Travailleurs détachés: renforcer la lutte contre les abus

Travailleurs détachés: renforcer la lutte contre les abus

Le ministre du Travail a annoncé lundi une série de mesures pour renforcer la lutte contre les abus liés au détachement de travailleurs étrangers dans le bâtiment.




Les fraudes impliquant l'emploi de travailleurs issus d'un pays de l'Union européenne et détachés en France, pour lesquels s'appliquent le droit du travail du pays d'accueil et celui de la sécurité sociale du pays d'origine, se sont multipliés ces dernières années.

 

"Désormais, toute entreprise qui emploie des travailleurs détachés sera contrôlée", a déclaré le ministre du Travail François Rebsamen, lors d'un déplacement dans un vaste chantier d'aménagement de bureaux au coeur de Paris, employant plus de 300 ouvriers dont 10% de travailleurs détachés.

 

Une amende de 2.000 euros sera dressée pour chaque travailleur non-déclaré, avec l'exclusion de toute aide publique pendant cinq ans pour les entreprises condamnées pour abus, qu'il s'agisse de fraude sur le nombre d'heures effectuées, de salaires en dessous du minimum légal ou de conditions d'hébergement dégradantes.

 

"Il n'est pas acceptable que des entreprises qui respectent la loi subissent la concurrence déloyale de ceux qui exploitent les travailleurs dans ces conditions inacceptables", a déclaré François Rebsamen.

 

Jacques Chanut, président de la Fédération française du bâtiment, a salué ces annonces dont il attend "beaucoup". "Nous nous sentions dépourvus face à l'arrivée massive et accélérée de travailleurs en situation irrégulière", a-t-il expliqué. La Fédération française du bâtiment demande la mise en place d'une carte professionnelle d'identité obligatoire et gratuite, une proposition qui devrait figurer dans le projet de loi Activité attendu en décembre.

 

Il s'agit d'une "mesure de prévention et d'auto-régulation" pour le secteur, dont se chargera la Fédération du bâtiment."Si les travailleurs d'un chantier ne possèdent pas cette carte, il y aura une forte suspicion de fraude", a déclaré M. Chanut.

 

Pour mieux cibler les contrôles, des équipes régionales seront dédiées à la lutte contre les abus de détachement. 175 inspecteurs du travail seront redéployés dans ces unités qui traiteront "des cas les plus complexes, impliquant souvent de multiples intermédiaires dans plusieurs pays", a expliqué le ministre du Travail.

 

"Le détachement n'est pas mauvais en soi, il est inhérent à la libre circulation des personnes", a estimé M. Rebsamen, rappelant que "300.000 travailleurs français sont détachés à l'étranger".

 

Le bâtiment est le premier employeur de travailleurs détachés, qui représentent 47% des jours travaillés dans le secteur, selon le ministère du Travail.




Source : batirama.com

2 Commentaires
logo
- -
  • par seb
  • 17/12/2014 07:41:13

Il faudrait juste les payer au même tarif que les français avec les mêmes charges et je suis sur qu'il y en aurait moins. Nous qui travaillons et payons nos charges en France comment rivaliser avec des personnes qui viennent chez nous et ne payent rien, merci de nous laisser survivre.

logo
- -
  • par maxipierre
  • 27/10/2014 22:19:40

Super, ils ont enfin découvert le pot aux roses !!! Sachez qu'il y a plus de travailleurs Français à l'étranger, que d'étrangers travaillant en France ... En Allemagne, en Suisse, ... c'est bourré de Français !!! ... alors, fouttez dont la paix aux trois pauvres coui**ons qui osent encore venir en France ... pour y faire le boulot de ceux qui n'en veulent plus !

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Articles qui devraient vous intéresser

Pour aller plus loin ...

Newsletter

Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ZOOMBAT Autopub
Produits
Utherm Sarking L Comfort - Utherm Sarking K - Utherm Sarking L Plus


Votre avis compte
Êtes-vous favorable à la mise en place d'un certificat de conformité de performance énergétique pour les artisans non-certifiés RGE ? (191 votants)
 
Articles
Nouveautés Produits