Terre crue et verre à l'honneur dans le projet de 19 folies architecturales de Neuilly

Terre crue et verre à l'honneur dans le projet de 19 folies architecturales de Neuilly

Dix-neuf "folies" architecturales conçues par les architectes Manuelle Gautrand et Edouard François jalonneront en 2025 l'avenue Charles-de-Gaulle à Neuilly-sur-Seine.



Entreprises, marques et institutions publiques qui se porteront candidates pour occuper un ou plusieurs de ces pavillons de 35 m³ pourront choisir entre deux propositions architecturales : la folie en terre crue d'Edouard François et celle en verre de Manuelle Gautrand.

 

La première, cube de terre crue présentant des voûtes et alvéoles stratifiées protégé par un écrin de verre, naîtra d'imprimantes 3D.

 

 

La seconde est un savant agencement de briques de verre issues de verrières récupérées, polies ou mates, assemblées en continu ou en moucharabieh.

 

"Economiques en carbone", "esthétiques", construites "à partir de matériaux recyclés", les folies seront "ouvertes aux expérimentations technologiques", a expliqué le maire de Neuilly-Sur-Seine Jean-Christophe Fromantin mardi 27 septembre. Leur vocation est de donner au public "une expérience différente du commerce traditionnel", a souligné l'élu.

 

Ce projet "suscite un grand intérêt", s'est félicité M. Fromantin qui recevra des entreprises et acteurs publics intéressés, parmi lesquels des marques de luxe et des musées. "On jugera de l'intensité et de la diversité des expériences" que ces prétendants aux folies pourront apporter.

 

Ces 19 "petites extravagances architecturales", inspirées du XVIIe siècle, animeront les 2 kilomètres de l'avenue Charles-de-Gaulle entre la Porte Maillot et La Défense, à l'ouest de Paris, "une zone de très forte activité avec 40.000 emplois salariés", selon le maire.

 

"L'idée est de redonner de l'attractivité à cette avenue qui était devenue une autoroute urbaine", en installant ces folies et en revégétalisant deux de ses dix hectares avec près de 600 arbres et en privilégiant les mobilités douces.

 

Le coût de réhabilitation de cette avenue est estimé à plus de 58 millions d'euros, financés principalement par la Ville avec des subventions des collectivités territoriales et des partenaires institutionnels. Chaque entreprise ou institution publique qui occupera ces folies jouira d'une autorisation d'occupation temporaire (AOT) de 15 ans et devra financer son coût de construction, à savoir 600.000 euros.




Source : batirama.com & AFP

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
Hors-série BATIMAT

Produits


Prémur Rector

Votre avis compte

Les aides aux entreprises face à la crise énergétique vous semblent-elles plus claires et faciles d'accès qu'avant ? (8 votants)
Oui, le Gouvernement a simplifié les choses.
Non, on n'y comprend toujours rien.
 

Articles

Nouveautés Produits



Boutique


La fabrication du bâtiment 1

Fenêtres en travaux neufs Aluminium, bois, PVC - NF DTU 36.5