Quelles cloisons pour pièces humides ?

Quelles cloisons pour pièces humides ?

Les problèmes affectant les pièces humides sont nombreux et récurrents.Infiltrations, désordres plus ou moins graves, procès et conflits divers pourraient être minimisés si les matériaux utilisés étaient plus en phase avec l’usage pour lequel ils sont prévus.


 



 

Rappel : le revêtement mural n’est pas prévu pour assurer l’étanchéité du mur ou de la cloison. C’est pour cette raison qu’il est interdit d’utiliser des plaques de plâtre cartonnées standard dans une douche. Lorsque les joints du carrelage deviennent défaillants, la plaque de plâtre se dégrade très vite, entraînant à son tour la dégradation du carrelage, etc. Pour éviter ces réactions en chaîne, il suffit de suivre les indications de la réglementation. Dès qu’un local est classé EB + P, ce qui correspond aux douches et salles de bains, on doit au minimum utiliser des plaques de plâtre ou des carreaux de plâtre hydrofugés.

 

Choisir les bons matériaux

 

Quel que soit le fabricant, ces matériaux sont faciles à reconnaître : ils sont verts ou parfois bleus. On peut aller plus loin dans la protection, particulièrement dans les zones dites “à risque” : l’hôtellerie, les foyers d’accueil, les douches collectives, des lieux susceptibles d’être lavés à grande eau. Il existe pour ces usages une multitude de matériaux souvent simples à mettre en œuvre, totalement insensibles à l’humidité et qui assurent la pérennité de l’ouvrage construit, quelles que soient les circonstances.

 

Source : batirama.com / G. Guérit

 

A NOTER 

 

♦ Le SNIP, le Syndicat national des industries du plâtre, édite une brochure sur la remise en état des ouvrages en plâtre après inondation. Ce document est une véritable check-list qui permet d’éviter les erreurs et qui indique avec précision  ce qu’il est possible de récupérer ou pas en fonction des matériaux, du type de montage et du degré de dégradation. SNIP : 01 44 01 47 35 ♦ Classement des locaux en fonction de l’exposition à l’humidité des parois. Cahier CSTB 3335 d’avril 2001

 

 

 


 

Les plaques de plâtre et les carreaux hydrofuges doivent être logiquement retenus en cas de risque d’humidité important dans une pièce. Même si la réglementation n’impose rien, les locaux avec point d’eau, les cuisines ou les WC devraient être traités de façon adéquate.

 

Les pièces disposant d’un point d’eau sont susceptibles d’être un jour victimes d’infiltrations accidentelles, voire d’inondations. Le surcoût généré par des plaques de plâtre ou des carreaux hydro est minime rapporté à la sécurité qu’apportent ces produits. De plus, la pose est identique à celle des produits standard. Les plaques de plâtre hydro sont composées d’une âme en plâtre hydrofugé et de deux parements cartonnés traités contre l’absorption d’eau et d’humidité. Ces produits sont aptes à recevoir tous type de finition et d’accrochage pour une finition carrelée.

 

so_sol1placomarine1.jpg

 

 

 

Utilisation d'une plaque de plâtre hydrofugée : pieds de cloisons EB + privatif

 

 

 

 

so_sol1placomarine2.jpg

 

 

 

 

 

 

Utilisation d'une plaque de plâtre hydrofugée : pieds de cloisons EB + collectif

 

 

 

 

 

 

 

 

so_sol1placomarine3.jpg

 

 

 

 

Utilisation d'une plaque standard en pieds de cloisons EB + privatif

 

 

 

 

 

 

 

Les fabricants proposent également des carreaux de plâtre hydrofuges, on les reconnaît à leur teinte bleue.Ils reçoivent un traitement dans la masse leur permettant de résister à l’eau et à l’humidité. Ils peuvent être utilisés pour les parois des cuisines, salles de bains, caves et garages. Ils sont disponibles dans les mêmes épaisseurs que les carreaux standard. Les carreaux de couleur verte reçoivent un traitement hydrofuge renforcé leur offrant une plus grande dureté. Ce type de carreaux est surtout utilisé dans les bâtiments collectifs où les conditions sont plus rudes qu’en logement individuel.

 

À RETENIR :

 

Intérêts : dimensions standard ; pose habituelle ; surcoût limité.

Limites : celles de tous les produits à base de plâtre (incompatible avec usage très sévère de type douches de piscines).


 

Contrairement à la plaque de plâtre cartonnée, la rigidité de ces plaques n’est pas obtenue par deux peaux extérieures cartonnées, mais par l’incorporation dans le plâtre de fibres de cellulose.

 

so_sol2.jpgLes dimensions sont identiques à celles des plaques cartonnées, le poids est plus élevé, mais ce matériau présente certains avantages ; il est plus résistant aux chocs, son comportement est meilleur au plan acoustique, sa résistance à l’humidité est supérieure à celle d’une plaque cartonnée. Elle doit néanmoins être protégée et recouverte comme toutes les plaques de plâtre. Simplement, en cas d’infiltration et de reprise d’humidité, elle retrouve plus facilement, après séchage, ses caractéristiques d’origine. L’entreprise plaquiste ne sera pas dépaysée, sauf en ce qui concerne le traitement des joints. Ici, plus de calicot, mais un joint polyuréthane appliqué au pistolet. La liaison se fait plaque contre plaque, on laisse le joint durcir et s’expanser, le surplus est facilement enlevé le lendemain à l’aide d’une spatule. La finition du joint ainsi que le rebouchage des têtes de vis est assurée avec un enduit fin.

 

À RETENIR :

 

Intérêts : résistance aux chocs et à l’humidité ; performances acoustiques ; possibilité d’accrocher des charges directement dans le matériau ou à l’aide de chevilles.

 

Limites : poids et prix élevés ; découpe mécanique source de poussières.

 

 


 

Les panneaux et les plaques en fibres-ciment sont utilisables en fonction de leur épaisseur en cloisonnement ou en plancher. Disponibles dans des épaisseurs variant de 6 à 25 mm, ils sont en général commercialisés en format 2,50 m x 1,20 m.

 

so_sol3placocem1.jpg

 

 

 

 

Utilisation de la plaque ciment en EB + collectif

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

so_sol3placocem2.jpg

 

 

 

 

 

Utilisation de la plaque ciment dans les locaux classés EC.

 

 

 

 

 

 

 

so_sol3placocem3.jpg

 

 

 

 

Utilisation de la plaque ciment dans les locaux EB + privatif

 

 

 

 

 

 

 

 

Les plaques ciment répondent aux mêmes contraintes. D’un fabricant à l’autre, les dimensions et la technique de fabrication varient, mais l’entreprise plaquiste reste dans un domaine connu. Comme les plaques de plâtre, ces plaques se vissent sur des ossatures. La différence se situe au niveau du jointoiement. Il n’y a plus de calicot, mais un joint polyuréthane appliqué au pistolet sur la tranche de chaque cloison. On retrouve les domaines d’application des panneaux de particules et des contreplaqués, mais avec une résistance à l’humidité supérieure. Les largeurs usuelles sont de 1,25 m, pour des longueurs de 2,60 m ou 3,10 m. Les épaisseurs standard s’échelonnent de 8 à 40 mm. Le seul inconvénient pour le poseur habitué au bois, c’est l’usure rapide des outils de coupe, du fait de la présence de ciment mélangé au bois.

 

À RETENIR :

 

Intérêts : résistance à l’humidité ; légèreté ; pose proche de la plaque de plâtre sur ossature.

Limites : prix pour certains produits ; traitement spécifique du joint ; produits peu stockés en négoce généraliste.

 

Solution n° 4 : Cloisons maçonnées

 

Les briques plâtrières, les carreaux de terre cuite, les parpaings, le béton cellulaire… autorisent des cloisonnements très résistants aux attaques de l’eau.

 

gotal_sol_1_imery_2.jpg

 

 

LE SYSTEME DE PROTECTION A L'EAU SOUS CARRELAGE (SPEC)

A : primaire

B et D : sous-couches de protection à l'eau

C : bande de renfort d'angle

E : mortier-colle ou adhésif

F : carelage

 

Les carreaux de terre cuite se montent à la colle pour obtenir des cloisons dures en surface et insensibles à l’humidité. Plusieurs épaisseurs sont disponibles, de 40 à 100 mm ; il existe même une version intégrant un isolant acoustique (Carrobric Isophon), utile pour isoler par exemple la salle d’eau d’une chambre. Des enduits à base de plâtre, ou mieux encore de ciment, peuvent être utilisés en fonction de l’usage prévu et de l’importance des sollicitations. Le béton cellulaire se prête bien aux cloisons et doublages en zone humide. Ce matériau se découpe facilement, la mise en œuvre est bien adaptée aux travaux de rénovation. Après préparation, le béton cellulaire peut recevoir toutes les finitions habituelles : peinture ou carrelage. Il est léger, ce qui représente un atout en rénovation de planchers bois. Différentes épaisseurs sont disponibles : 7, 10, 12,5 ou 15 cm d’épaisseur pour des éléments de dimension 25 ou 50 x 62,5.

 

À RETENIR :

 

Intérêts : insensibilité totale à l’humidité, voire aux inondations ; produits basiques et disponibles partout ; mise en œuvre courante ; prix de revient limité.

Limites : poids (comparativement à une plaque de plâtre) ; encombrement ; temps de séchage.

 


 

Alain Coquelet*

 

Nous sommes spécialisés dans le cloisonnement, les cloisons modulaires et les faux-plafonds, et nous intervenons beaucoup sur des projets techniques. Nous privilégions l’usage de plaques ciment lorsque nous rencontrons des contraintes d’humidité et/ou de résistance aux chocs. Les applications sont multiples : des cuisines centrales, des salles d’eau en centres d’accueil, des sanitaires de piscines… partout où nous pensons que des usages sévères peuvent venir à bout de produits trop “basiques”. Comme plaquiste, je joue à fond la carte des solutions sèches et ces matériaux restent, au niveau de la pose, dans la lignée des plaques de plâtre. Il faut simplement privilégier la scie mécanique ou circulaire et doubler le temps consacré à cette opération. Sinon, la pose est identique à celle d’une plaque de plâtre cartonnée, les dimensions sont les mêmes (2,50 m x?1,20 m) ainsi que les ossatures, ce qui permet de simplifier le stock. Les seules vraies différences, concernent le poids un peu plus élevé, des vis spécifiques et un joint colle appliqué au pistolet.Il remplace le calicot et l’enduit, bien connus des plaquistes.

 

* Gérant de l’entreprise STEC - 45650 Saint-Jean-le-Blanc

 

 

 


TYPES DE PRODUITS UTILISABLES

DEGRE D'EXPOSITION L'EAU DU LOCAL 

 CONDITIONS D'EMPLOI

TYPES DE LOCAL

 

TYPES DE PRODUITS UTILISABLES

   PRECONISATION DE MONTAGE 

EA : locaux secs ou faiblement humides

L'eau, jamais projetée, n'intervient que pour le nettoyage avec des moyens non agressifs

Chambre, bureau, couloir de circulation

Tous produits

Pas de dispositions particulières

EB : locaux moyennement humides

L'eau, sous forme de liquide ou de vapeur, jamais projetée à haute pression, agit de manière plus ou moins courte

Locaux avec point d'eau, cuisines, WC

Tous produits

Pas de dispositions particulières

EB + P : locaux humides à usages privatifs

Idem, mais l'eau agit sur des périodes plus lognues que précédemment

Salle d'eau, douche, sanitaires à caractères privatif (ex : douche dans les hôtels)

Plaques et carreaux de plâtres hydrofugés ou avec primaire d'accrochage et sous couche isolante pour les carreaux standard

Protection en pied ; primaire et sous-couche en pied, derrière les bacs à douche, les baignoires et toutes les surfaces carrelées pour tous les produits non "hydro".

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.

 

 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Covid-19 : les entreprises du BTP doivent-elles poursuivre leur activité malgré l'épidémie ? (1201 votants)
Oui
Non
 

Boutique



Garde-corps de bâtiments