3 techniques pour créer une mosaïque

3 techniques pour créer une  mosaïque

Déjà utilisée cinq siècles avant J.-C en Grèce pour la décoration des maisons et des temples, la mosaïque, art de la taille et de l’assemblage, est encore aujourd’hui un must de la décoration. Voyage au cœur d’un procédé antique, toujours d’actualité !



 

La technique de la mosaïque consiste à former des motifs, des figures, des frises…  à partir de pièces cassées et taillées, multicolores, appelées tesselles ou cassons (pour du carrelage cassé) et assemblés à l’aide de mastic ou d’enduit. On peut utiliser des fragments de céramique, de pierre, de pâte de verre ou encore du marbre (roche dure et cristalline qui convient aux mosaïques de sol), des émaux de Briare (3 mm d’épaisseur et plus de 35 couleurs différentes), ou smalt vénitien (environ 1 cm d’épaisseur et plusieurs centaines de coloris). Mais on peut également utiliser des galets, des coquillages, des miroirs cassés, de l’ardoise…

 

Trois techniques différentes

 

Le choix s’effectue en fonction du support, de la destination et de la taille de la mosaïque :

 

• la méthode directe se pratique in situ et consiste à coller directement les tesselles à l’endroit sur le support

 

• la méthode directe sur filet (apparue il y a 20 ans) se réalise dans un premier temps en atelier : les tesselles sont pré collés à l’endroit sur une trame de fibre de verre qui est ensuite fixée sur le support définitif, in situ. Cette technique, souvent utilisée pour créer de grands décors ou fresques, permet de livrer une mosaïque prête à poser et ainsi, de réduire le temps d’intervention sur le chantier

 

• la méthode indirecte (inventée au milieu du 19 siècle) s’effectue également en atelier : le motif à réaliser est inversé par rapport à l’original car les tesselles sont collés à l’envers sur un support provisoire, généralement en papier kraft. Dans certain cas, un cadre de bois, fixé autour de la mosaïque, va ensuite servir de coffrage pour couler un lit de mortier. Après séchage, la mosaïque est retournée, le papier kraft est retiré et la mosaïque fixée, en un seul morceau, sur le chantier. Si dans la méthode directe, on peut jouer sur l’épaisseur des matériaux  pour donner des effets de relief, la méthode indirecte, elle au contraire, favorise une surface complètement plane même avec différentes épaisseurs de matériaux. Ce qui est intéressant pour réaliser des plateaux de tables ou des dalles de sol

 

Mortier ou colle à carrelage

 

Les tesselles et les cassons sont collés à l’aide d’un mortier réalisé à partir d’un volume de ciment pour un volume de sable de rivière tamisé (0,2 mm de diamètre), le tout additionné d’eau. Pour ralentir le temps de prise (dans le cas des tesselles de petites dimensions), il est possible de rajouter un ou deux volumes de chaux non hydraulique à ce mortier ainsi que des pigments naturels (oxydes ou terres) pour le colorer lorsqu’aucun joint de finition n’est prévu. Aujourd’hui, ce liant - qui demande une parfaite maîtrise des temps de mise en oeuvre- est de plus en plus délaissé au profit de mortiers colles industriels, identiques à ceux utilisés par les carreleurs, proposant différents temps de prises.

 

Source : batirama.com / Virginie Bourguet

 




mos1-4.jpg

 

2 - Les marbres se coupent avec une marteline, sorte de marteau à bouts pointus, et un tranchet.

 

3 - Sur de grands carreaux, la carrelette permet de dégrossir les coupes, de préparer des bandes.

 

4 - En pose directe, le support est encollé partiellement, au fur et à mesure de l’avancement du travail, soit à la colle à carrelage étalée au peigne de 6 ou 8 mm soit au mortier traditionnel (ciment + sable) déposé à la taloche ou à la langue de chat. Dans ce dernier cas, le support devra être également humidifié. Les tesselles sont ensuite enfoncés et ajustés directement dans la colle ou dans le mortier frais. Cette technique impose de bien visualiser l’œuvre dans sa globalité.

mos5-8.jpg

5 - 6 - Dans la pose directe sur filet, les tesselles sont, au préalable, fixés à l’endroit par un simple point de colle vinylique sur une trame de fibre de verre (maille de 2 mm à 1 cm selon la dimensions des tesselles) sur laquelle le motif aura été reporté au feutre. Cette technique permet de réaliser une grande partie du travail en atelier mais aussi, de diviser la mosaïque en plusieurs éléments: le filet est alors noyé soit dans un mortier colle soit dans un mortier traditionnel déposé sur le support. Lorsque la mosaïque se compose de plusieurs morceaux, il faut les poser en travaillant de bas en haut et veiller à ce que la colle ou le mortier remonte bien à travers les mailles pour souder l’ensemble.

 

7 - 8 - Dans la pose indirecte, les tesselles sont provisoirement collés à l’envers, à l’aide d’une colle hydrosoluble (colle à papier peint ou gomme arabique à base de sève d’acacia que l’on va faire fondre à l’eau chaude) sur un papier kraft, sur lequel on aura reporté le motif lui aussi inversé ! Attention ! le papier kraft ne doit pas gondoler  : la mosaïque ne serait alors pas plane. Après 12 heures de séchage, le papier est découpé en suivant les contours du motif et la mosaïque fixé au support avec de la colle à carrelage. A nouveau 12 heures plus tard, il suffit de détremper le papier kraft à l’aide d’une éponge humide pour le décoller de la mosaïque.

mos9-12.jpg

9 - 24 heures après la pose de la mosaïque, on peut réaliser le joint dont la largeur peut varier, de 2 à 8 mm…. Une seule règle, garder une unité en ne mélangeant pas joints larges et joints fins et n’utiliser qu’une seule couleur de joint. La couleur essentielle car elle peut totalement modifier le résultat final : un joint dont la couleur est proche de celle du tesselle met en valeur le motif, à l’inverse le joint blanc va l’affadir ! Neutre, le joint gris est le plus utilisé.

 

10 - 11 - Le joint est passé à la spatule ou à la main. Après environ 30 minutes, lorsqu’il a commencé à tirer, le surplus est enlevé à la raclette caoutchouc ou au chiffon sec puis, après encore 30 minutes, les tesselles sont, à nouveau, frottés au chiffon sec pour enlever les restes de laitance.

 

12 - 13 - Voici deux réalisations.

mos13.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

* Merci à Julie Bergé, carreleur mosaïste ; Sylvie Potier, mosaïste ; et Emmanuelle Cafiéro, professeur à l’ENSAAMA, l’Ecole nationale supérieure des arts appliqués et métiers d’arts (Ecole Olivier de Serre à Paris).

 




 

Formations :

 

* L’ANFAB, l’Association nationale de formation dans l’artisanat du bâtiment, organise des formations dans différentes régions de France, destinées aux carreleurs voulant se former à la pose de mosaïque.

 

Renseignements : 01.53.60.51.80

 

* Sylvie Potier, mosaïste, propose des stages dans son atelier situé à Toulouse.

 

Renseignements : 05.61.13.96.89 ou mosaique@sylviepotier.com

 

 

 

La mise en œuvre, le choix du mortier colle, de la sous-couche d’accroche… en fonction du support et de la nature des carreaux relèvent des mêmes exigences que pour la pose d’un carrelage :

 

· Depuis le 15 décembre 2005, les colles à carrelage ne font plus l'objet d'Avis Technique ni de certification CSTBat (seuls restent sous Avis Technique quelques produits particuliers).Elles relèvent dorénavant d'une nouvelle certification intitulée "Certifié CSTB" détaillée dans le cahier des prescriptions techniques d’exécution  n° 3522 de Mai 2006.

 

· Il n’existe aucun DTU concernant la pose de carrelage collé au moyen de mortier colleIl faut donc se référer aux cahiers des prescriptions techniques d’exécution suivant :

 

- CPT n° 3265 ou n°3528 pour la pose murale intérieure, en neuf ou en rénovation ;

- CPT n° 3266 pour la pose murale extérieure en neuf ;

- CPT n° 3267 ou n° 3529 pour la pose au sol, en neuf ou en rénovation.

- La pose scellée relève du DTU 52.1 (NF P 61-202) de décembre 2003

 

A LIRE

 

« Mosaïques contemporaines : techniques et créations » de Tessa Hunkin et Hélène Tordo aux éditions Eyrolles. Ce livre retrace en plus de 200 reproductions les œuvres majeures de l’histoire des arts décoratifs, depuis l’Antiquité romaine jusqu’aux artistes contemporains. Il donne également des conseils sur le choix des matériaux .

 

« L’art de la mosaïque » de Caroline Suter, Célia Grégory, Odile Ford aux éditions Manise. Cet ouvrage initie à l’utilisation des tesselles de smalt, marbre, pâte de verre à l’aide de photographies illustrant les œuvres de mosaïstes contemporains.

 

 

Articles qui devraient vous intéresser

1 Commentaire


- -
  • par Marie
  • 0
  • 0

Demande de conseil technique : je réalise moi-même des mosaïques sur tout support cadre, meubles etc et là pour la première fois je m'attaque à une mosaïque murale extérieure. Le problème, vivant en Amérique du Sud, est de trouver des filets pour la pose des tesselles. J'ai déjà réalisé une mosaïque murale intérieure en collant les tesselles sur du papier et après je l'ai collée sur le mur. Qu’en est-il de l'extérieur puis-je appliquer la même méthode ? Merci de votre aide. Marie

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits



Votre avis compte

Selon vous, les entreprises sont-elles suffisamment aidées face à la situation énergétique? (20 votants)
Oui
Non
 

Articles

Agenda

Boutique

Les ponts thermiques dans le bâtiment

Radon et sols pollués : protection des bâtiments