Un centre aquatique opte pour une filtration 100 % bio

Un centre aquatique opte pour une filtration 100 % bio

Filtrer l’eau de baignade sans produits chimiques ? C’est possible grâce à filtration 100 % bio que va tester la ville de Montreuil.



Si le privé a déjà opté pour des baignades bio, le public reste encore lié au « désinfectant ». Il aimerait pourtant, lui aussi, se passer de la chimie. C’est le cas de la ville de Montreuil, qui ne voulait pas utiliser de chlore et de produits chimiques pour le bassin extérieur de son futur centre aquatique, à l’instar du centre aquatique Water Jump en Vendée.

 

Spécialiste dans le traitement biologique, mécanique et physique des eaux dites «récréatives», Aquatic Science s’est ainsi vu confier l’étude et la conception de la filtration biologique de ce bassin de 1700 m3, soit un volume d’eau comparable à celui d’une piscine olympique.

 

Un véritable défi technologique que la PME franco-belge a pu relever, en collaboration avec l’agence Coste, maître d’œuvre du projet.

 

Comment ça marche ?

 

Pour maintenir la limpidité de l’eau du bassin, Aquatic Science applique un processus s’appuyant sur plusieurs étapes : une filtration mécanique avec filtres tambour, suivi d’un passage par des filtres biologiques, un bac tampon et enfin d’un passage aux UV.

 

Il s’agit donc tout d’abord d’évacuer les matières en suspension : le pollen, les feuilles et les peaux mortes, toutes ces matières organiques qui, lorsqu’elles se décomposent, forment la vase et donc un engrais favorable au développement des algues et  à de l’eau verte.

 

Il faut les capter au plus tôt et les sortir du circuit d’épuration. Cette action est ici rendue possible grâce à une filtration qui s’effectue par gravité, selon le principe des vases communicants, limitant ainsi les puissances à mettre en place au niveau des pompes.

 

Désinfection avec 24 lampes UV

 

La filtration mécanique à tambours capte ainsi l’ensemble des grosses particules. Ensuite, l’eau s’écoule au travers de 14 filtres biologiques, composés d’un support de filtration céramique, le biocerapond.

 

Dernière étape : avant de repartir dans le bassin, l’eau passe par l’ « Uvozone Spécifique», constitué de 24 lampes UV qui assurent la désinfection grâce à un traitement conjoint du rayonnement ultra-violet et de l'ozone.

 

Cette technologie innovante inspirée de la nature est non seulement active contre les parasites et les algues, mais assure également une épuration des germes jusqu'à 99,9 %.

 

Pas de produits chimiques !

 

Le procédé garantit une qualité sanitaire optimale, répondant aux normes sanitaires en vigueur, sans utilisation de produits chimiques, avec un renouvellement de l’eau calé sur les normes de la piscine classique et permettant aux baigneurs d’évoluer dans une eau douce et cristalline, non irritante.

 

Au niveau de la mise en œuvre, selon Jean-Christophe Gérard d’Aquatic Science, « les compétences requises par ce procédé ne sont pas différentes de celles d’une piscine classique. Quant à l’entretien, il fera l’objet d’un guide maintenance remis à l’exploitant. »



Source : batirama.com / Michele Fourret

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

ARTIDEVIS Autopub

Produits





Articles

Votre avis compte

Le secteur du bâtiment irait mieux depuis quelques mois, qu'en pensez-vous ? (2193 votants)
Oui, la reprise est bien là, les carnets de commandes se remplissent à nouveau
Non, le contexte économique reste très défavorable
Il est trop tôt pour se prononcer
 

Boutique