Isolation : l’éventail des solutions s’élargit

Installation d'une paroie isolante Knauf

La recherche d’une amélioration de la performance thermique des enveloppes de bâtiment continue de servir de tremplin aux solutions d’isolation. La réforme MaPrimRénov' permettra-t-elle de les diffuser rapidement ?




Photo : Knauf a réduit de 60 % sa gamme d’isolants intérieurs sur plaque de plâtre Polyplac avec isolant polystyrène et polyuréthane, pour se limiter aux prescriptions de la RE 2020.. © Knauf

 

Le panorama de la rénovation énergétique sera-t-il bouleversé par les changements opérés en matière d’aide ? 2024 démarre avec l’enveloppe à distribuer la plus élevée jamais connue. Au total, près de 10 Mds€ dont la moitié pour MaPrimeRénov'.

 

Ainsi, les plafonds de ressources ont été rehaussés, les montants d’aides par action de rénovation révisés, les certificats d’économies d’énergie (CEE) intégrés dans le "parcours accompagné" de l’Anah et un nouveau CEE sur les travaux globaux est en cours d’élaboration. À noter que le surcoût de l’isolation par l’extérieur est financé en appliquant un plafond de dépenses éligible du double de celui de l’isolation par l’intérieur (150€/m² vs 70 €/m²). De même, dans la continuité des années précédentes, le gain de plusieurs classes d’étiquette énergie/carbone est fortement soutenu par une avance de prime conséquente avant travaux : 90 % pour les ménages très modestes et 70 % pour les ménages modestes.

 

Pour ce qui concerne l’offre de produits, les fournisseurs semblent suivre la demande de performance au plus près. Iso 2000, fournisseur d’isolants dits réflecteurs alvéolaires, propose l’Alveol’R d’un lambda de 33 mW/m²K. Disponible jusqu’en 205 mm d’épaisseur, destiné aux murs et toiture (combles ou rampants), il permet d’attendre une résistance de pratiquement 7 m²K/W. Les partisans de l’isolation biosourcée font de plus en plus d’adeptes. PRB, spécialiste de la façade, maintient sa gamme courte de panneaux en fibres de bois. Quant à la Cavac et son activité Biofib, elle convainc de plus en plus d’entreprises intervenant sur des chantiers de collectivités. Exemple sur la rénovation lourde du collège Henri IV à Poitiers où les entreprises de cloisons et doublages M3C et 2PI ont généralisé le Biofib Trio sur tout le chantier. Le fabricant de systèmes béton Seac adopte aussi les hourdis bois biosourcés EBS afin de réduire sensiblement le poids carbone des planchers.

 

Côté fabricants de produits plus classiques, il faut noter qu’Unilin met en avant les propriétés d’efficacité de ses produits en mousse de phénol : un lambda de 20 mW/m²K qui permet de réduire les épaisseurs, et un classement au feu (B-s1,d0). Pour sa part, Knauf a revu sa gamme d’isolants intérieurs sur plaque de plâtre Polyplac. Disponibles avec isolant polystyrène et polyuréthane, la gamme a été réduite de 60 % du nombre de ses références pour se limiter aux prescriptions de la réglementation énergétique 2020. Ce qui réduit d’autant l’empreinte carbone de l’entreprise et permet de mieux passer sur les marchés publics.

 

Chez Knauf Insulation, on surfe sur le succès des innovations de ces dernières années. En premier lieu, la laine minérale Ecose Technology avec le liant breveté à base végétale et sans formaldéhyde. Ce qui lui confère quelques arguments en matière de qualité d’air intérieur. En second lieu, le système RT+ qui associe la laine Ecose et un parement polyéthylène, à aspect aluminisé. Cette référence lancée en 2016 en combles a été décliné en 2019 en version murale. Intérêt : réaliser en une opération l’isolation et l’étanchéité à l’air. Avec un bonus, la prise en compte de la lame d’air (+0,20 à +0,25 m².K/W selon que l’on est en toiture ou en murs) dans la performance finale du produit. De fait, une référence de 120 mm permet d’atteindre un R de 4 W/m²K au lieu de 3,25. Le produit a aussi été le vecteur du développement de nouveaux types de supports de panneaux traversants assurant la continuité de l’étanchéité à l’air.

 

Enfin, chez Rockwool, l’accent est mis sur le gain de temps sur chantier. Les isolants nus et revêtus de kraft pour murs et combles sont maintenant disponibles en épaisseurs de 200 et 210 mm pour atteindre un R d’au moins 6 W/m²K. Autre innovation qui s’inscrit dans la veine de la réduction des déchets de chantier : le développement des panneaux triangulaires à associer en rectangle. Cette astuce disponible avec les références Deltarock et Rockcomble permet d’isoler parfaitement entre chevrons irréguliers sur chantiers de rénovation.

 

Solution technique 1

La mousse de verre épouse les formes et les contraintes

 

C’est un produit ancien, peu exploité en résidentiel en raison de son prix et de son mode d’application, mais particulièrement apprécié en construction technique exigeante (tertiaire, logistique...) pour ses performances : l’isolation par blocs, granulats ou panneaux de mousse de verre expansé.

 

La piscine à structure bois de Saint-Denis (93) est isolée de deux lits d’isolants en mousse de verre liés par du bitume.

La piscine à structure bois de Saint-Denis (93) est isolée de deux lits d’isolants en mousse de verre liés par du bitume.

 

Plusieurs références de cette composition sont disponibles. Il faut citer le Misapor et le Geocell, des produits en granulats destinés à l’isolation de radiers. Pratiquement seule référence en la matière depuis près d’un siècle, les panneaux et blocs de l’américain Foamglass permettent de réaliser toutes les parties de chantier, en radier, toiture ou murs.

 

L’actualité a mis ce produit en lumière à la faveur de la construction, à Saint-Denis (93), du centre aquatique en structure bois dans le cadre des chantiers des jeux olympiques 2024. Sa toiture concave d’une superficie de 10.000 m², constituée de poutres de 50 × 20 cm, est successivement recouverte d’un plateau de voliges, d’un bac acier, puis revêtue de deux lits d’isolant en mousse de verre de ce fournisseur : le premier dit "T3" et le second "Ready T3", c’est-à-dire prêt à recevoir une membrane d’étanchéité en EVA (éthylène-acétate de vinyle).

 

Ce matériau coche les cases des nombreuses contraintes à relever dans ce type d’environnement. À lui seul, il constitue un véritable système à la fois isolant, étanche et résistant à la compression.

 

Le caractère isolant du matériau tient à sa constitution. Le verre expansé présente une structure minérale qui renferme des bulles d’air. Les "matelas" rigides et imperméables respectent ainsi le principe élémentaire de l’isolation thermique : masse, ressort, masse. Ce matériau affiche un lambda de 36 mW/m²K. À noter que ce produit est léger, d’une densité de 100 kg/m³, et montre une résistance élevée à la compression : 500 kPa selon la norme EN 826-A, et un tassement maximal de 0,5 mm.

 

L’isolant est étanché par une membrane en EVA.

L’isolant est étanché par une membrane en EVA.

 

L’isolation avec ces panneaux impose un mode de mise en œuvre spécifique : les éléments sont collés au support et entre eux par un bitume liquide. De fait, la création de deux lits croisés d’isolants constitue pratiquement un revêtement étanche à l’eau et à l’air. L’étanchéité finale est simplifiée par la présence, sur les références Ready T3, d’une couche bitumineuse qui facilite l’adhérence de la couche bitumineuse de couverture. Sur la piscine de Saint-Denis, cette couverture finie est équipée d’un champ de capteurs photovoltaïques (2.255 modules, 805 kWc) : les supports de panneaux sont fixés sur des plaques à la fois ancrées superficiellement dans l’isolant et collées au revêtement d’étanchéité.

 

Légère et capable d’éloigner le point de rosée de la sous-face de la couverture, la mousse de verre convient pour cette méga-structure bois.

 

Les concepteurs et exploitants trouvent aussi un intérêt particulier à ce produit, surtout dans un environnement humide tel que celui d’une piscine. La performance de la mousse de verre permet d’éviter d’atteindre le point de rosée en sous-face de la toiture. Le complexe de toiture évite ainsi toute condensation sur les matériaux de structure bois. En outre, sur un ouvrage de cette nature, l’isolant a la particularité d’être incombustible.

 

Maître d’ouvrage : Métropole du Grand Paris ; Architectes : VenhoevenSC et Ateliers 2/3/4/ ; BET Structure et façades : Schlaich Bergermann Partner ; Mandataire du groupement : Bouygues bâtiment Île-de-France ; Charpente : Mathis ; Étanchéité : BECI BTP.

 

Solution technique 2

Biosourcé : Ielo lance le marché de la paille hachée

 

C’est certainement l’un des plus récents développements en matière d’isolation biosourcée : la paille hachée, concept mis au point par la coopérative Ielo installée depuis quelques mois à Bonneuil-Matours, près de Poitiers (Vienne). Le projet d’activité lancée depuis plusieurs années s’est concrétisé en 2021 par la création de la société.

 

Cette solution d’isolation a ensuite acquis sa notoriété quand elle a été retenue par l’architecte Brice Kester, de l’agence poitevine Duclos, pour la rénovation thermique du restaurant universitaire Champlain, chantier commandé par le Crous de Poitiers et livré en 2023.

 

Le restaurant universitaire Champlain, sur le campus de l’université de Poitiers, a été l’un des premiers bâtiments à faire l’objet d’une rénovation thermique par isolation thermique par l’extérieur avec une structure bois chargées de 30 cm d’épaisseur de paille hachée.

 

Ce bâtiment des années 70 à façades en structures légères a été entièrement repris avec une isolation par l’extérieur constituée de caissons en ossature bois de 60 cm de largeur, d’une hauteur de 3 m et d’une épaisseur de 30 cm. Chargés de paille haché par insufflation à une densité de 110 kg/m³, ils étaient fermés par une plaque Siniat de type Weather Defense aux propriétés coupe-feu et contreventement ; le pare-pluie est plaqué en surface. Ce matériau demande une machine d’insufflation puissante. Ielo recommande un débit d’au moins 450 m³/h sous 360 mbar.

 

Au total, ce chantier de 1.000 m² de façade à traiter a consommé 17 t de paille. Cette solution permet d’atteindre une résistance thermique de 7 (le lambda est d’environ 40 à 45 mW/m²K). Outre l’isolation, la paille hachée revendique aussi des arguments de perméabilité à la vapeur d’eau avec du delta (δ) de 0,25 mg/(m.h.Pa) un coefficient de résistance à la diffusion de vapeur d’eau (µ) de 2,84 et une capacité thermique (Cp) de 1,512 J/(kg.K) qui permet d’atteindre un confort d’été par déphasage de 13 heures avec 30 cm d’épaisseur.

 

Le complexe d’isolation sur la face extérieure de la paroi existante se compose de 30 cm de paille hachée, un OSB, une plaque Siniat "Weather Defense", un pare-pluie et un revêtement extérieur.

 

Sans avoir commencé la commercialisation du produit, une quinzaine de chantiers ont été menés : les locaux de la Capeb à Limoges, des rénovations passives des maisons…

 

Ielo a réalisé ses premières productions avec la coopérative agricole de La Tricherie, au nord de Poitiers. Depuis 2023, le process de fabrication conçu par un fournisseur danois a été installé par Brin d’Or, filiale de la coopérative de la Tricherie, dans un hameau à proximité de Bonneuil-Matours.

 

Les balles de paille de blé de 500 kg livrées par les céréaliers adhérents de la coopérative sont stockées sous hangar après un test d’humidité (15 % maximum). La chaîne de production de la paille hachée commence par une ouverture des balles suivie d’une phase de nettoyage total de la matière : poussières, corps étrangers (pierres, pièces mécaniques d’engins agricoles…).

 

Transformée en "copeaux" de 5 à 30 mm, la paille hachée Ielo, dite "φhi", est automatiquement ensachée en ballots de 15 kg. Le film plastique biodégradable utilisée est produit localement avec des matières végétales, dont les déchets de trituration de la paille. La fourniture en vrac sera possible.

 

Cet isolant répond aux usages en maisons et bâtiments à ossature en bois selon les DTU 31.2 et en façade à ossature bois 31.4. L’entreprise indique avoir d’ores et déjà quelque 700 t de paille hachée engagés sur devis.

 

Ielo disposait d’une ATEx cas B pour le chantier du restaurant universitaire Champlain. Une ATEx cas A a été étudié par le CSTB en décembre ; la décision est attendue. Les avis techniques et certificats Acermi sont promis pour cette année ou 2025. Cet isolant est déjà mis à l’étude auprès de nombreux laboratoires (du FCBA, du CSTB, du LNE, de Nobatek, de la plateforme technologique de bâtiment durable Tipee à La Rochelle et des universités de Rouen et de Caen). L’entreprise prépare aussi la création d’un laboratoire centralisé – un budget de 300.000 € – ainsi qu’un déploiement avec plusieurs partenaires en France : en Normandie, dans les Hauts de France, en Île-de-France et dans le Grand Est. Pour rester un produit local.

 

Solution technique 3

Polystyrène extrudé : épais, performant, résistant

 

En deux décennies, le fournisseur allemand Jackon s’est imposé comme le fabricant d’un système d’isolation global des bâtiments, du radier à la toiture, ce pour pratiquement tous types d’usage des constructions (résidentiel, collectif, tertiaire, sports…).

 

Ce système repose sur l’usage de polystyrène extrudé. Pour répondre aux critères environnementaux des pays du centre de l’Europe où l’entreprise est très implantée, Allemagne et Suisse notamment, les unités de production utilisent 50% de matière recyclée et promettent la recyclabilité des éléments.

 

Les blocs et panneaux affichent des lambdas de 35 à 27 mW/m.K et sont disponibles dans un éventail d’épaisseurs de 20 à 400 mm (en 2023, les versions en 340 à 400 mm ont été rajoutées dans certaines familles de la gamme).

La construction est réalisée sur un béton de fondation nivelé.

 

La pose du système Atlas de Jackon commence par l’installation du coffrage périphérique.

 

La surface intérieure est remplie et des réservations sont adaptées à la présence des passages de fluides.

À l’isolation thermique, on rajoute l’étanchéité à l’air de la dalle avant de couler la dalle de l’ouvrage.

 

Il faut indiquer que Jackon complète son offre d’isolants classiques avec des versions résistantes à la compression, de 300 kPa jusqu’à 400 mm d’épaisseur et de 700 kPa jusqu’à 320 mm d’épaisseur. Le fabricant promet une résistance à une charge maximal de 25 t/m². Ce qui permet par exemple de créer des fondations ou des dalles isolées accessibles aux véhicules lourds ou capables de supporter des aménagements comme une végétalisation de toiture tout en respectant des résistances thermiques qui avoisinent les 10 m².K/W. Pour le moins, les isolants en 300 kPa conviennent pour supporter la structure d’un bâtiment construction. Ces références dites KF sont soumises aux tests normalisés de déformations sous charge de moins de 5 % et de fluage dans la limite de déformation de moins de 2 % en 50 ans.

 

Véritable produit de prescription, son installation fait l’objet d’une étude technique ainsi que d’une note de dimensionnement et de fabrication avant chantier. En clair, le kit livré avec ses éléments de bordure à assemblage par emboîtement. Le système dit Jackodur Atlas laisse ainsi toute liberté aux architectes tout en respectant les objectifs énergétiques du projet.

 

 

Source : batirama.com/ Bernard Reinteau

 

L'auteur de cet article

photo auteur Bernard REINTEAU
Après un parcours de formation en histoire, Bernard Reinteau s'est orienté vers le journalisme au début des années 80. Entré en presse professionnelle bâtiment fin des années 80, il a passé plus de quinze ans dans le groupe Moniteur, puis s'est orienté vers la presse spécialisée en génie climatique. Indépendant depuis 2015, il intervient sur plusieurs titres de la presse bâtiment, essentiellement sur des sujets techniques.
Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Rénovation et bas carbone : les autres articles du dossier...

Articles qui devraient vous intéresser

Pour aller plus loin ...

Newsletter
Produits


Votre avis compte
Pensez-vous que les mesures gouvernementales sont suffisamment efficaces pour résorber la crise du logement ? (27 votants)
 
Articles
Nouveautés Produits