Bois : la profession dénonce des amalgames dans « un coup de gueule »

Bois : la profession dénonce des amalgames dans « un coup de gueule »

« Peut-on passer du bois ? » est le titre provocateur d’un « coup de gueule » de deux responsables de l’Enstib (Ecole Nationale des Technologies et Industries du Bois) qui tiennent à rappeler quelques évidences.





Le bois et les arbres ont de toute évidence une image très contradictoire : le grand public aime les arbres quand il les voit dans des forêts bien entretenues mais il ne supporte pas de les voir abattus et transformés, même pour rénover une cathédrale…

 

Il faut dire que la taille et la beauté des chênes utilisées pour la restauration de la cathédrale Notre-Dame de Paris impressionnent. Et de là à se dire que ces magnifiques espèces auraient mieux fait de rester en forêt, il n’y a qu’un pas que le grand public franchit souvent allègrement.

 

Ces réactions ont suscité la réaction de Laurent Bléron, directeur de l’Enstib (Ecole Nationale des Technologies et Industries du Bois) et Pascal Triboulot, Directeur honoraire de l’Enstib et vice-président de Fibois.

 

Un amalgame permanent dénoncé

 

Intitulé : Coup de gueule : « Peut-on se passer de bois ? », leur publication dénonce « l’amalgame permanent, entre les images chocs de la déforestation en zone tropicales et la réalité de la progression du patrimoine forestier sur tout le continent européen »

 

« … l’impression donnée que les entreprises du bois et les forestiers sont tous « vendus au grand capital » et œuvrent systématiquement à grands coups de monstres mécanisés et d’épandages récurrents de glyphosate et d’autres intrants dévastateurs finissent par lasser » écrivent-ils.

 

D’où leur question : « Peut-on se passer de bois ? C’est la seule question que doit se poser l’opinion public ». Selon eux, « si la réponse est oui, alors acceptons l’idée de l’utilisation tout azimut des ressources fossiles et de la bétonisation de la planète (…) 

 

« Nos forêts pourront alors être mises sous cloche, revenir à l’état primaire, redevenir impénétrables et largement moins agréables pour la promenade ou la sortie VTT du dimanche, ou simplement disparaître, emportées à leurs tours par le réchauffement climatique, dont les effets sont bien plus rapides que la seule adaptation des forêts à leurs environnements » ajoutent-ils.

 

Ne pas considérer les gestionnaires de la forêt comme des suspects

 

En revanche, « si la réponse est non », les deux auteurs préconisent de changer « notre regard sur les spécialistes : gestionnaires forestiers, bûcherons, scieurs, industriels de la deuxième transformation, scientifiques qui prônent un équilibre à travers les multifonctionnalités de la forêt, ou qui mettent en évidence l’intérêt environnemental de l’utilisation du bois, et donc de la récolte des arbres ».

 

Il faut cesser de considérer ces gestionnaires de la forêt comme des suspects, car la forêt est aussi l’une des meilleures illustrations de ce qu’est le développement durable, selon les auteurs qui donnent pour exemple la reconstruction de Notre-Dame

 

« L’opinion public s’est là encore « enflammée » : 3 500 m3 de chênes sacrifiés, inacceptable de récolter les 1000 à 1500 chênes nécessaires à la reconstruction ! » écrivent-ils.

 

« Or, il y a environ 1,3 milliards de chênes rouvres et pédonculés en France. Cette opération représente donc 0.0001% du capital de chênes disponibles… L’accroissement biologique annuel des chênes de France est de l’ordre de 14 millions de m3. »

 

Les chênes de Notre-Dame reconstitués en moins de 2h30 !

 

« Les 3 500 m3 de chêne seront reconstitués dans nos forêts en moins de 2h30…. C’est de l’arithmétique de base niveau CM2 : [(365 jours x 24h) / 14 000 000 m3] x 3 500 m3 = 2,18h", poursuivent les auteurs qui terminent : " 2h30 de production, sans aucun bruit, en prélevant le CO2 atmosphérique et avec le soleil comme seule énergie… »

 

Et de conclure : « La forêt et l’utilisation du bois ont un rôle indispensable dans la réalisation des engagements environnementaux de la France. L’effort de communication et de pédagogie sur la nécessité d’une gestion dynamique de la forêt porte aussi sur les générations de futurs acteurs que nous formons à l’Enstib. Pour eux, nous nous devions d’intervenir dans ce débat ».

 

Photo©F. Leroy


Source : batirama.com/ Fabienne Leroy

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits



Dernière revue

BTR N° 497 - Juin / Juillet 2021

   

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (803 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans