Carreler une terrasse : Attention aux contraintes climatiques !

Carreler une terrasse : Attention aux contraintes climatiques !

Pour réaliser des terrasses carrelées en extérieur, la pose collée s’impose. Parce que répondant plus facilement à une forte demande en rénovation de maisons individuelles. Mais attention, qui dit extérieur, dit contraintes climatiques.






 

La pose de carrelage en extérieur implique notamment « la prise en compte des éléments climatiques », rappelle David Schoffmann, chef de marché Colles Carrelage chez Mapei. « Les carreaux doivent présenter des caractéristiques de résistance au gel (norme EN 202) et avoir des porosités inférieures à 3 %. Les surfaces trop glissantes sont déconseillées pour éviter les chutes. » En matière de formats, CPT et DTU fixent les minimum et maximum. « Le format maximum admis en extérieur est de 2 000 cm2 et pour trouver le bon format de carreau, il faut, en divisant la longueur par la largeur, avoir un résultat qui ne soit pas supérieur à 2. »

 

Pose collée majoritaire

 

Autre contrainte climatique : la pluie et ses infiltrations d’eau. « On peut s’en prémunir, par exemple, avec l’interposition de système d’étanchéité liquide (SEL), en pose collée pour les terrasses sur local non clos ou sur garage », poursuit M. Schoffmann. L’emploi de mortiers-colles suppose de respecter les plages de températures de 5 à 35 °C. En plein soleil ou sous le vent, les temps ouverts des colles sont réduits : il est préférable d’encoller des surfaces moins importantes et de vérifier le transfert de colle sur l’envers du carreau. » Reste que l’état du support (stable et plan, avec pente suffisante…) devra être conforme aux règles de l’Art !

 

Stéphanie Lacaze-Haertelmeyer


 

 





 

Pour la réalisation de terrasse extérieure carrelée, le plus souvent en neuf, un système de drainage est obligatoire en pose scellée.

 

carrelage1-402.jpgPour la pose scellée, le support devra présenter une pente de 1,5 % minimum (1,5 cm/m) pour l’évacuation des eaux pluviales. Dans le cas contraire, il faudra prévoir une forme de pente. Ensuite, conformément au DTU 52.1, il faudra interposer un drainage.

 

♦ Le drainage sera constitué soit d’un lit de granulat de 2 cm d’épaisseur ayant une granulométrie de 2/10 m surmonté d’un voile non-tissé synthétique d’au moins 170 g/m2, soit d’un système de drainage bénéficiant d’un Avis technique visant cet emploi. Ensuite, le mortier de scellement (ciments, ciments à maçonner ou mortiers bâtards pour les carreaux céramique de porosité jusqu’à 3 %) du revêtement est posé avec une épaisseur constante. Le format admissible des carreaux en pose scellée est de 2 200 cm2.

 

♦ Des joints de fractionnement de 5 mm minimum sont réservés à la pose dans l’épaisseur carrelage + mortier de scellement en respectant une surface maximum de 20 m². Un joint périphérique de 10 mm minimum sera prévu. Pour les joints de dilatation du gros-œuvre, ils doivent être respectés dans la forme de pente éventuelle, dans le mortier de pose et dans le revêtement. Leur largeur doit être approximativement celle du joint support.

 

carrelage2-402.jpg

 


 

 


   





 

En neuf ou en rénovation, l’état du support est primordial lors de la mise en œuvre de terrasse carrelée en pose collée.

 

carrelage3-402.jpgEn pose collée, conformément au CPT, les tolérances de planéité du support sont de 5 mm sous la règle de 2 m et 1 mm sous la règle de 0,20 m pour les supports de type I pour une pose collée en directe avec un mortier-colle à consistance normale ou fluide (G). Les défauts localisés (jusqu’à 10 mm d’épaisseur) sont traités la veille au moyen du mortier-colle.

 

♦ Pour une pose sur dallage en terre-plein (avec ou sans chape incorporée) le support est âgé au minimum d’un mois, sur plancher (avec ou sans chape incorporée) deux mois au minimum après enlèvement complet des étais et sur chape ou dalle désolidarisée, 15 jours au minimum. Dans tous les cas, le support ne doit pas ressuer l’humidité.Le support doit présenter une pente de 1,5   minimum. Les carreaux de formats 50 cm2 jusqu’à 2000 cm2 se collent au moyen d’un mortier colle C2 ou C2 S1/S2 à consistance normale par double encollage ou au moyen d’un mortier-colle C2 ou C2 S1/S2 fluide (G) par simple encollage.

 

♦ Les joints de fractionnement de 5 mm de large au minimum sont exécutés dans la totalité de l’épaisseur du mortier-colle et du carrelage. Les joints périphériques sont prévus à chaque butée avec un mur ou élément de gros œuvre, un vide de 3 mm minimum sera réservé et rempli à l’aide d’un profilé compressible ou d’un mastic élastomère. Les joints de dilatation doivent être respectés dans la totalité de l’épaisseur du mortier-colle et du carrelage.

 

 

carrelage4-402.jpg

 





 

Étanchéité lourde pour pose scellée ou système d’étanchéité liquide (SEL) sous carrelage en pose collée sont strictement encadrés au niveau réglementaire.

 

carrelage5-402.jpgEn pose scellée sur étanchéité traditionnelle conforme à la norme NF P 61-202-1 (Référence DTU 42.1), la mise en œuvre est réalisée sur la protection lourde conçue par l’étancheur. Cette protection lourde doit présenter une pente générale ≥?1,5?%. Le mortier de scellement comprend l’incorporation d’un adjuvant plastifiant-réducteur d’eau ou superplastifiant. Le revêtement fini doit présenter une pente générale ≥?1,5?%. Pour la réalisation des joints de fractionnements, il convient de poursuivre ceux de la protection dans la totalité de l’épaisseur carrelage + mortier de scellement, soit tous les 4 m maximum pour des joints de 1 à 2 cm en limitant les surfaces à 10 m². Le joint périphérique présente une largeur minimale de 2?cm. Pour la pose collée, une étanchéité liquide est fortement conseillée en terrasse d’habitation sur local non clos ou sur garage, en balcons et coursives. Ce SEL (système d’étanchéité liquide) est constitué d’un enduit d’étanchéité à base ciment à deux composants associés à une armature qui permet de protéger des infiltrations d’eau et des dégradations. Sur chape ciment ou dalle béton, le support à traiter doit être plan, propre, sain, solide et suffisamment âgé avec une pente minimale de 1,5 cm/m afin de permettre l’évacuation des eaux en surface. Voici les étapes à respecter :

 

• éliminer toute partie mal adhérente ou de faible cohésion, ainsi que toute substance pouvant nuire à l’adhérence (huile de décoffrage, laitance de ciment, produit de cure…) ;

 

• humidifier le support avant l’application du SEL. Sur carreaux existants, ils doivent être parfaitement adhérents au support et en parfait état de conservation ;

 

• éliminer toute substance pouvant nuire à l’adhérence (huile, graisse, dépôts calcaires, microorganismes, peinture…) puis laver avec une lessive sodée, rincer à l’eau claire et laisser sécher. Les carreaux émaillés seront poncés mécaniquement et dépoussiérés, avant d’appliquer le SEL.

 






 

Quels conseils donner pour mettre en œuvre une terrasse carrelée ?

 

Réaliser une terrasse suppose de gérer parfois des conflits avec son client quand le gros œuvre est inadapté. Souvent la réalisation de céramique en terrasse intervient quelques années après la construction de la maison. Alors, les particuliers réalisent un bout de support instable, non relié à la maison et sans forme de pente, inadapté au revêtement céramique.

 

Que faire ?

 

Refaire le gros œuvre et vérifier que les formes de pente ont été correctement exécutées. La pose scellée s’effectue si une réservation a été prévue, soit un décaissé de 10 à 12 cm, au droit de la porte d’entrée, de la baie vitrée…, pour interposer le système de drainage, le mortier de scellement et le carrelage.

 

Une mise en œuvre plus simple en pose collée ?

 

Le support devra être d’une planimétrie parfaite avec une forme de pente. Cette pose dépend donc du dallage, quand souvent le gros œuvre considère que le mortier d’une pose scellée viendra compenser ses défauts. L’entreprise doit vérifier le support et savoir dire non aux lubies des clients, par exemple une terrasse carrelée avec une pente au nu de la pelouse, sans marche : non réglementaire !

 

* Président de l’Union nationale des entrepreneurs céramiques du Bâtiment (Unecb).

 


 





 

Joints entre carreaux

 

Conformément au DTU 52.1 et au CPT sols collés en extérieur, la pose à joint nul est interdite. La largeur des joints entre carreaux sera de 6?mm au minimum pour les carreaux de terre cuite et carreaux étirés, pour les autres matériaux de 5 mm minimum et pour les carreaux S < 50 cm² sur trame ou papier côté belle face, une largeur de 2 mm est admise.

 

Publication

 

Guide pratique Carrelage collé en travaux neufs

 

carrelage6-402.jpg

 

En 84 pages et plus de 150 illustrations, les professionnels soucieux de se conformer à la réglementation et de s’appuyer sur des critères objectifs de différenciation et de qualité, disposent désormais d’un recueil des bonnes pratiques de la pose collée de carrelage en travaux neufs, prenant en compte la normalisation européenne, les caractéristiques optionnelles des produits et matériaux, l’évolution des procédés de mise en œuvre et les spécificités du chantier.

 

 

 


Réglementation

 

Étanchéité traditionnelle : norme NF P 84-204 (Réf. DTU 43.1)

Pose scellée : Norme NF P 61-202 (Réf. DTU 52.1) de décembre 2003

Pose collée : Cahier des prescriptions techniques (CPT) N° 3267 V2 de Juin 2005

Règles Professionnelles SEL en planchers extérieurs dominant les parties non closes des bâtiments (APSELCSFE-Édition septembre 1999)

 

Classification performantielle des mortiers-colles.

 

Caractéristiques de base : C1 normal ; C2 amélioré ; C2 S1/S2 amélioré déformable

Caractéristiques optionnelles : E temps ouvert allongé ; F durcissement rapide ; G fluide (uniquement en sol) ; T résistance au glissement.

Les colles doivent être certifiées CSTB.

 

Les carreaux céramiques non visés en sols extérieurs : grès pressés émaillés de porosité > 3?% ; grès pressés non émaillés de porosité > 3 % ; grès étirés émaillés de porosité > 3% ; grès étirés non émaillés de porosité > 10 %.

 

Le choix des carreaux s’effectue tel que le définit le classement UPEC des locaux par le CSTB : les terrasses sont des locaux classés U4 P3 E3 C2.

Articles qui devraient vous intéresser

2 Commentaires


- -
  • par Terminus72
  • 0
  • 0

Ma chère épouse ayant absolument besoin d'une terrasse devant sa cuisine j'ai commencé par faire venir quelqu'un pour désherber mais je m'aperçois maintenant que j'ai oublié de faire une pente vers le jardin. Enfin ma femme, très perfectionniste dans l'âme veut absolument que la terrasse soit collée à la sortie de la cuisine (porte vitrée et marche en béton). J'ai malheureusement déjà disposé le géotextile et le sable. Je pense qu'il ne me reste plus qu'à tout défaire... qu'en pensez-vous ? Merci pour vos conseils. je n'ai pas de bordure pour ma terrasse ni de joints.


- -
  • par Charly
  • 0
  • 0

Lors de la pose du ciment d'entre joints, doit on laisser le joint visible, ou doit on reboucher ?

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (96 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique


Fenêtres en travaux neufs Aluminium, bois, PVC - NF DTU 36.5