Eglise de la Trinité: Paris lance le plus gros chantier de restauration de son patrimoine

Eglise de la Trinité: Paris lance le plus gros chantier de restauration de son patrimoine

La Ville de Paris va lancer le plus gros chantier de restauration de son patrimoine, celui de l'église de la Trinité dans le 9e arrondissement, qui prendra fin en 2027 et coûtera 24 millions d'euros.





Construite entre 1861 et 1867 par l'architecte Théodore Ballu, cette église massive évoque l'architecture religieuse typique du Second Empire: monumentale, avec un clocher qui culmine à 65 m de hauteur, et pompeuse, avec une riche ornementation.

 

Fragilisée par des pierres de mauvaise qualité, elle aura connu la malédiction de trois campagnes de restauration qui n'auront fait qu'accélérer les dégradations de ses façades. C'est dès ses premières années que certains matériaux se dégradent, en raison notamment de la pollution provenant en partie des poussières de charbon issues de la Gare Saint-Lazare proche.

 

Une première restauration est menée quinze ans après sa construction, une autre entre 1921 et 1924, une dernière s'achève il y a 36 ans. L'insertion de ragréages à base de ciment métallique accélère la détérioration.

 

Des pathologies identiques pour les églises parisiennes construites au XIXe siècle

 

Pollution, mauvaise qualité des pierres choisies; ce sont les mêmes pathologies principales que rencontrent de nombreuses églises parisiennes construites à la fin du XIXe siècle, observe la mairie de Paris. "Avec son échafaudage à 70 mètres du sol, ce chantier bat tous les records pour la Ville. Il est le plus important qui a démarré lors de la précédente mandature et qui se terminera à la suivante, en 2027", a déclaré Karen Taïeb, adjointe à la maire en charge du patrimoine et des relations avec les cultes.

 

20,2 millions d'euros du chantier de la Trinité seront financés par la Ville et 3,8 millions d'euros par la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) d'Ile-de-France. La première tranche, qui se terminera en octobre 2023, comprend notamment la restauration extérieure et intérieure du campanile, des deux tours lanternes, du mur pignon nord avec sa balustrade.



Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits



Dernière revue

BTR N° 498 - Aout / Septembre 2021

   

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (903 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique