Investissements dans la transition énergétique : attention aux fraudes !

Investissements dans la transition énergétique : attention aux fraudes !

L'Autorité des marchés financiers (AMF) a appelé lundi les épargnants "à la plus grande vigilance" sur des propositions d'investissement dans la transition énergétique, comme des "éco-parkings".

FLEXIClean & SKINReflex : les isolants d’EDILIANS, nouvelle génération !


L'AMF a enregistré en 2022 "plus d'une centaine de réclamations et signalements", ainsi "qu'une cinquantaine de demandes" d'épargnants s'interrogeant sur ce type d'investissement, notamment via sa plateforme AMF Epargne Info Service, explique l'autorité dans un communiqué.

 

Les pertes subies par les épargnants sont "élevées", juge-t-elle, en moyenne de 70.000 euros. Les résultats sont loin des "taux de rendements élevés", entre 6 et 12%, et des "placements sécurisés" vantés par des "fausses brochures commerciales". Ces offres surfent sur les tendances du moment de la finance verte: centrales photovoltaïques exploitées en Europe, "livret hydrogène" ou encore des "éco-parkings", c'est-à-dire des places de stationnement avec bornes de recharge électrique, énumère-t-elle.

 

L'AMF avait déjà alerté en 2020 sur les escroqueries liées aux investissements dans des places de parking. Souvent, ces offres frauduleuses "usurpent l'identité de groupes connus" et mettent parfois en avant "une soi-disant garantie de capital" par la Banque de France ou la Banque centrale européenne, alerte aussi l'AMF.

 

Les épargnants sont généralement sollicités par mail ou par téléphone, après avoir renseigné leurs coordonnées dans des formulaires de contact sur internet ou avoir découvert les offres sur les réseaux sociaux. Mais, "peu après avoir effectué les virements, les victimes ne parviennent plus à joindre les faux conseillers ni à récupérer leurs fonds", relate l'autorité chargée de la protection de l'épargne investie en produits financiers.

 

L'AMF rappelle enfin des "règles de vigilance" vis-à-vis des investissements, notamment ne pas céder à la pression des interlocuteurs ou à l'urgence avant d'investir, se méfier "des promesses de gains rapides sans contreparties" et rappelle que "les usurpations sont fréquentes, nombreuses et faciles à réaliser".

 

 

Des fraudes nombreuses aussi pour les particuliers

 

 

Parallèlement, l'organisme de qualification des énergies renouvelables Qualit'EnR a indiqué dans un communiqué ce 22 novembre avoir reçu 508 réclamations cette année au sujet d'entreprises peu scrupuleuses pouvant être qualifiées d'éco-délinquantes. Qualit'EnR a dressé le portrait robot de ces entreprises et de leurs victimes.

 

Typiquement, "un éco-délinquant démarche souvent par téléphone, ce qui est interdit depuis juillet 2020. Il a une posture plus commerciale que technique et a pour objectif de faire signer un bon de commande comprenant souvent un renoncement au délai de rétractation légal. Qualit’EnR présente également le portrait type des consommateurs victimes : les propriétaires d’une maison ancienne, les personnes vivant seules, souvent vulnérables et éligibles aux aides financières les plus conséquentes."

 

 

Les conseils pour ne pas être victime d'une arnaque. 

 

 

Avant de signer :

 

  • Vérifier que l'installateur est qualifié RGE sur France Rénov' ou auprès de l'organisme de qualification
  • Fuir le démarchage direct, les discours trop commerciaux axés sur le chiffrage et la rentabilité de l'installation, les signatures de contrat précipités et se méfier des opérations spéciales
  • Vérifier que vous signez un "devis" et non un "bon de commande", demander si l'entreprise réalise ou sous-traite ses travaux
  • Regarder la durée de chantier (une pompe à chaleur s'insalle entre 1 et 3 jours, pas moins)
  • Faire réaliser trois devis minimum avant d'opter pour un installateur. Des devis descriptifs détaillés et complet de la prestation, distinguant à minima les postes "fournitures des équipements" et "main d'oeuvre" sont nécessaires.

 

Pendant les travaux :

 

  • demander une facture descriptive détaillée et complète de la prestation, conforme au devis (avec désignation précise des matériels installés et références exactes de leur certification). Vérifier que la marque et modèle de l'installation correspondent aux mentions du devis et bien regarder les finitions.
  • Se faire remettre une étude thermique avant ou après le chantier
  • Signer un PV de réception de l'installation
  • Vérifier si un contrat de maintenance de l'installation est proposé
  • En cas de litige, contacter une association de consommateurs et l'organisme de qualification si le différent à une portée technique.

 

Qualit'EnR souligne que seules 1% de ses entreprises qualifiées sont concernées par une réclamation-client, et que seules 0,12% d'entre elles pratiquent ce qui pourrait s'apparenter à de l'auto-délinquance. Une certification est donc généralement un gage de sérieux pour la majorité des entreprises.

 



Source : batirama.com / Emilie Wood & AFP / Image © Mohammed Hassan - Pixabay

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits



Votre avis compte

Les aides aux entreprises face à la crise énergétique vous semblent-elles plus claires et faciles d'accès qu'avant ? (3 votants)
Oui, le Gouvernement a simplifié les choses.
Non, on n'y comprend toujours rien.
 

Articles

Nouveautés Produits



Boutique


Menuiseries et volets roulants