Friches industrielles: le programme de réhabilitation est pérennisé

Friches industrielles: le programme de réhabilitation est pérennisé

Les réhabilitations de friches industrielles ou urbaines financées par le plan de relance vont se poursuivre au delà de 2022 avec la "pérennisation du fonds friche", annoncée par le président de la République.





Reconversion d'une ancienne usine, d'un garage ou d'une gare abandonné(e), le "fonds friche", initialement doté de 300 millions d'euros dans le plan de relance, a rencontré tellement de succès auprès des collectivités que Matignon avait plus que doublé son montant au printemps, à 650 millions d'euros.

 

L'annonce de sa pérennisation, probablement jusqu'en 2026 selon la Gazette des Communes, a été faite par le président de la République lors d'une rencontre à la Cité de l'architecture à Paris, portant sur le suivi du programme de revitalisation des centre-villes baptisé "Action coeur de ville".

 

L'Elysée a par la suite détaillé dans un tweet l'ensemble des autres mesures prises pour soutenir l'aménagement des villes moyennes, notamment en poursuivant "la décentralisation des services publics". Selon le bilan marquant le premier anniversaire du plan de relance diffusé par Matignon, le "fonds friche" a pour sa part déjà concerné plus de 500 projets en France, soit "1.365 hectares qui seront réhabilités et dépollués, l'équivalent de 2.500 terrains de football".

 

"Un bouclier anti-déclin dans la France des gilets jaunes"

 

Avec pour l'Etat un double objectif, soutenir financièrement les élus locaux dans des projets de reconversion de sites industriels, destinés à accueillir de nouveaux logements, entreprises ou équipements publics, et lutter contre l'artificialisation des terres. Parmi les projets retenus, le fonds a notamment permis de lancer la reconversion de l'ancienne usine à gaz de Blois, celle d'Annonay, des mines de fer de Caen, une caserne à Verdun ou un garage à Lamballe.

 

En juin, un rapport parlementaire avait proposé la pérennisation de ce fonds pour "accélérer le rebond économique post covid" dans les zones en déprise économique. Il présentait alors ce fonds comme un "bouclier anti-déclin" dans la "France des gilets jaunes".

 

La reconversion des friches est aussi l'un des leviers actionnés par le gouvernement pour atteindre son objectif de "zero artificialisation nette", inscrit en 2018 par Nicolas Hulot dans le plan biodiversité et repris par la loi Climat et résilience avec un horizon à 2050. En France, 20 à 30.000 hectares d'espaces naturels, agricoles ou forestiers sont artificialisés chaque année, une des causes premières du changement climatique, de l'érosion et de la perte de biodiversité.



Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits



Dernière revue

BTR N° 499 - Octobre / Novembre 2021

   

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (957 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique