Wood’Up, un bâtiment de 132 logements en structure bois/béton/acier à Paris

La façade Est de la tour Wood'up en construction le long du périphérique près du quai d'Ivry à Paris

Structure en bois/béton/acier, prédalles bois/béton, chauffage urbain, la tour Wood'Up, construite par Spie Batignolles Outarex et Poulingue, vise une empreinte carbone réduite.




Tout près de la Seine et du Pont National, sur le quai d’Ivry, à l’angle de l’avenue Jean Baptiste Berlier et du boulevard Jean Simon dans le XIIIème arrondissement de Paris, les équipes du groupement Spie batignolles outarex (mandataire) / Poulingue construisent la tour Wood’Up, un IGH de 19 niveaux et 50 m de hauteur, depuis début octobre 2021. Elle sera livrée en avril 2024. La structure de la tour est tout à fait particulière et associe bois, béton et acier.

 

Une structure en poteaux-poutres

 

Mardi 25 octobre 2023, nous avons visité ce chantier avec Brice Rakotomalala, Conducteur de travaux chez Spie batignolles outarex.

 

Le cabinet LAN architecture, SINTEO (Fluides), Elioth (Environnement, Structure et Façade), BMF (Économie), Casso & associés (Sécurité incendie), Apave (Bureau de contrôle), Jean-Paul Lamoureux (Acoustique), Atelier Georges (Paysage), a imaginé pour la parcelle B1A3 de la ZAC Paris Rive Gauche, une tour de logements en bois, d’une hauteur de près de 50 mètres et d’une surface de 8900 m². ©PP

 

Le bâtiment est conçu avec une trame de 3,90 m pour, disent les architectes, "s’adapter aisément à n’importe quelle typologie d’habitation". De plus, les niveaux sont dédoublés : de loin, la tour Wood’Up ressemblera à un R+7, les dalles les plus visibles n’apparaissant que tous les deux niveaux. ©LAN Architecture

 

Au 8eme étage, un niveau spécifique dégage un espace commun avec vue sur la ville sur les deux façades et des services communs pour les logements. ©PP

 

Un dénivelé important, de 7 m environ, existe entre la façade Ouest sur le boulevard du Général Jean Simon (boulevard des Maréchaux) et l’avenue Jean Baptiste Berliet qui se trouve au niveau du quai d’Ivry. Ce qui a conduit à créer un socle en béton architectonique poli de 5 niveaux. Ce socle abritera des espaces recevant du public (ERP), comme une salle d’escalade, des restaurants et commerces, ainsi qu’un premier niveau de logements. ©PP

 

Au-dessus de ce socle en béton, le reste de la structure est en poteaux-poutres et prédalles BB de A2C Préfabrication, avec un cœur de 4 murs de refend en béton qui abrite les escaliers et les ascenseurs. Poulingue s’est chargé de la fourniture et de la pose des poteaux et des poutres en bois et en acier. ©PP

 

En effet, la quasi-totalité de la structure porteuses est en poteaux-poutres bois, à l’exception des poteaux des quatre angles du bâtiment qui sont en acier. ©PP

 

Au 8eme étage, une poutre acier de plus de 1,20 m de hauteur et 26 m de portée reprend 6 trames structurelles pour dégager la terrasse de l’espace commun. Tout cet espace commun sera revêtu de bois, à l’exception des murs du fond qui seront tapissés de miroirs. Au R+16, est aménagé un second espace commun.

 

Des prédalles bois-béton

 

A chaque niveau, Spie batignolles outarex a mis en œuvre les prédalles BB préfabriquées par A2C.

 

 

Le plancher dalle BB est complété sur le chantier par une dalle de compression de 5 cm d’épaisseur en béton. Au total, l’ouvrage atteint 23 cm d’épaisseur. Ce procédé a également été mis en œuvre sur le chantier Wikivillage dans le XXème arrondissement de Paris. Pour une épaisseur de 23 cm, une dalle BB avec 5 cm de dalle de compression offre des affaiblissements acoustiques RW+C de 50 dB et LN,W de 81 dB. Depuis juin 2022, la dalle BB possède un DTA du CSTB. Le recours au bois en complément du béton armé permet l’allègement global de la structure du bâtiment tout en conservant ses performances mécaniques, acoustiques et thermiques. Le procédé dalle BB ne modifie en rien la conception et la réalisation du bâtiment et s’inscrit dans une logique de sobriété d’utilisation des matériaux.

 

Les poutres et poteaux bois resteront apparents dans les logements. 360 m³ de bois ont été utilisés pour la structure et 50 m³ pour l’habillage ©PP

 

A l’extérieur, la structure bois sera encapsulée en bois. ©LAN Architecture

 

 

Les menuiseries en aluminium sont fournies par MCI. ©PP

 

 

Quand on parle d’argent …

 

Selon les architectes, le budget de l’opération est évalué à 23,5 m€ HT. Le contrat de Spie batignolles outarex se monte à 23 à 25 M€ HT. Tandis que la part de Poulingue atteint 3,154 M€ HT.

 

Conçue sous la RT2012, la tour Wood’Up vise une performance RT2012 – 20%, ainsi que le label BBCA, le label Biodiversity et le label NF Habitat HQE niveau excellent.

 

Deux défauts doivent être soulignés cependant. Premièrement, pour des raisons esthétiques, il n’y pas de protections solaires extérieures. La protection solaire est assurée par un recul de 1,6 m des façades des appartements par rapport à la façade du bâtiment et par des rideaux intérieurs avec une face réfléchissante tournée vers l’extérieur. Ils sont relativement opaques, ce qui contraindra probablement à allumer la lumière lorsqu’ils sont tirés. Cette solution, en termes de protection contre la chaleur du soleil, demeure nette moins efficace que des protections extérieures.

 

Deuxièmement, les logements sont traités en VMC simple flux.

 

Le bâtiment se trouve à moins de 100 m du périphérique et sur le boulevard des maréchaux. Une solution double flux avec filtration de l’air neuf introduit aurait certainement conduit à une meilleure qualité de l’air intérieur. ©PP, ©LAN Architecture

 

L’essence des poteaux lamellé collé intérieur est du hêtre provenant des forêts normandes. Les poutres sont en épicéa. Les 800 poteaux et poutres, soit 200 tonnes, ont été transportés au plus près du chantier par la Seine, depuis le port de Rouen jusqu’au Port de Tolbiac avec un transbordement dans la plateforme multimodale de Gennevilliers. Au total, 14 convois fluviaux en conteneurs ont été nécessaires. Ce qui, selon Haropa Port a évité 2300 km de trajet en camion. Les équipes d’ingénieurs de Poulingue ont travaillé sur les assemblages poteaux-poutres pour justifier une protection au feu de 90 minutes. ©PP

 



Source : batirama.com / Pascal Poggi

L'auteur de cet article

photo auteur Pascal Poggi
Pascal Poggi, né en octobre 1956, est un ancien élève de l’ESSEC. Il a commencé sa carrière en vendant du gaz et de l’électricité dans un centre Edf-Gdf dans le sud de l’Île-de-France, a travaillé au marketing de Gaz de France, et a géré quelques années une entreprise de communication technique. Depuis trente ans, il écrit des articles dans la presse technique bâtiment. Il traite de tout le bâtiment, en construction neuve comme en rénovation, depuis les fondations jusqu’à la couverture, avec une prédilection pour les technologies de chauffage, de ventilation, de climatisation, les façades et les ouvrants, les protocoles de communication utilisés dans le bâtiment pour le pilotage des équipements – les nouveaux Matter et Thread, par exemple – et pour la production d’électricité photovoltaïque sur site.
Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Articles qui devraient vous intéresser

Pour aller plus loin ...

Newsletter

Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ZOOMBAT Autopub
Produits


Votre avis compte
Êtes-vous favorable à la mise en place d'un certificat de conformité de performance énergétique pour les artisans non-certifiés RGE ? (191 votants)
 
Articles
Nouveautés Produits


Granulats recyclés