Nest est arrivé en France

Nest est arrivé en France

Après un énorme succès aux Etats-Unis, Nest, connu pour ses thermostats intelligents connectés, fait ses premiers pas sur le marché français.

FLEXIClean & SKINReflex : les isolants d’EDILIANS, nouvelle génération !


Qui dit Nest, dit thermostat intelligent connecté (Nest Learning Thermostat), détecteur de fumée et de monoxyde de carbone (Nest Protect) sans oublier son programme de collaboration proposé à de grandes marques d'équipements de la maison.

Cette marque représente une rupture technologique formidable, applicable pour l'instant seulement aux vieilles chaudières et pompes à chaleur. Mais un vrai gisement de marché aujourd’hui. Alors, un peu d’histoire.

Début 2014 Google rachète Nest, une petite entreprise de 700 personnes, fabricant de thermostats d'ambiance intelligents, pour la somme faramineuse de 3,2 milliards de dollars. Pourquoi une telle somme d’argent, car en calculant bien, 3,2 milliards dépensés correspondent à peu près à 3000 $ par thermostat installé ?

La maison intelligente et connectée

 

 

Ce qui intéresse Google, ce n'est pas la base de clients équipés, mais le concept développé par Nest : il s’agit d'objets connectés à internet, auto-programmables, grâce à leurs facultés logicielles d'auto-apprentissage du comportement et des attentes en matière de confort des occupants d'une maison ou d'un appartement.

Une technologie qui confère une formidable puissance d'offres de services grâce au croisement de cet auto-apprentissage avec des données extérieures, comme la météo et les prévision météorologiques du site le thermostat est installé.

Concrètement, le Nest Learning Thermostat est connecté par WiFi à la box internet de la maison. Au moins une fois par jour, il envoie des informations aux serveurs Nest sur les habitudes et les souhaits des occupants de la maison, ainsi que sur la maison elle-même.

Récupération de données



Il récolte ces données d'une part grâce à ses sondes embarquées : détection de présence, température ambiante, hygrométrie. Il enregistre d'autre part les souhaits de occupants qui programment une température X pour le matin, Y pour le soir, etc.

En croisant tout cela avec les données météo extérieures, notamment, les serveurs Nest sont capables de prédire le comportement de la maison. Ce matin à 7 heures, il fera telle température, avec un vent du Nord à telle vitesse, mais un fort ensoleillement.

Par ailleurs, les habitants ont programmé telle température pour 7 heures, ce qui suppose de démarrer le chauffage tant d'heures ou de minutes avant, mais pas plus, pour atteindre le confort souhaité au bon moment.

Grâce à sa détection de présence et à son apprentissage des comportements, le thermostat décide tout seul d'une réduction de température de nuit et durant les heures d'inoccupation, jour par jour. Et, en termes d'économies d'énergie, ça marche parfaitement.

Nest a publié un Livre Blanc qui donne des exemples de simulations pour des logements français : 30% d'économie d'énergie annuelle pour une maison isolée de 125 m² à Lille, 28% pour une maison accolée de 106 m² à Lyon, 29% pour un appartement parisien de 72 m²…

Des possibilités de commande très limitées



Le Nest Learning Thermostat offre cependant des possibilités de commande très, très limitées. Il sait piloter en tout ou rien (allumer ou éteindre) des chaudières gaz ou fioul et des pompes à chaleur. Cela convient parfaitement pour une grande partie du parc de chaudières et de pompes à chaleur installées en France.

Mais le fabricantne sait pas tirer partie de l'inverter sur les pompes à chaleur et les climatiseurs, ni de la puissance variable des brûleurs et des pompes à vitesse variable que l'on trouve sur les chaudières actuelles. Il ne pilote pas non-plus le chauffage par convecteurs ou radiateurs électriques, ni les chaudières bois. Il ne s'intéresse pas davantage à la production d'eau chaude.

Bref, pour l'instant, il sait piloter les vieux générateurs gaz et fioul, ainsi que les vieilles pompes à chaleur. Piloter en tout ou rien une chaudière à condensation à puissance variable et brûleur à prémélange signifie que l'on ne tire pas partie de ses possibilités de condensation.


FLEXIClean & SKINReflex : les isolants d’EDILIANS, nouvelle génération !


Un système encore limité

 

Le système se contente de multiplier les séquences marche-arrêt ce qui n'est pas un facteur de longévité du matériel, au contraire. Le générateur pollue  davantage, puisque lorsqu'un brûleur démarre, il pollue plus qu'en fonctionnement régulier.

Il semble que Nest n'ait pas compris que les chaudières européennes visent non-seulement à réduire les consommations d'énergie annuelles, mais aussi à diminuer la pollution. Le Nest Learning Thermostat ne sait pas non-plus gérer des zones de chauffage. Il allume ou éteint le générateur, c'est tout.

On imagine très volontiers que Nest travaille d'arrache-pied à améliorer les possibilités de commande de son thermostat. Pour vos clients, cependant, si leur générateur est récent, moins de 5 ans, par exemple, il est urgent d'attendre les futures évolutions du Nest Learning Thermostat.

Détecteur de fumées



Le second produit introduit en France le 18 septembre est Nest Protect, un détecteur combiné de fumée et de CO (Monoxyde de carbone). Il est possible d'en installer plusieurs par logement. Chaque détecteur communique avec les autres, ainsi qu'avec le Thermostat du même fabricant, par un réseau sans fil avec un protocole de communication basé sur THREAD, un proche cousin du protocole ZigBee, complété par une couche propriétaire.

Si le produit détecte de la fumée ou du CO, il prévient par lumière, par message vocal, par envoi de message au serveur internet de Nest qui le renvoie vers le téléphone de son propriétaire et il alerte les autres détecteurs de la maison qui répètent le message dans d'autres pièces.

De plus, en cas de détection de CO, l’appreil prévient le Nest Learning Thermostat qui coupe la chaudière. L'un des aspects les plus remarquables de l'offre réside dans son faible prix : 219 € TTC pour le thermostat avec le boîtier HeatLink qui permet de le raccorder à la chaudière, 39 € TTC pour le socle destiné à poser le thermostat sur un meuble si on ne souhaite pas l'accrorher au mur, 109 € TTC pour le détecteur Nest Protect.

 

Un service gratuit au cœur de l’offre du fabricant

 

Le service au cœur de l'offre Nest – collecte de données, envoi au serveur, traitement, retour au thermostat sous forme d'instructions, synthèse des informations et des historiques, analyse des consommations de chauffage, … - est gratuit. Il n'est pas certain qu'il le demeure.

Les produits Nest sont en vente en France en ligne et en magasin chez Darty, à la Fnac, Castorama, Lick ; en ligne seulement chez Amazon, GooglePlay et Nest Store. Véolia le propose dans le cadre de ses offres d'installation et d'entretien du chauffage individuel à travers Proxiserve.

Direct Energie* le vend 149 € TTC en l'associant à l'un de ses contrats de vente de gaz assorti de services. Nest recommande que l'installation soit réalisée par un professionnel et a retenu trois réseaux : Proxiserve, Doméo et Solutions 30.

* http://particuliers.direct-energie.com/offres-et-services/les-offres-habitat/nest-learning-thermostat/

 

Source : batirama.com / Pascal Poggi

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits



Votre avis compte

Les aides aux entreprises face à la crise énergétique vous semblent-elles plus claires et faciles d'accès qu'avant ? (3 votants)
Oui, le Gouvernement a simplifié les choses.
Non, on n'y comprend toujours rien.
 

Articles

Nouveautés Produits



Boutique


Transferts d'humidité à travers les parois