Centres commerciaux: URW poursuit une année difficile

Centres commerciaux: URW poursuit une année difficile

Le géant des centres commerciaux Unibail-Rodamco-Westfield (URW), qui tablait déjà sur une chute annuelle de ses résultats en pleine crise, a encore abaissé ses prévisions face au reconfinement.






Sur les neuf premiers mois de l'année, le groupe, dans le vert un an plus tôt, a subi une perte nette de 5,45 milliards d'euros. Ses revenus ont atteint 1,53 milliard, un déclin de 17,2% par rapport à la même période de 2019. La perte du groupe est exagérée par le fait qu'elle traduit moins ses performances que l'évolution de la valeur des sites qu'il détient, essentiellement de grands centres commerciaux plombés par la crise du virus à travers le monde.

 

Mais URW, qui possède par exemple le Forum des Halles, subit tout de même une année difficile comme en témoigne un net déclin (-29,5%) de son bénéfice récurrent, indicateur de référence du secteur, à 945 millions d'euros. Il a souffert de la crise sanitaire avec la fermeture au printemps de multiples centres commerciaux dans le cadre des restrictions prises en France et d'autres pays.

 

Les enseignes qui occupent ses centres se sont largement retrouvées en difficulté pour payer leurs loyers. Au troisième trimestre, malgré la réouverture générale des centres, le groupe, qui n'avait pu en encaisser que la moitié au précédent trimestre, n'a pas réussi à en recouvrer un cinquième. Surtout, plusieurs pays européens, dont la France, viennent d'annoncer des reconfinements, ce qui va à nouveau le forcer à négocier des allégements de loyers.

 

Lancement d'un plan de sauvetage

 

URW, qui tablait déjà sur une chute de son bénéfice récurrent cette année, a donc abaissé ses prévisions. Ramené par action, il pourrait tomber jusqu'à 7,3 euros, soit une chute de quelque 40%. Au maximum, il s'établirait à 7,8 euros.

 

"Ce contexte d'incertitude grandissante justifie notre plan", a assuré Christophe Cuvillier, président du directoire d'URW, lors d'une conférence téléphonique. Le groupe a, en effet, lancé un plan de sauvetage qui prévoit notamment une vaste augmentation de capital de 3,5 milliards d'euros. Elle sera examinée par les actionnaires le 10 novembre.

 

Mais un groupe d'opposants, dont l'entrepreneur Xavier Niel, n'en veulent pas et demandent plutôt de céder les centres américains du groupe, acquis voici deux ans lors d'une opération massive, le rachat pour une vingtaine de milliards d'euros de l'anglo-saxon Westfield.



Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (202 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique



Les toitures et terrasses végétalisées