NF DTU 25.1 - Enduits intérieurs en plâtre

NF DTU 25.1 - Enduits intérieurs en plâtre

Suite à la DEPC*, le NF DTU 25.1 intègre les nouvelles méthodes utilisées pour réaliser des enduits intérieurs en plâtre, répondant à l’évolution des pratiques tout en préservant les techniques anciennes.

Photo ©DR





Domaine d’application

 

Le NF DTU 25.1 « Travaux de bâtiment – Enduits intérieurs en plâtre » donne les prescriptions techniques de mise en œuvre des enduits en plâtre réalisés, sur chantier, manuellement ou par projection mécanique, à l’intérieur des bâtiments, dans toutes les zones climatiques ou naturelles françaises.

 

Le NF DTU 25.1 s’applique :

 

  • aux supports suivants :
    • plaques de plâtre pleines à enduire ;
    • lattis métalliques ;
    • lattes et contre-lattes, lattis en bois ;
    • lattis manufacturés en bois ;

 

  • aux locaux fermés classés :
    • EA (locaux secs ou faiblement humides) ;
    • EB (locaux moyennement humides) ;
    • EB+ privatifs (locaux humides à usage privatif).

 

Il ne s’applique pas :

 

  • aux autres locaux et supports que ceux visés ci-dessus ;
  • au pigeonnage ;
  • à la sous-face de dalle chauffante en béton armé : les dalles dont la température est susceptible d'excéder 35 °C en sous-face ne doivent pas être enduites en plâtre ;
  • aux bardeaux et plafonnettes en terre cuite ;
  • aux autres panneaux composites à base de laine de bois autres que ceux-ci-dessous :
    • panneaux en laine de bois ;
    • panneaux composite à base de laine de bois revêtus sur une face d’un isolant en mousse de polystyrène expansé.

 

La performance des ouvrages n’est pas visée dans ce document normatif. La version en vigueur de ce NF DTU, à la publication de cette fiche, est celle de novembre 2010.

 

Matériaux visés

 

Les exigences que doivent respecter les matériaux nécessaires à la réalisation d’enduits intérieurs en plâtre (plâtres, enduits, eau de gâchage, supports d’enduits, fixations, protection des angles saillants, etc.), sont données dans la partie 1-2 « Critères généraux de choix des matériaux » du NF DTU 25.1.

                                                                                      

Mise en œuvre : l’essentiel

 

Dispositions générales

 

Avant réalisation des travaux, les conditions suivantes doivent être satisfaites :

 

  • les constructions doivent être accessibles, hors d’air et hors d’eau ;

 

  • la partie de l’ouvrage devant recevoir l’enduit intérieur en plâtre doit être à l’abri des intempéries, en particulier du risque d’humidification par apport accidentel d’eau liquide ;

 

  • les produits nécessaires à la réalisation des enduits doivent être stockés également à l’abri des intempéries - et de l’humidité pour les produits sous forme de poudre - et des dégradations éventuelles.

 

Caractéristiques des supports

 

  • leur état doit être vérifié et correspondre, notamment, aux exigences suivantes :
    • le support doit être apte à supporter le poids du plafond et, en un point quelconque, une charge ponctuelle de 100 daN sans que la flèche n’excède 1/500 de sa portée ;
    • le support doit être sec, propre et exempt de suie, bistre, efflorescence, poussières, etc.

 

  • ceux présentant des inégalités doivent être repris, soit ponctuellement à l’aide de surcharges locales réalisées au mortier bâtard, au mortier de plâtre ou au plâtre, soit à l’aide d’un dégrossi sur toute la surface, réalisé au mortier de plâtre ou au plâtre ;

 

  • les murs en maçonnerie ou en béton, de surface lisse, devront subir soit un bouchardage suivi d’un dépoussiérage, soit l’application d’une barbotine additionné d’un adjuvant, soit l’application d’un primaire d’accrochage ;

 

  • les éléments de laine de bois à liant ciment se verront appliquer soit une armature généralisée, soit un gobetis en mortier de ciment alors que les éléments de laine de bois à liant plâtre devront recevoir un dégrossi au plâtre fort complété d’une armature localisée aux joints de panneaux, aux raccordements avec les autres matériaux / éléments de construction, aux angles et aux arêtes. Les éléments de bois à liant magnésien recevront un gobetis avec armature localisée ;

 

  • les plaques de plâtre pleines à enduire sont fixées ou suspendues au support de manière non jointive. Les joints seront ultérieurement bouchés par bourrage au plâtre avant mise en œuvre de l’enduit ;

 

  • les autres types de support devront être conformes à leur NF DTU respectif.

 

Pour un support plan dont l’écart de planéité n’excède pas 5 mm sous la règle de 1 m :

 

  • le taux d’humidité des plaques ne doit pas dépasser 10% en poids lors de leur mise en œuvre ;

 

  • les plaques à enduire sont posées à joints transversaux alternés avec un joint de 5 à 20 mm ménagé entre les plaques qui sont clouées ou vissées sur le support, directement ou par le biais de fourrures. Selon la largeur choisie, les joints seront obturés par une bande de calicot collée ou bourrés au plâtre lors de l’exécution du dégrossi.

 

Pour leur part, les lattis métalliques doivent être disposés en quinconce, l’ouverture des nervures du côté à enduire. Leur fixation est réalisée à l’aide d’agrafes disposées à chaque croisement entre une nervure principale et le support.

 

Mise en œuvre des enduits

 

Les enduits intérieurs en plâtre ne peuvent être réalisés qu’entre 5°C et 35°C.

 

Il sera parfois nécessaire de prévoir une humidification du support (proscrit pour les éléments en laine de bois) ou un traitement à l’aide d’un régulateur de fond.

 

Les enduits peuvent être mise en œuvre :

 

  • manuellement :
    • à la volée sans nu, ni repère, en une ou deux couches ;
    • ou avec nus et repères, en une ou deux couches selon le type de plâtre utilisé ;

 

  • par projection mécanique :
    • à la volée sans nu, ni repère ;
    • avec nus et repères.

 

Mise en oeuvre des enduits

 

  Enduits Enduits au plâtre à haute dureté Enduits au plâtre à projeter

Plâtre employé

B2

B7

Non indiqué

Gâchage

100 kg de plâtre pour 70 L d’eau

100 kg de plâtre pour 50 L d’eau

100 kg de plâtre pour 60 L d’eau

Mise en œuvre

Manuelle : après 1er gobetage, application en une couche sur le support suivi d’un dressage et serrage à la taloche ou au couteau

Application dès la fin du gâchage, en une ou deux couches

Application en une couche (deux passes successives si l’épaisseur dépasse 15 à 20 mm) à la règle dans les 10 à 15 min suivant la projection, suivie d’un serrage à la truelle ou au platoir

Finition

- par coupage de l’enduit à la berthelée à dents puis à la berthelée côté uni pour les enduits en plâtre coupé

- par lissage à la truelle lisseuse pour les enduits en plâtre lissé

Intervient après dressage et serrage à la taloche puis après remouillage par lissage à la lisseuse

Remouillage et feutrage de l’enduit avant la fin de prise suivi d’un lissage à la truelle lisseuse de la laitance formée

 

Le NF DTU 25.1 traite également de la mise en œuvre de l’enduit sur des ouvrages particuliers comme notamment :

 

  • Angles rentrants : dans le cas d’une exécution sur nus et repères, réalisation de cueillies avant façonnage des angles à l’aide du plâtre gâché serré ;

 

  • Angles saillants : traités à l’aide de protège-angles (ou nus sur les deux côtés de l’angle si enduit sur nus et repères) ;

 

  • Corniches et moulures : réalisation à l’aide de calibres en bois tôlés ou zingués découpés selon la forme souhaitée.

 

Caractéristiques de l’enduit fini

 

Les caractéristiques de l’enduit fini attendues sont données dans la partie 1-1 « Cahier des clauses techniques types » du NF DTU 25.1 dont les principales sont rassemblées dans le tableau ci-après.

 

Principales caractéristiques de l'enduit fini

 

Caractéristiques

Valeur attendue

Épaisseur théorique de l’enduit sans nu ni repère

8 mm

Épaisseur théorique de l’enduit avec nus et repères

12 mm

Aspect de surface

Pas de pulvérulence superficielle, ni gerçure, ni craquelure, ni trou ou strie de profondeur supérieure à 1 mm.

Pas de trous ou stries, de façon systématique, de profondeur inférieure à 1 mm.

Planéité locale

Écart inférieur ou égal à 1 mm, entre le point le plus saillant et le point le plus en retrait, sous une règle de 20 cm appliquée sur l'enduit et déplacée en tous sens

Planéité générale de l’enduit sans nu ni repère  

Écart inférieur ou égal à 10 mm, entre le point le plus saillant et le point le plus en retrait, sous une règle de 2 m appliquée sur l'enduit et promenée en tous sens

Planéité générale de l’enduit sur nus et repères  

Écart inférieur ou égal à 5 mm, entre le point le plus saillant et le point le plus en retrait, sous une règle de 2 m appliquée sur l'enduit et promenée en tous sens

 

* directive européenne sur les produits de construction

 

N.B. : Cette fiche rapporte l’essentiel du NF DTU 25.1. Elle ne se substitue en aucun cas à ce document normatif. Pour tout complément souhaité sur ce type de mise en œuvre, consultez le NF DTU disponible auprès de l’AFNOR ou du CSTB.


Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits



Dernière revue

BTR N° 498 - Aout / Septembre 2021

   

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (892 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique


Les toitures et terrasses végétalisées