ZAN : les petites communes rurales prises en compte par l'Assemblée nationale

paysage avec un village dans la campagne

Dans le cadre de la loi ZAN (Zéro Artificialisation Nette), l'Assemblée nationale a approuvé une mesure permettant aux petites communes rurales de se développer sur une surface d'un hectare pendant 10 ans.




Introduit par le Sénat, le dispositif vise à rassurer les élus locaux face à l'objectif de long terme de "zéro artificialisation nette" (ZAN), qui vise à ne plus bétonner les sols à l'horizon 2050, à moins de "renaturer" des surfaces équivalentes.

 

Une mesure qui concerne un tiers de la population française

 

Les députés ont soutenu par 25 voix contre 2 cette "garantie rurale", avec une abstention des écologistes. Seuls les députés du Rassemblement national s'y sont opposés, en jugeant que l'effort demandé aux communes rurales demeurait trop contraignant, alors que "l'artificialisation concerne avant tout les métropoles".

 

La mesure du Sénat avait été modifiée par les députés dès l'examen en commission. L'Assemblée nationale réserve la "garantie rurale" aux communes "peu" ou "très peu denses", soit un total de "30.775 communes rurales", où vit environ 33% de la population française, selon l'Insee. Ces communes doivent aussi être dotées d'un document d'urbanisme établi avant le 22 août 2026.

 

Un hectare autorisé sur 10 ans

 

Durant la période 2021-2031, elles auront la garantie de pouvoir artificialiser un hectare. Les communes pourront aussi mutualiser cet hectare entre elles ou à l'échelle intercommunale.

 

L'écologiste Lisa Belluco a critiqué une "mesure démagogique". "Ce dispositif ne prévoit pas de différenciation : une petite commune de 1.000 habitants ayant artificialisé à outrance disposera d'un hectare, au même titre qu'une commune de 5.000 habitants ayant fait preuve de sobriété", a-t-elle dénoncé.

 

Le ministre de la Transition écologique Christophe Béchu a défendu à l'inverse un "juste milieu" et une "souplesse", avec un "mode de décompte immédiatement compréhensible pour les maires".

 

Le vote de l'ensemble du texte prévu mardi

 

L'Assemblée nationale a achevé vendredi l'examen en première lecture de cette proposition de loi sénatoriale visant à faciliter la mise en oeuvre des objectifs de "zéro artificialisation nette" dans les territoires.

 

L'ensemble du texte, dont nous avions détaillé les grandes lignes dans notre article du 22 juin "Zéro artificialisation nette : le plan du Gouvernement pour calmer les débats", fera l'objet d'un vote solennel mardi en fin d'après-midi dans l'hémicycle du Palais Bourbon, après la séance de questions au gouvernement.

 

Députés et sénateurs tenteront ensuite d'établir une version de compromis en vue d'une adoption définitive.




Source : batirama.com & AFP / Photo © wirestock sur Freepik

2 Commentaires
logo
- -
  • par 3doors
  • 27/06/2023 16:22:33

Faire payer les taxes foncières en rapport à la minéralisation de la parcelle. j'ai vu des parcelles de 600m2 voir bien plus totalement bétonnées. Faire moins payer à ceux qui n'artificialisent pas. Aussi il faut verdir tous les parkings et les zones de no mans land minéralisées. on n'en peut plus du béton.

logo
- -
  • par CLAUDIUS
  • 27/06/2023 00:04:57

Les petites Commues vont avoir intérêt à créer une réserve foncière de "développement" de "l'hectare" pour maîtriser leur croissance économique ....et leur fiscalité locale !

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Articles qui devraient vous intéresser

Pour aller plus loin ...

Newsletter

Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ZOOMBAT Autopub
Produits


Votre avis compte
Êtes-vous favorable à la mise en place d'un certificat de conformité de performance énergétique pour les artisans non-certifiés RGE ? (195 votants)
 
Articles
Nouveautés Produits