Chauffage de chantier : des systèmes adaptés aux pros

Chauffage de chantier : des systèmes adaptés aux pros

Parce qu’il n’est pas toujours évident de travailler en hiver dans de bonnes conditions sur les chantiers. Des chauffages mobiles pour professionnels sont disponibles.





 

Chauffage d’espaces, assèchement de murs et de pièces, ou encore protections antigel dans des chantiers, tentes de chantiers, usines… le domaine d’utilisation des chauffages de chantier est grande. Qu’ils fonctionnent à l’électricité ou au fioul, à combustion directe ou indirecte, ces appareils sont la solution idéale pour tous les professionnels.

 

Chauffage électrique : chaleur propre et sèche

 

Les chauffages électriques représentent l’une des méthodes les plus sûres, rapides et confortables. Contrairement aux chauffages au fioul qui émettent des gaz de combustion et de l’humidité, les appareils électriques produisent une chaleur propre et sèche, idéale pour déshumidifier les chantiers.

 

En effet, plus la température ambiante est élevée, plus le temps de séchage est court. Autre avantage : ces appareils garantissent une sécurité maximale puisqu’il suffit de disposer d’un raccordement au réseau électrique et non d’un combustible.

 

«Ce qui peut représenter aussi un inconvénient car en fonction du volume à chauffer et de la taille du chantier, il est nécessaire d’avoir une alimentation électrique suffisante d’où également la nécessité de groupes électrogènes», explique DidierWeissgerber, responsable commercial de Trotec.

 

En ce qui concerne leur puissance, les premiers modèles débutent à 3 kW et se branchent en 220 V, et peuvent atteindre les 120 kW. «Mais ce type d’appareil oblige un raccordement au réseau EDF. Les modèles standards vont de 18 à 22 kW», ajoute le spécialiste.

 

Fioul : des puissances plus élevées

 

Les appareils au fioul, très performants également, permettent de chauffer rapidement et longuement de grandes surfaces, tout en offrant un très bon rendement. «Le fioul a, en effet, l’avantage par rapport à l’électrique d’avoir des puissances beaucoup plus élevées. Il peut démarrer à 20 kW de puissance et jusqu’à 400 kW de puissance de chauffe», commente DidierWeissgerber. «Pour vous donner un ordre d’idée la chaudière d’une maison est de 35 kW», compare Geoffrey Rousseau, responsable marketing de S.Plus.

 

Fiables et solides, ils sont également mobiles et comprennent un réservoir intégré pour une plus grande flexibilité. Le fioul est aussi une source d’énergie peu coûteuse, cette méthode de chauffage reste l’une des plus économiques, surtout lorsqu’on utilise des appareils de qualité et performants.

 

«Mais ce type de chauffage est tout de même plus contraignant que l’électrique car il faut l’alimenter en fioul et il faut penser à évacuer les gaz de combustion. Autre inconvénient, s’il fait trop froid le fioul peut geler», note Didier Weissgerber.

 

Achat ou location ? Les deux !

 

Achat ou location, cela dépend du chantier. «En effet, sur les gros chantiers qui ont besoin de puissance très importantes, les chauffages sont généralement loués car à l’achat ils reviennent trop chers. En revanche, sur des plus petits chantiers (appartement, étage d’immeuble…) ils sont plutôt achetés», souligne Didier Weissgerber.

 

Calcul de la puissance de chauffage

 

Le diagramme ci-dessous permet de calculer rapidement et approximativement la puissance calorifique requise par le chauffage utilisé pour des locaux supérieurs à 1 000m3. Les valeurs indiquées reposent sur le besoin en chaleur pour le chauffage temporaire de bâtiments utilitaires ou similaires ayant une isolation standard par une température extérieure de -5 degrés.

Exemple de calcul :

afin de chauffer un local d’un volume de 5 000 m3 et d’obtenir une température ambiante de 12°C lorsque la température extérieure moyenne est de -5 degrés, il faut une augmentation de 17 degrés, ce qui représente une puissance de chauffage d’environ 23 watts/m3.

 

D’où un besoin total en chaleur de 5 000 x 23 watts = 115 000 watts = 115 kW.

 

Remarque : si le local dispose d’une bonne isolation thermique, on peut déduire 15% de la puissance de chauffe, si au contraire, le local est mal isolé, il faut ajouter 15%.




 

Sélection de produits

 

Pour de grands volumes

 

 

En terme de chauffage de chantier, S.PLUS propose l’AEM 4, un aérotherme mobile électrique d’une puissance de 2,4 à 3,6 kW et d’un débit d’air de 450 m3/h. Ce modèle permet de chauffer un volume compris de 60 à 130 m3. L’EF 55 CA et le MF 220 H, appareils mobiles fioul, permettent de chauffer entre 500 et 6000 m3, ils développent une puissance de 52 kW et 205 kW, avec un débit d’air de 2 500 et 12 000 m3/h. Ces modèles peuvent être raccordés à une gaine de soufflage et un thermostat.

 

Du portable au fuel

 

 

Sovelor propose toute une gamme de chauffage de chantiers dont le modèle B100 qui est un chauffage air pulsé portable au fuel. Cet appareil s’utilise dans les locaux ventilés ou en plein air pour la mise hors gel, le séchage ou le chauffage. Le B100 est équipé d’un réservoir de carburant de 42 litres intégré. Il affiche une puissance calorifique de 29 kW, un débit d’air de 950 m3/h et peut chauffer un volume de 200 à 700 m3 (selon isolation et température).




 

Débit d’air de 335 à 1 632 m3/h

 

 

La série TDS Trotec de chauffages électriques regroupe les générateurs électriques d’air chaud stationnaires pour les secteurs du bâtiment ou pour les ateliers de peinture. Equipés d’un moteur à protection thermique, les 5 appareils de la gamme disposent aussi d’un thermostat de surchauffe en série. Grâce au thermostat d’ambiance et à la température réglable, l’utilisateur bénéficie d’une chaleur constante, pour un assèchement des chantiers plus rapide. Faciles à manipuler, de 5 et 20 kg, ils sont munis d’une poignée de transport.

 

Quatre voies

 

 

Wacker Neuson propose un chauffage mobile pour grands locaux d’air chaud à fioul mobile. Il est équipé d’un distributeur 4 voies qui permet d’acheminer la chaleur à différents lieux de manière ciblée. Il est facile à transporter grâce à des œillets de levage et des roues et il est sûr grâce à un limiteur de température de sécurité et un contrôleur de flamme intégrés.Enfin, les composants de grande qualité tels que la chambre de combustion en acier spécial assurent une longue durée de vie.

 

 

Source : batirama.com / Aude Moutarlier

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Dernière revue

BTR N° 495 - Février / Mars 2021

     

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (610 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique


Procédés non traditionnels d’assainissement autonome -  norme 12 566-3 + A1