environnementale. Dès le stade de l’esquisse, ils ont travaillé de concert dans l’idée de conserver les atouts du mode constructif de l’époque.

 

Peu modifié depuis 1862, l’immeuble conservera son aspect extérieur. Il abritera 10 logements (2 studios de 25 m2 par étage) et un local commercial, en rez-de-chaussée et sous-sol.

 

L’aspect le plus intéressant de la réhabilitation réside dans le choix d’une isolation en béton de chanvre pour améliorer les performances thermiques des murs. Construits en pierre depuis les fondations jusqu’au deuxième étage, puis en maçonnerie, avec des épaisseurs dégressives, ces murs, enduits de chaux, avaient pour caractéristiques une forte inertie et une importante perméance à la vapeur d’eau.

 

 

  1. L’ enduit de finition chaux-sable Tradical en cours de séchage.

 

Une isolation en béton de chanvre

Pour conserver cet atout, qui participe de la longévité du bâtiment, les maitres d’œuvre ont choisi une isolation « respirante », elle aussi. Comme la pierre et la chaux,  le béton de chanvre permet en été, l’évaporation de l’eau dans l’épaisseur du mur, qui absorbe la chaleur et procure une certaine fraîcheur. En hiver, la condensation de l’eau dans le mur dégage de la chaleur.

 

Côté intérieur du bâti, 100 mm de doublage isolant béton de chanvre (Tradical PF 70 + Chanvribat) ont été projetés mécaniquement, opération qui a pris moins d’une semaine. Après séchage (1 cm par semaine), la finition a été réalisée par un enduit à la chaux épais de 15 mm. L’isolation intérieure présente une inertie hygrothermique similaire à l’inertie de masse du mur.

 

A l’extérieur, 40 mm d’enduit hygrothermique chaux-chanvre (Tradical PF 80M + Chanvribat), ont été projetés à la truelle, puis couverts de 20 mm d’enduit de finition chaux-sable. L’isolation extérieure permet de réduire les ponts thermiques de l’enveloppe, de la même façon qu’à l’origine, sans entraîner de surépaisseur.

 

 

  1. Essais d’enduits de finition extérieurs sur le béton de chanvre.

 

Un chantier simplifié

 

Avec ce chantier, l’entreprise Batirenov (filiale de Bouygues) réalisait sa première application de béton de chanvre ; une expérience positive, selon les opérateurs, qui ont apprécié la simplicité de la mise en œuvre (pas de pare-vapeur, de lame d’air à prévoir, pas de scotch, etc.).

 

Le béton de chanvre s’applique directement sur le support purgé de l’ancien enduit, avec une accroche mécanique parfaite, du fait de la cohésion des matériaux. De même, les enduits de finition s’appliquent aisément sur le béton de chanvre.

 

Effectuée du début à la fin par le même intervenant, la mise en œuvre simplifie le déroulé du chantier et permet de mieux maîtriser sa durée.

 

 

  1. Bilan carbone par lots : le bois et le chanvre améliorent le bilan carbone du projet.

 

 

  1. Le comportement thermique du mur.

 

Une solution durable et reproductible

 

Homogène, la durée de vie des divers matériaux favorise la tenue dans le temps du bâtiment.

 

Recyclable à 75% et utilisant une fibre naturelle, le béton de chanvre  améliore grandement le bilan carbone du projet, pour une majoration de 5 à 10% du coût du gros œuvre. 

 

Cohérente avec les qualités initiales de la construction, la solution retenue ici pour améliorer les performances thermiques du bâtiment a valeur d’exemple pour les futures rénovations d’immeubles du même type, dont quelque 6000 sont recensés dans la capitale.

 

 

  1. L

    es planchers d’origine prennent appui sur les murs mitoyens ; d’où une absence de ponts thermiques. Ils présentaient jusqu’à 30 cm de flèche. La quasi-totalité des poutres ont été remplacées.

 

 

Source : batirama.com / Emmanuelle Jeanson

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Le secteur du bâtiment irait mieux depuis quelques mois, qu'en pensez-vous ? (2030 votants)
Oui, la reprise est bien là, les carnets de commandes se remplissent à nouveau
Non, le contexte économique reste très défavorable
Il est trop tôt pour se prononcer