Mercedes électriques : recherche prix et autonomie désespérément

Mercedes électriques : recherche prix et autonomie désespérément

Les fourgons électriques e-Vito et e-Sprinter sont beaux, écolos, agréables à conduire … Ils ont tout bon ? Pas tout-à-fait quand même. Leur prix élevé et leur autonomie dérisoire plombent le tableau.    





Les premiers VUL électriques commencent à pointer le bout de leur capot dans les gammes des constructeurs. Il est temps ! Les restrictions de circulation en ville pour les moteurs thermiques se propagent. PSA a pris de l’avance sur ce plan.

 

Le groupe dispose d’utilitaires électriques bien adaptés aux besoins des artisans du BTP. Mercedes peut aussi s’enorgueillir de deux niveaux de gamme électriques. L’Etoile a choisi d’électrifier ses VUL moyens et grands, c’est-à-dire les Vito et Sprinter. Les deux compères se présentent comme des clones de leurs cousins thermiques.

 

e-vito, un peu de changements

 

Commençons par le e-Vito qui n’est pas une vraie nouveauté mais dont la carrière était totalement léthargique jusque-là. Par rapport au thermique, le Vito électrique se contente de sa variante traction avant mais propose quand même deux longueurs sur trois. Exit, la version la plus courte sur laquelle les batteries manquaient de place.

 

Il faut en effet, loger sous le plancher, plus de 400 kg d’accus empruntés à la Classe S Hybride. Le centre de gravité s’en trouve abaissé, au bénéfice du comportement routier. Le poids sur l’avant est moindre que sur un modèle thermique ce qui occasionne parfois de légères pertes de motricité à l’accélération mais rien de dramatique pour autant.

 

Globalement, ces batteries n’entravent en rien les capacités de chargement, avec des volumes de 6 à 6,6 m3 et des charges utiles supérieures à 1 tonne pour un poids total autorisé (PTAC) de 3200 kg.

 

Pour de courts trajets en ville

 

Les choses se dégradent quand on soulève le capot. Le bloc électrique délivre 116 ch, un peu juste. La vitesse maxi est limitée à 120 km/h, ce qui est suffisant au quotidien. Plus grave en revanche, l’autonomie plafonne à 138 km, ce qui correspond dans la réalité à une grosse centaine de kilomètres. Dans ces conditions, la peur de la panne sèche survient assez vite. Le e-Vito est donc plutôt adapté aux courts trajets en ville...

 

Sur la route, le véhicule est agréable avec des accélérations certes moins franches que celles auxquelles l’électrique nous a habitué mais qui restent suffisantes. L’absence de bruit est bluffante.

 

Des tarifs d’achat élevés

 

A l’intérieur, rien ne change vraiment par rapport à un modèle thermique. Curieusement, le volant se trouve muni de palettes qui permettent de choisir son mode de conduite.

 

Le mode Eco qui privilégie la récupération d’énergie, est le meilleur compromis entre consommation et agrément. Il a en outre, le bon goût d’inciter à rouler cool. Restent les tarifs supérieurs à 45 000 euros… Mercedes semble confondre artisans et nababs.

 

Au tour du e-Sprinter à présent…

 

Comme le e-Vito, le grand utilitaire de Mercedes dispose d’une gamme électrique simplifiée. Cette variante n’est disponible qu’en traction et dans la seule carrosserie L2H2. Basée sur la version thermique apparue en 2019, elle peut recevoir des équipements derniers cris, comme la fort pratique caméra de recul intégrée au rétroviseur intérieur.

 

Sous le capot, on retrouve le moteur 116 ch de l’e-Vito. Il est ici disponible avec deux batteries différentes. L’une garantit 120 km d’autonomie, l’autre 156… un peu trop juste pour un usage quotidien. Pire, question recharge, un plein prend 20 h sur une prise domestique… Une vie ! Sur une Wallbox cette fois, la charge demande 6 heures, ce qui est déjà plus acceptable.

 

Comme sur le e-Vito encore, la vitesse maxi est limitée à 120 km/h, ce qui a le mérite d’interdire les grands excès de vitesse.

 

Prix élevés… Mercedes oblige ?

 

A bord, la planche de bord troque le compte-tours contre un compteur pour la consommation/recharge. Le conducteur a le choix entre trois modes de conduite et 4 niveaux de récupérations d’énergie. L’ensemble s’active via un interrupteur. La boîte automatique et le faible niveau sonore rendent la conduite agréable. Quant au confort, il est très équivalent à un modèle thermique. 

Question prix, le doute n’est pas permis… on est bien chez Mercedes. La gamme électrique débute à 54 500 euros, pas donné-donné.

 

De ce point de vue, les VUL à l’Etoile souffrent de la comparaison avec leurs homologues de chez PSA qui profitent en outre, d’une autonomie deux fois supérieure.  Quoi qu’il en soit, l’Etoile ne compte pas en rester là. La fourgonnette Citan, dérivée du nouveau Renault Kangoo, recevra elle-aussi sa propre variante électrique cette année.

 

Mercedes e-Vito Fourgon 

 

  • Moteur électrique : 85 kW ou 116 ch
  • Capacité batterie : 41 kWh
  • Transmission : automatique à traction avant
  • Autonomie : 138 km
  • Vitesse maxi : 120 km/h
  • Accélération 0 à 100 km/h : 19,4 sec
  • Longueurs : 5,10 m ou 5,40 m
  • Volume de chargement : 6 m3 / 6,6 m3
  • Charges utiles : 989 kg / 964 kg
  • PTAC : 3 200 kg
  • Prix de base : 45 865 euros

 

 

Mercedes e-Sprinter Fourgon 

 

  • Moteur : 85 kW ou 116 ch
  • Capacités batteries : 41 kWh ou 55 kWh
  • Transmission : automatique à traction avant
  • Autonomie : 119 km ou 157 km
  • Vitesse maxi : 120 km/h
  • Longueur : 6,10 m
  • Volume de chargement : 11 m3
  • Charges utiles : 1017 kg / 863 kg
  • PTAC : 3500 kg
  • Prix de base : 54 500 euros


Source : batirama.com/ Nicolas Dembreville

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits



Dernière revue

BTR N° 498 - Aout / Septembre 2021

   

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (899 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique



Installation d'assainissement autonome - NF DTU 64.1