Prestidigitation à Heudebouville

image

Livrée en février 2022, l’école des "coteaux fleuris" à Heudebouville (27) révèle la jeune agence Hemaa tout en couronnant l’œuvre de l’agence Hesters-Oyon associée.



Encore une petite école en bois !  Oui, un bâtiment certifié E3C2, passif, à énergie positive, quoi de neuf ? Eh bien, dans le bocal de la construction biosourcée, le petit séisme ressemble à la livraison de l’école La Ruche par la jeune agence Tracks, dans le parc naturel du Gâtinais. Peu avant le Covid, les anciens de Vincent Parreira avaient pour ainsi dire triché pour réintroduire une esthétique poétique complètement oubliée dans le domaine de la façade en bois, et cela n’est pas passé inaperçu.

 

 

La façade en Douglas, côté ouest, alignée et répétitive des cinq longéres accollées.

 

 

Quand à l'agence Hemaa Architectes, tout le monde est fasciné par la façon dont de jeunes architectes – passé tout de même chez Brénac et Gonzalez, et associés à la machine à construire Hesters-Oyon – s’acquittent d’un projet de trois classes de maternelle et de trois classes élémentaires, avec restauration, comme s’ils étaient au faîte de leur expérience d’architectes du biosourcé.

 

 

En plein désert

 

 

Heudebouville est située dans l’Eure, entre les bords de la Seine et une bretelle de l’autoroute de Normandie. Trop loin de Rouen, trop loin de Paris sinon pour les résidences secondaires. Un désert médical qui amène à salarier des médecins. 800 habitants et entre le bourg avec l’église et la Seine, déjà en périphérie, une longère très longue qui depuis 150 ans sert de bâtiment public à tout faire, notamment d’école.

 

Pourtant, la situation est en train de changer, il n’y a pas d’échangeur mais tout de même une bifurcation et les logisticiens s’en servent, plus une grande surface d’alimentation, cela veut dire que des familles s’installent et vivent sur place, la longère-école ne fait plus l’affaire. D’autant moins, d’ailleurs, qu’une nouvelle école sera le vecteur du développement du bourg, avec en perspective un projet de construction sur 5 hectares qui devrait porter la population à 1000 âmes.

 

 

Lui, c'est Pierre Martin-Saint-Etienne, le MA de HEMAA

 

 

On assiste ici au lent réveil économique de l’axe Paris-Seine, sur la "Case" de la communauté d’agglomération Seine-Eure centrée sur Louviers, contributrice au projet ; La Case, le Val-de-Rueil en fait partie, là où l’architecte Philippe Madec a pu donner un sens à la notion d’écoquartier. L’AMO Ciclop, qui y réside, accompagne le projet de la mairie d’Heudebouville et veille bien à ce que l’ancienne longère soit réhabilitée sans attendre.

 

 

Lui, c'est Charles Hesters, le HE de HEMAA.

 

 

Double tandem

 

 

Comme la vieille longère est en périphérie, elle jouxte côté bourg un terrain dégagé, descendant légèrement vers la Seine. Concours et premier gros succès du tandem parisien Hesters-Oyon et Hemaa. Que disent les deux jeunes architectes de Hemaa, Pierre Martin-Saint-Etienne et Charles Hesters (le fils, et il y a aussi une fille à l’agence familiale) : "Dès 2018, dans un contexte de commande peu favorable, nous avons décidé de candidater avec l’agence Hesters-Oyon à des concours de maîtrise d’ouvrage publique : une agence aguerrie et une agence en devenir. Hesters-Oyon nous enseignait les rouages de la commande publique, nous apprenait les subtilités fonctionnelles des programmes scolaires, et de notre côté nous maîtrisons de nouveaux outils, et d’autres façons de concevoir le projet, autour des notions de contexte et de durabilité."

 

 

Une architecture de portiques préfabriqués en LC de Douglas.

 

 

Le contexte, c’est la tarte à la crème des architectes, mais chez Hemaa c’est du sérieux. La longère initiale ne peut plus s’allonger, on crée en face de façon orthogonale cinq longères accolées qui permettent d’épouser le terrain en pente. De l’entrée sur la droite on voit l’église et ses ardoises, alors les longères seront enrobées d’ardoise. La durabilité, c’est le bois, le E3C2, le travail avec des entreprises locales et si possible du bois local. Les nouveaux outils, c’est entre autres la capacité à concevoir l’ouvrage à partir d’une répétition de portiques en bois préfabriqués, avec une décomposition du projet en éléments préfabriqués par AGC Construction Bois à Rouen (ex Groupe Pimont).

 

La formule Hesters-Oyon/Hemaa marche du feu de dieu et effectue là une magnifique transmission à partir d’une agence extrêmement fertile et sous-cotée, et une relève puissamment propulsée. Depuis Heudebouville, le tandem de tandem est lauréat d’un groupe scolaire 23 classes à Sartrouville (78). Puis du groupe scolaire Violettes à Mareil-Marly (78), puis du groupe scolaire Paul Serelle à Noisy-Le-Grand (93). Le conservatoire de musique, de danse et d’art dramatique de Poissy, le centre social & culturel d’Evry-Courcouronnes, idem. Mais la première livraison est l’école de Heudebouville avec un peu de retard covidien en février 2022.

 

 

Notoriété internationale


 

 


Le projet coche toues les cases de la qualité architecturale, avec cette façon de traiter la structure un peu de la même façon que l’aménagement intérieur, de jouer entre l’intérieur et l’extérieur, de miser sur le contraste de l’à-plat des ardoises avec leur textures (cheneaux et panneaux photovoltaïques escamotés), et le bois dans ses aspects géométriques, clair et constellé, et la profondeur des interstices réguliers. Hemaa revendique une architecture agile : à la livraison, deux classes sur trois sont occupées (donc 4 sur 6), mais les longères sont dessinées et équipées en infrastructure pour pouvoir s’étendre côté Est et mordre sur les vergers pour l’instant étroitement intégrés.

 

Arthur Gosse d'AGC Construction n'avait pas rencontré jusqu'ici un projet où les architectes ont peaufiné les détails constructifs en amont, également en les partageant avec le charpentier par le biais d'exports IFG à partir de la maquette logicielle de l'agence. Il a été possible pour lui de comprendre l'intention de l'architecte et aussi d'améliorer la fabrication, avec des demi-portiques livrés sur le chantier et des caissons de toiture complets en format 5x3 m.

 

 

Une architecture agile : toute l'infrastructure est prête pour permettre d'allonger les longère et de suivre l'évolution démongraphique présumée du lieu.

 

 

L’ancienne longère, en face, est en cours de réhabilitation et proposera de façon fort logique un service de garderie, au milieu d’un beau jardin normand. La nouvelle école est publiée un peu partout à l’international, au Portugal, aux Pays-Bas… Cette façade de cinq pignons en colonnades doubles de Douglas intrigue. Le portique est en fait en retrait de 50 cm, protégé par un caisson en planches de 40 mm classe 3 saturé, qui, exposé plein ouest, pourra au besoin être remplacé dans quelques dizaines d'années. C'est la prestidigitation Hemaa, tout comme cette juxtaposition de portiques permettant d'escamoter le chéneau et de masquer la traversée orthogonale de l'ouvrage, placée en retrait. Et quand les persiennes intégrée aux fenêtres descendent, elle dialoguent avec les revêtements bois du bâtiment.

 



Source : batirama.com/Jonas Tophoven / Photos © Sergio Grazia

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
Hors-série BATIMAT

Produits


PROCORE

Votre avis compte

Les aides aux entreprises face à la crise énergétique vous semblent-elles plus claires et faciles d'accès qu'avant ? (22 votants)
 

Articles

Nouveautés Produits