Le solaire photovoltaïque se développe vite, le solaire thermique stagne

L'entrée du salon Intersolar

Le 13 juin 2023, en prélude au salon Intersolar, une série de conférences à Munich fait le point sur l’évolution du solaire thermique et photovoltaïque.




Rappelons le contexte : l’invasion de l’Ukraine par la Russie, l’indisponibilité d’une part importante du parc nucléaire français, la sécheresse de 2022 ont conduit à une explosion des prix du gaz et de l’électricité en 2022. En réaction, l’essentiel de la stratégie européenne consiste à développer l’électricité d’origine renouvelable et la chaleur solaire.

 

En 2019, l’Europe avait décidé d’atteindre 32% d’ENR (Energies Renouvelables) dans son mix énergétique à l’horizon 2030. En 2023, réagissant à l’invasion russe, l’Europe a porté cette cible à 42,5% d’ENR dans le mix énergétique de l’Union d’ici 2030. Selon l’évolution de la révision de la Directive sur les Energies Renouvelable en cours, l’Union pourrait ajouter 2,5% et porter la cible à 45% d’ENR dans son mix énergétique en 2030. Le but est tout à la fois de désengager l’Europe de l’emprise russe sur ses approvisionnements énergétiques et de contribuer à la sauvegarde de la planète en réduisant les émissions de gaz à effet de serre.

 

En attendant, comme l’a expliqué Seb Henbest, Global Head of Climate Transition chez HSBC, les émissions de gaz à effet de serre ne cessent d’augmenter. Après avoir légèrement baissé durant les deux années du covid en raison de la chute de l’activité économique, elles ont repris leur trajectoire à la hausse. ©PP

 

 

En 2022, la France a atteint une capacité photovoltaïque installée de 16 GWc. La cible pour 2030 (NECP National Energy and Climate Plan) est de 44 GWc. L’association Solar Power Europe, qui rassemble les acteurs de la filière PV, estime qu’au rythme de production actuel, la France devrait atteindre 71 GWc installés, pour un potentiel atteignable de 110 GWc en 2030. ©SolarPower Europe

 

 

239 GWc de photovoltaïque connectés dans le monde en 2022

 

 

Solar Power Europe vient de publier aujourd’hui ses prévisions sur le développement du photovoltaïque dans le monde de 2025 à 2027. En 2022, 239 GWc de photovoltaïque ont été ajoutés à travers le monde, c’est un record et représente une croissance de 41% par rapport à 2021.

 

Au total, la capacité photovoltaïque installée à travers le monde a dépassé le TWc début 2022 et atteint pratiquement 1,2 TWc à la fin de l’année 2022.

 

Malgré cette croissance impressionnante, le solaire photovoltaïque ne contribue que pour 4,5% du total de l’électricité produit dans le monde en 2022, tandis que les énergies non-renouvelable en produisent plus de 70%.

 

Le record de nouvelles installations PV en 2022 est largement attribuable à la Chine qui a installé plus de 100 GWc de capacité nouvelle, soit une croissance de 72% par rapport à 2021. Les Etats-Unis ont confirmé leur seconde place mondiale avec 21,9 GWc, l’Inde suit avec 17,4 GWc de capacité nouvelle. L’Espagne a ajouté 8,4 GWc de capacité en 2022 et est ainsi devenue le premier marché pour le PV en Europe.

 

Pour 2023, Solar Power Europe a imaginé trois scénarios. Le scénario du milieu envisage la poursuite de l’expansion du PV avec 341 GWc de capacité nouvelle., soit une croissance de 43% par rapport à 2022. Son scénario le plus optimiste entrevoit la possibilité d’atteindre 400 GWc de capacité nouvelle en 2023. Si l’expansion se poursuit au même rythme, le parc de PV installé dans le monde atteindra 2 TWc début 2025 et 3,5 TW fin 2027.

 

Cette expansion soutenue peut être attribuée, selon Walburga Hemetsberger, CEO de SolarPower Europe, à la hausse du coût de l’électricité livré par le réseau et à la poursuite de la baisse des coûts d’installation du PV. Le photovoltaïque est aujourd’hui la source d’énergie la moins chère et la plus rapidement installée, malgré l’inflation sur le prix des composants d’une installation PV, explique-t-elle. ©PP

 

Mais le solaire thermique a baissé en 2022

 

REN21, une autre association internationale, publie le 14 juin son propre rapport sur le développement des ENR dans le monde. Il est plus large que celui de Solar Power Europe et traite également de la chaleur, des pompes à chaleur, de la géothermie, de l’hydraulique, de l’hydrogène et des bio-carburants. Nous nous sommes entretenus par Zoom le 12 juin avec Rana Adib, directrice exécutive de REN21.

 

Elle souligne que la très importante expansion du PV, dont il faut se féliciter, masque le quasi-arrêt de la croissance des biocarburants, du biogaz et du solaire thermique.

 

Au total, selon REN21, l’énergie primaire d’origine biologique a augmenté seulement de 17% entre 2010 et 2020. Et encore, l’essentiel de cette croissance est attribuable au bois énergie, utilisé pour le chauffage et, de manière croissante, dans les chaufferies urbaines qui alimentent des réseaux de chaleur.

 

Le solaire thermique, quant à lui, a baissé de 9,3% à travers le monde en 2022 pour atteindre 22,8 GWth après une hausse en 2021 qui avait elle-même suivi une baisse de 7 années consécutives. Cette baisse provient pour l’essentiel d’une chute du marché chinois.

 

En Europe, le solaire thermique a continué de croître : +43% en Italie, +29% en France, +17% en Grève, 11% en Pologne et en Allemagne, … Mais la nature du marché a changé. Les installations domestiques continuent leur baisse, tandis que les installations en industrie et sur les réseaux de chaleur poursuivent leur croissance.

 

REN21 attribue la différence entre le développement du PV et celui du solaire thermique à une relative indifférence des Pouvoirs Publics envers la chaleur renouvelable. Autant le PV est convenablement soutenu, notamment en Europe, autant les aides publiques pour la chaleur renouvelable, notamment d’origine solaire thermique, sont moins généreuse et plus complexes à mettre en œuvre. La politique européenne est trop tournée vers l’électrification, souligne Rana Adib. Les biocarburants et la chaleur renouvelable sont négligés.

 

En 2022 dans le monde, les Pouvoirs Publics ont subventionné les énergies fossiles à hauteur de 1.000 milliards de dollars. Ce qui est en parfaite contradiction avec leur message sur la nécessité d’une rapide décarbonation de l’économie. Il est temps de mettre les actes en correspondance avec les paroles, dit-elle, et de consacré plus de ressources au développement de la chaleur renouvelable et des biocarburants.

 

Le semaine prochaine REN21 publiera un nouveau rapport consacré au stockage d’énergie.

 

Demain matin, mercredi 14 juin 2023, nous serons à l'ouverture du salon Intersolar. ©PP



Source : batirama.com/Pascal Poggi

L'auteur de cet article

photo auteur Pascal Poggi
Pascal Poggi, né en octobre 1956, est un ancien élève de l’ESSEC. Il a commencé sa carrière en vendant du gaz et de l’électricité dans un centre Edf-Gdf dans le sud de l’Île-de-France, a travaillé au marketing de Gaz de France, et a géré quelques années une entreprise de communication technique. Depuis trente ans, il écrit des articles dans la presse technique bâtiment. Il traite de tout le bâtiment, en construction neuve comme en rénovation, depuis les fondations jusqu’à la couverture, avec une prédilection pour les technologies de chauffage, de ventilation, de climatisation, les façades et les ouvrants, les protocoles de communication utilisés dans le bâtiment pour le pilotage des équipements – les nouveaux Matter et Thread, par exemple – et pour la production d’électricité photovoltaïque sur site.
1 Commentaire
logo
bronze
  • par RVL42600
  • 19/06/2023 18:31:21

Merci pour cet article.

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Les énergies renouvelables et les bâtiments : les autres articles du dossier...

Articles qui devraient vous intéresser

Pour aller plus loin ...

Newsletter

Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ZOOMBAT Autopub
Produits


Votre avis compte
Êtes-vous favorable à la mise en place d'un certificat de conformité de performance énergétique pour les artisans non-certifiés RGE ? (187 votants)
 
Articles
Nouveautés Produits