La mairie de Paris annonce des contrôles renforcés sur l'encadrement des loyers

La mairie de Paris annonce des contrôles renforcés sur l'encadrement des loyers

"Encore trop d'abus" : les contrôles sur le respect de l'encadrement des loyers à Paris vont être renforcés à partir de février, a annoncé l'adjoint en charge du Logement à la mairie de Paris.






Introduite en 2015 pour freiner l'explosion des prix dans la capitale, cette mesure emblématique avait été annulée par la justice en 2017 avant d'être finalement rétablie par la municipalité à la mi-2019 pour cinq ans. "L'encadrement des loyers commence globalement à produire ses effets mais il y a encore trop d'abus notamment sur les petites surfaces", a dit  Ian Brossat (PCF).

 

"Ce qui est particulièrement injuste parce que ceux qui en pâtissent sont souvent des jeunes qui ont des petits revenus et qui sont ceux qui payent le plus cher au m2, donc c'est un peu la double peine". "Donc on a besoin que l'encadrement des loyers soit mieux respecté, a fortiori dans le contexte de crise sociale que nous traversons", a-t-il ajouté, une semaine après une réunion des principaux acteurs concernés.

 

"Dès maintenant" et jusqu'à un premier point d'étape en juin, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) multipliera donc les "contrôles aléatoires" sur les annonces immobilières. Ces annonces doivent obligatoirement mentionner les potentiels "compléments de loyer", liés à des prestations exceptionnelles (maisons, vue sur la Tour Eiffel etc), et ce point n'"est pas toujours respecté", selon Ian Brossat.

 

Le montant d'un loyer ne doit pas être 20% supérieur au loyer de référence

 

La DGCCRF a expliqué qu'un contrôle de l'encadrement des loyers ne faisait de ses missions et qu'elle n'avait pas de plan prévu à Paris sur ce sujet. Concernant les annonces déposées par des particuliers sur des plateformes numériques, la mairie souhaite par ailleurs mettre en place "un système capable de détecter les loyers trop élevés" et "d'envoyer automatiquement un message" d'alerte aux propriétaires.

 

A cet outil, s'ajoutera un baromètre "capable de mesurer le taux de conformité des annonces publiées par les agences immobilières et les plateformes numériques", a précisé Ian Brossat. Pour être considéré comme excessif, le montant d'un loyer doit être 20% supérieur au loyer de référence, fixé annuellement par arrêté préfectoral.

 

Depuis la loi Elan de 2018, un bailleur, qui après avoir été mis en demeure refuserait de remettre le loyer à son niveau légal et de rembourser le trop-perçu au locataire, risque une amende pouvant aller jusqu'à 5.000 euros. Les premières sanctions sont tombées à l'automne dernier avec cinq amendes comprises entre 300 et 1.090 euros prononcées à l'encontre de propriétaires contrevenants par le préfet d'Ile-de-France.

 

photo©F. Leroy

Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (484 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique