Chapes Fluides ou traditionnelles ?

Chapes Fluides ou traditionnelles ?

Elles peuvent être enrobées, désolidarisées, flottantes ou rapportées… mais ne seront réalisées que selon deux techniques concurrentes : traditionnelle (relevant du DTU) ou fluide sous Avis Technique ; la seconde est de plus en plus pratiquée aux dépens de la chape tirée à la règle.



 

Une chape est un ouvrage d’interposition, d’une épaisseur moyenne de 5 cm entre un support de type dallage ou dalle et un revêtement scellé ou collé. La chape peut être adhérente, dans le cas de planchers préfabriqués ; désolidarisée par une feuille dechape1-393.jpg polyéthylène de 150 à 200 µm d’épaisseur lorsqu’il y a un risque de remontée d’humidité ou flottante sur un isolant thermique et/ou phonique, destiné par exemple à un plancher chauffant…

 

Attention à la couche de ravoirage !

 

En présence de canalisations, gaines… un ouvrage complémentaire et sous-jacent de la chape appelé couche de ravoirage est indispensable. Attention à ne pas l’oublier lors de la conception, car la hauteur totale de réservation en dépend. Une réservation de 15 ou 20 cm pour la pose des sols carrelés sur des planchers chauffants est courante et avoir négligé les 3, 4 cm de ravoirage pour les incorporations de canalisations est problématique… et leur intégration dans le mortier de chape interdite !

 

L’essor de la chape fluide

 

De par son épaisseur, la chape est un ouvrage technique auquel il faut apporter beaucoup de soins lors de son exécution, sous peine de fissurations ou de décollement du revêtement… Par ailleurs, le marché de la chape fluide est aujourd’hui en plein essor, mais la chape traditionnelle résiste et représente encore les deux tiers du marché… Quelles sont les raisons qui motivent certains maçons, chapistes, carreleurs à s’orienter vers l’une de ces deux technique ?

 

Source: batirama.com / Hubert Koenig

 


 

Les trois questions à se poser... avant de démarrer le chantier !

 

Question n° 1

 

Tous les planchers peuvent-ils supporter une chape ?

 

chapequest1-393.jpgTraditionnelles ou pas, les chapes hydrauliques de granulats courants, appartiennent à la famille des chapes humides, dont la masse volumique est voisine de 2100 kg /m3. Par conséquent, 5 cm de chape sans ravoirage apportera une surcharge de 105 kg au m2… Ce n’est pas négligeable ! Sur un vieux plancher en bois, poser un carrelage destiné à une salle de bains, sans générer de nuisance sonore ultérieure, relève du défi…sauf dans le cas d’utilisation d’une chape humide comportant soit des billes de polystyrène, comme par exemple le XXLight de Poly Stone Technologie (300 kg/m3 et 0.082 W/mK de conductivité thermique), soit en granulats de bois comme Agreslith-C d’Agresta, sous Avis Technique 16/05-487…

 

 

Les chapes allégées et les chapes sèches

 

Une alternative à la chape allégée est la chape sèche, couramment utilisée en rénovation. Dans la plupart des cas, il s’agit de plaques de plâtre ou à base de plâtre posées sur des granulats légers de type granulats d’argile expansée, de béton cellulaire...  (Bâtirama n°379 d’octobre 2005). Knauf, Lafarge Plâtres, BPB Placo, Xella Fermacell…proposent des systèmes de chapes sèches sous Avis Technique du CSTB.

 

Produit

Fabricant

N° de l’Avis Technique *

Prégychape BD13

Lafarge Plâtres

12/04-1409

Placo

BPB Placo

12/03-1359

Aquapanel floor

Knauf

12/04-1404

Fermacell

Xella Fermacell

12/00-1226

* Sur www.cstb.fr et à la rubrique Avis Technique, en recherche simplifiée et en saisissant le n° de l’Avis Technique, le dossier technique accompagné de l’avis des experts du groupe spécialisé est disponible, imprimable et téléchargeable gratuitement.

 

Exemple d'une chape d'enrobage destinée à un plancher chauffant sur sous-couche isolante à plots.

 

chapequest1-des-393.jpg

 

 


 

Peut-on incorporer des canalisations dans la chape ?

 

Attention ! Il ne faut pas confondre le ragréage et le ravoirage. En effet, le ragréage est une opération d’optimisation de la surface parchapequest2-des-393.jpg application de 3 à 30 mm d’un enduit de lissage industriel de type weber.niv de Weber et Broutin ou le 123 Planisol de Parex…alors que le ravoirage a pour mission de rattraper un niveau ou d’intégrer des canalisations dans une couche plane, sur laquelle la sous-couche isolante éventuelle sera disposée. L'épaisseur du ravoirage est au moins égale au diamètre extérieur du plus grand diamètre du fourreau ou de la canalisation... Le ravoirage peut être réalisé soit au moyen de sable 0/4 stabilisé au liant hydraulique, dans ce cas l’épaisseur maximale du ravoirage sera de 4 cm, soit au moyen d’un béton ou d’un mortier maigre de ciment ou de chaux hydraulique.

 

chapequest2-393.jpgAttention, pour les locaux à fortes sollicitations, le ravoirage sera réalisé obligatoirement au mortier de ciment dosé à 325 kg/m3 et complété éventuellement par un treillis soudé de maille maximale 50 x 50. Il est à noter que certains fabricants proposent des produits fluides destinés au ravoirage, certains produits étant même en béton allégé. Alors, peut-on supprimer le ravoirage ? On l’a compris, dès lors qu’il existe des incorporations, le ravoirage s’avère indispensable et conduit à des surépaisseurs de planchers et des contraintes de poids …ce qui peut être évité en incorporant les canalisations dans l’isolation,  mais à condition d’utiliser des goulottes en PSE Ultra Th. Ce type de goulotte est associé au système de planchers Isoleader de KP1 et autorise l’incorporation des canalisations d’eau sanitaire ou des gaines électriques au niveau de la couche isolante, supprimant ainsi l’opération de ravoirage.

 

Question n° 3 

 

Comment limiter les nuisances sonores et les bruits de chocs ?

 

L’isolation thermique des sols est essentielle ; toutefois, le voisin qui déplace des meubles, les enfants qui jouent, la voisine quichapequest3-393.jpg se déplace avec des chaussures à talon…constituent des nuisances sonores appelées « bruits de chocs » par les acousticiens. Les revêtements de sols ne permettant pas de répondre à cette nuisance, des fabricants proposent des sous-couches acoustiques destinées à chapes carrelées. Elle est mince (2 à 3 mm), elle ne se voit pas et pourtant  elle doit être acoustiquement et mécaniquement performante… Suite à de nombreux litiges, les sous-couches acoustiques sont désormais certifiées par le CSTB et à ce jour 5 sous-couches sont certifiées, mais avec des performances ou des domaines d’utilisation différents.

 

Il s’agit de Fibrarken d’Arken ; d’Assour chape 19 et Assour chape plus de Siplast Icopal ; Velaphone confort de Soprema et enfin Trami chape de Tramico.Ces 5 produits sont au moins certifiés SC1 (« 1 » pour l’indice d’incompressibilité le plus élevé) et A (« A » pour acoustique avec Delta LW > 15 dbA)

 

PRODUITS 

FABRICANTS

"INCOMPRESSIBILITE

a=500 kg/m²

b= 200 kg/m² 

DELTA LW MINIMUM DE 15 DB 

UTILISATION EN PLANCHER CHAUFFANT

FIBRARKEN

Arken

SC1

a2

A

 

b2

Ch

ASSOUR CHAPE 19

Siplast

Icopal 

a2

 

ASSOUR CHAPE PLUS

b2

 

VELAPHONE CONFORT

Soprema

a2

 

b2

Ch

TRAMI CHAPE 

Tramico

a2

Ch

b1

 

 

 


 

Solution n° 1 : La chape traditionnelle

 

Par traditionnelle, on entend une chape exécutée par damage, réglage et lissage suivant l’état de surfacechapesol1-1-393.jpg désiré ;  par conséquent, les chapes fluides (solution n°2) ne sont donc pas concernées. Cependant, les planchers chauffants à eau chaude circulant dans des tubes en matériau de synthèse ou en cuivre sont définis dans le DTU 65.14. L’enrobage des éléments chauffants peut être fait soit en béton prêt à l’emploi, soit en béton fabriqué et plastifié sur chantier soit en mortier pour chape fluide à base de ciment ou de sulfate de calcium prêt à l’emploi ou prêt à gâcher.

 

 

 

 

 

go-chape-sol-1-393.jpgBien doser sa chape en ciment

 

Une chape de garage de maison individuelle, n’aura pas les mêmes caractéristiques qu’une chape soumise à des charges statiques ou dynamiques importantes, telles que celles d’un hypermarché ou d’une cuisine collective. Par conséquent, sa conception doit obligatoirement prendre en compte le type de sollicitations. Les chapes traditionnelles, qui répondent aux exigences du DTU 26.2, et autorisant un usage pédestre et à des activités humaines usuelles tels que des locaux d’habitation, des bureaux, des boutiques ou des salles de classe, c'est-à-dire des locaux P2 ou P3 du classement UPEC, se réalisent avec un ciment de classe de résistance 32.5 dosé à 300 ± 50 kg /m3 de sable sec 0/4. Pour des locaux à sollicitations plus élevées P4 ou P4S, il y a lieu de faire appel à des mortiers performanciels prêts à l’emploi.

 

4, 5 ou 6 cm ?

 

L’épaisseur minimale dépend du type de chape, désolidarisée ou sur sous-couche isolante et du type de sollicitation, faible ou forte (tableau ci-dessous). Outre les joints de retrait et de construction du support, des joints de fractionnement sont à exécuter tous les 40 m2 et au plus tous les 8 m linéaire dans le cas des chapes désolidarisées. Les tolérances de planéité sont de 5mm sous la règle de 2 m et 2 mm sous le réglet de 0,20 dans le cas général et 1 mm sous le réglet de 0,20 pour des sols souples collés. Les chapes incorporées (frais sur frais) ont, quand à elles, des tolérances de 7 à 2 mm, sous la règle de 2 m et le réglet de 0,20 m.

 

 

EPAISSEUR

TREILLIS SOUDE/FIBRES

 

CHAPE DESOLIDARISEE

 

Locaux à faible sollicitation P2 ou P3 du classement UPEC (locaux d'habitation, bureaux...)

5 cm sans être localement inférieure à 4 cm

Non nécessaire

 

Locaux à sollicitations modérées à fortes P4 t P4S (galeries commerciales, cuisines collectives...)

6 cm sans être localement inférieure à 4.5 cm 

–  soit TS à maille 100 x 100 et de masse nominale de 325 g/m²

–  soit fibres sous Avis Techniques

 

CHAPE SUR SOUS-COUCHE ACOUSTIQUES

 

Chape sur sous-couche SC1 "incompressible"

≥  5 cm sans être localement inférieure à 4 cm

–  soit TS à maille 100 x 100 et de masse nominale de 325 g/m²

–  soit fibres sous Avis Technique

≥ 6 cm sans être localement inférieure à 4 cm

Non nécessaire

Chape sur sous-couche SC2 "peu compressible"

6 cm sans être localement inférieure à 4.5 cm

–  soit TS à maille 100 x 100 et de masse bominale de 325 g/m²

–  soit fibres sous Avis Techniques

 


 

Solution n° 2 : La chape fluide à base d'anhydrite ou de ciment

 

 L’Avis Technique impose une mise en œuvre scrupuleuse et n’autorisant pas les approximations, c’est pour cette raison que  ces chapes ne sont utilisables que par des applicateurs agréés et formés par les fabricants (voir carnet d’adresses ).

 

Le domaine d’emploi est celui des intérieurs de bâtiments, en pose désolidarisée ou flottante, sur sous-couche acoustique éventuelle. La pose adhérente, n’est à ce jour, pas visée par les Avis Techniques des chapes fluides à base d’anhydrite ; a contrario, les chapes fluides à base de ciment autorisent ce type de pose.

 

* L’anhydrite est un sulfate de calcium anhydre, la plupart du temps issu de l’industrie chimique ou de la désulfuration des gaz et des fumées des centrales thermiques.

 

Les chapes fluides sous Avis Techniques en anhydrite ou en ciment :

 

TYPE DE CHAPE 

FABRICANT

PRODUIT

AVIS TECHNIQUE

ANHYDRITE

La Chape liquide

La Chape liquide

12/04-1392

Duoflow

Système Duoflow

12/05-1455

Sika

Sika Syntichape

12/06-1486

Knauf

FE 80

12/99-1186

Maxit

Maxitplan

12/01-1253

CIMENT

Maxit

IP 88

12/99-1170

Sika

Sika viscochape

12/03-1357

Vicat

La Chape Vicat

12/03-1377

VPI

Baticem Flow

12/03-133

 

chapesol2-1-393.jpg

 

Chape à base de sulfate de calcium : une pathologie enfin maîtrisée…

 

Une chape est un ouvrage mince en mortier, avec ou sans treillis soudé, tiré à la règle, taloché et éventuellement lissé. Avec un rendement moyen de 20 m2/heure et  une mise en œuvre physique, réaliser une chape est contraignant. Sont alors apparus sur le marché, il y a 20 ans, des produits fluides, plus simples à mettre en oeuvre, certains permettant même de s’affranchir des joints… mais aussi sources de pathologie et de réserves justifiées de la part des assureurs.

 

Pathologies

 

Fissurations, décollements et cloquages des revêtements de sols ont longtemps concerné les chapes à base de sulfate de calcium. Mais depuis juillet 2003 et suite à de gros efforts d’information et de formation menés auprès des utilisateurs, les assureurs ont enfin levé leurs réserves. Mais cela ne veut pas dire que le risque n’est plus présent, car ces chapes demeurent techniques. Si les chapes à base de sulfate de calcium anhydre peuvent revendiquer une cinquantaine d’années d’existence (elles sont nées après guerre en Allemagne, à une époque où le ciment était rare), très paradoxalement les chapes fluides à base de ciment sont plus récentes, mais sont également sous Avis Technique.Comme pour les chapes à base de sulfate de calcium, les chapes fluides à base de ciment  nécessitent une mise en œuvre très soignée et sont réservées à des applicateurs agréés par les fabricants, dont les coordonnées sont précisées dans le carnet d’adresse.

 

chapsol33.jpg

 


 

Alors traditionnelle ou fluide et sous avis technique ?

 

Selon Florent Seignez, Responsable relations clients à la Chape Liquide, compte tenu des règlementations thermiques actuelle et futures, le marché de la chape fluide est porteur ; par ailleurs, la réduction significative de la pénibilité, associée à des gains de productivité élevés rend le produit fluide économiquement intéressant, malgré un coût à l’achat plus élevé.

 

Tableau comparatif des performances et des limites des deux techniques

 

Traditionnelle et réondant aux exigences du DUT 26.2 

Fluide et sous Avis Technique

Tous types de locaux : de la maison individuelle aux locaux industriels

Non utilisable en sols industriels

Par ailleurs la chape anhydrite n'est pas conçue pour les sols comportant des siphons 

Epaisseur ≥  5 cm selon le type de locaux

Anhydrite :

≥  2.5 cm sans sous couche

≥  3.5 cm sur sous couche

Ciment :

≥  4 cm

100 m² en 5 heures à deux compagnons

100 m² en ¾ d'heure à 2 compagnons (hors temps de préparation)  

80 à 100 euros/m3

Chape ciment : 150 euros/m3

Chape ciment + fibres : 180 euros/m3

Chape anhydrite : 180 - 200 euros/m3

 

LE CARNET D'ADRESSE DES FABRICANTS

 

• ARKEN

400, rue louis Armand - 13852 AIX EN PROVENCE

 

•  LA CHAPE LIQUIDE

500 rue Marcel Demonque, Zone Pôle Technologique Agroparc, 84915 AVIGNON CEDEX 9

 

•  LAFARGE BETONS

5, boulevard Louis Loucheur - BP 302 - 92214 SAINT CLOUD CEDEX

www.lafarge-betons.fr

 

• SIPLAST ICOPAL

12, rue de la Renaissance - 92184 ANTHONY CEDEX

www.siplast.fr

 

• SOPREMA

14, rue de Saint Nazaire - 67025 STRASBOURG CEDEX

www.soprema.fr

 

• PAREX LANKO

19, place de la Résistance - 92446 ISSY LES MOULINEAUX CEDEX

www.parexlanko.com

 

• POLY STONE TECHNOLOGIES

BP 70731 - 49307 CHOLET CEDEX

www.polystone.fr

 

• TRAMICO DIVISION BATIMENT

28210 NOGENT LE ROI

www.tramico-compriband.com

 

• VPI

4, rue Aristide Bergès - BP 36 - 38031 L'ISLE D'ABEAU CEDEX

www.vpi.vicat.fr

 

• WEBER ET BROUTIN

Rue de Brie - BP 84 - SERVON - 77253 BRIE COMTE ROBERT CEDEX

www.weber-broutin.fr

 

• KNOPP FRANCE

2, rue Antonin Magne - 45400 FLEURY LES AUBRAIS

www.knopp-chemie.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Le secteur du bâtiment irait mieux depuis quelques mois, qu'en pensez-vous ? (2029 votants)
Oui, la reprise est bien là, les carnets de commandes se remplissent à nouveau
Non, le contexte économique reste très défavorable
Il est trop tôt pour se prononcer
 

Boutique