Léonard, le laboratoire d’innovation de Vinci agit comme recruteur de talents

image

Le Groupe Vinci veut réduire fortement son empreinte carbone dès 2030. Pour y parvenir et générer plus rapidement les innovations nécessaires, Vinci a créé l’incubateur Léonard en 2017



Léonard, la plate-forme de prospective et d’accélération de projets innovants du groupe Vinci est installée Place du Colonel Bourgoin dans le XIIème arrondissement à Paris. Le 11 janvier, Léonard a présenté les 46 start-ups, entreprises innovantes et les équipes de salariés de Vinci, sélectionnées pour rejoindre ses quatre programmes d’accélération et d’accompagnement qui commencent début janvier 2023. Leurs développements portent sur le bâtiment (construction et rénovation), la mobilité et l’énergie.

 

 

Léonard à Paris est un tiers-lieu de 4500 m² qui abtite la plate-forme d’innovation et de prospective du groupe Vinci. ©Léonard

 

 

Les grandes ambitions environnementales du groupe Vinci

 

 

Le groupe Vinci affiche de grandes ambitions en matière d’environnement. En ouverture de la journée du 11 janvier, Isabelle Spiegel a rappelé les objectifs de Vinci et le contexte dans lequel le groupe les a fixés.

 

 

Isabelle Spiegel a souligné la perception accrue et de plus en plus généralisée de l’urgence environnementale, l’intégration croissante par les investisseurs des critères de résilience et de vertitude des ouvrages de travaux publics et des bâtiments et les règles normatives de plus en plus contraignantes en Europe. ©PP

 

Le groupe Vinci a donc décidé de devenir force de proposition de solutions pour accompagner la transition énergétique et accélérer sur la voie de l’économie circulaire. Pour lui-même, Vinci a décidé de réduire de réduire ses émissions de CO2eq de 40% (scopes 1 et 2) d’ici 2030, ainsi que de réduire de 20% ses émissions indirectes (Scope 3) d’ici 2030 par rapport à 2019.

 

 

Déjà plusieurs réalisations

 

 

Face à son ambition de décarbonation, le groupe Vinci n’est pas resté les deux pieds dans le même sabot. Plusieurs initiatives qui concernent le bâtiment se sont déjà concrétisées.

 

La première est Rehaskeen de Vinci Construction. C’est une solution complète de rénovation thermique des façades à partir de panneaux préfabriqués, réalisés sur mesure.

 

 

Les éléments Rehaskeen et les nouvelles façades qui résultent de leur mise en œuvre sont conçus pour répondre aux normes anti-incendie du marché français pour le logement collectif et les Etablissements Recevant du Public (ERP). Ce qui autorise leur emploi pour la rénovation thermique radicale de bâtiments de grande hauteur. ©CDC Habitat

 

 

 

 

Rehaskeen comporte en plus deux aspects particulièrement intéressants. Tout d’abord, le système d’accrochage, original et breveté, des panneaux sur les façades se contente de cinq points d’attache pour les plus grandes dimensions de panneaux. Ensuite, les panneaux sont conçus pour être facilement démontables pour récupérer les matériaux ou bien pour la maintenance de la façade. ©Vinci Construction

 

 

 

 

La seconde réalisation est la gamme de béton bas carbone Exegy, développée en partenariat avec Ecocem. Exegy est un béton ultra-bas carbone, dans lequel la totalité du ciment est remplacé par le liant alcali-activé Ecocem Ultra.

 

 

Exegy a notamment été utilisé pour les voussoirs des tunnels de la ligne 18 du Grand Paris Express, où il évite une tonne environ de CO2 par mètre de tunnel, soit une réduction supérieure à 50 % par rapport aux bétons couramment utilisés. ©Vinci Construction

 

 

 

 

Léonard est une machine à dénicher de nouveaux talents

 

 

Dans ce contexte, Léonard fait office de détecteur de talents. Les 46 entités sélectionnées pour la promotion 2023 de l’accélérateur ont été choisies parce qu’elles œuvrent directement dans les domaines d’expertise du groupe Vinci :

  • réduction de l’impact environnemental des projets de construction,
  • énergies renouvelables, houlomotrice, éolienne, solaire, etc.
  • efficacité énergétique et déploiement massif des pompes à chaleur,
  • capture du carbone et Climatech,
  • gestion des chantiers et des projets,
  • livraisons ciblées de matériaux de construction,
  • jumeaux numériques,
  • impression 3D d’ouvrages de construction.

 

 

Lors de l’accueil de la nouvelle promotion à l’incubateur Léonard, quatre dirigeants de diverses filiales du groupe Vinci ont expliqué tout à la fois, combien ils étaient à la recherche d’innovations pour améliorer leurs process et réduire leur empreinte environnementale, et comment les entités retenues dans la promotion 2023 de Léonard auraient d’autant plus de chances de se développer qu’elles seraient attentives aux besoins du groupe. ©PP

 

 

Deux start-up de la promotion 2023

 

 

Nous avons retenu deux exemples parmi 46. Le premier est Heliosand, une start-up qui propose une solution de fusion solaire thermique pour valoriser les déchets industriels, les déchets de chantier, …

 

Nous avions déjà évoqué une technologie similaire, développée à Perpignan pour transformer les déchets d’amiante en céramiques réfractaires destinées au stockage de chaleur.

 

Heliosand a des ambitions plus étendues, puisque l’entreprise veut utiliser des capteurs solaires à concentration pour satisfaire toutes sortes de besoins en industrie.

 

 

Heliosand à été créée par Rafik Kheffache (ci-dessus), Geoffrey Marino et Cécile Toussaint. ©PP

 

 

La seconde entité qui a retenu notre attention est Geoheat.

 

 

Fondé notamment par Nicolas Walbrecq, Geoheat est une "intraprise" : son fondateur travaille chez Vinci Construction Grands Projets. ©PP

 

 

Sur un site de construction ou de rénovation lourde, Geoheat se propose de valoriser tout le potentiel géothermique du site – aussi bien en chauffage qu’en rafraîchissement – dans le but, premièrement, de satisfaire tous les besoins du ou des bâtiments du site, puis de proposer chaleur et froid aux bâtiments voisins.

 

Rendez-vous fin 2023 pour voir comment Heliosand et Geoheat auront évolué.



Source : batirama.com / Pascal Poggi

L'auteur de cet article

photo auteur Pascal Poggi
Pascal Poggi, né en octobre 1956, est un ancien élève de l’ESSEC. Il a commencé sa carrière en vendant du gaz et de l’électricité dans un centre Edf-Gdf dans le sud de l’Île-de-France, a travaillé au marketing de Gaz de France, et a géré quelques années une entreprise de communication technique. Depuis trente ans, il écrit des articles dans la presse technique bâtiment. Il traite de tout le bâtiment, en construction neuve comme en rénovation, depuis les fondations jusqu’à la couverture, avec une prédilection pour les technologies de chauffage, de ventilation, de climatisation, les façades et les ouvrants, les protocoles de communication utilisés dans le bâtiment pour le pilotage des équipements – les nouveaux Matter et Thread, par exemple – et pour la production d’électricité photovoltaïque sur site.

Articles qui devraient vous intéresser

Technique-Innovation
Technique-Innovation

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits



Votre avis compte

Soutenez-vous le mouvement de grève du 19 janvier, reconduit le 31 janvier? (168 votants)
 

Articles

Nouveautés Produits