La filière électrique doit créer 200 000 emplois d’ici à 2030

La filière électrique doit créer 200 000 emplois d’ici à 2030

Combien d'emplois seront nécessaires à la filière électrique pour réussir la transition énergétique ? Une étude fait le point et révèle que 30 % des métiers sont déjà en tension.






Menés durant 18 mois, par le cabinet Pwc France, en partenariat avec les acteurs majeurs de la filière électrique et les branches professionnelles, ces travaux, co-financés par le ministère du travail dans le cadre du Plan d’investissement dans les compétences*, ont permis d’établir pour la première fois un diagnostic chiffré des besoins en emplois et compétences dans la filière électrique, liés à la transition écologique et énergétique.

 

L’Engagement de Développement de l’Emploi et des Compétences (EDEC) de la filière électrique s’inscrit dans le cadre de la loi de 2015 « Transition énergétique pour la croissance verte » et du volet Emplois et Compétences de la PPE (PPEC).

 

 

L’une des 2 tables rondes virtuelles du 29 septembre, lors de la présentation des résultats de l’étude, a réuni François Delhaye (haut gauche), Pdt. de la commission formation FFIE, Benoît Coquart (haut droite), Représentant de la FIEEC, IGNES et GIMELEC et DG de Legrand, Christine Goubert-Milhaut, Pdte. de l’UFE (bas gauche) et Pascale Jean, du cabinet Pwc, animatrice de la visio conférence.

 

Une démarche inédite

 

L’Union française de l’électricité a organisé plus de 50 réunions de travail entre les partenaires depuis avril 2019. Cette démarche a réuni les fédérations représentatives du secteur de l’électricité, 4 organisations syndicales et l’ensemble de la chaîne de valeur, des équipementiers aux installateurs électriciens dans le bâtiment. Elle englobe par ailleurs les acteurs territoriaux, qui utiliseront les résultats de l’étude pour relever les défis spécifiques à leur territoire.

 

L’électricité est au cœur des transformations : mutation du système électrique, rénovation énergétique, mobilité propre. Elle représente 25 % de la consommation énergétique totale de la France et 69 % des emplois du secteur de l’énergie. Il s’agit de construire une trajectoire de parcours professionnel pour ces salariés.

 

La filière a été considérée dans son ensemble : les activités amont du système électrique (production, infrastructures, réseau de distribution) et en aval, l’ensemble des usages (bâtiments tertiaires et résidentiels, industrie et infrastructures pour la ville : éclairage et mobilité électrique).

 

600 000 emplois existants dans la filière électrique

 

L’étude quantitative a permis d’identifier 600 000 emplois existants en France, directs et indirects ; des emplois pérennes, qualifiés et ancrés dans les territoires.Le bâtiment compte 220 000 emplois, dont 100 000 liés à l’installation directe de systèmes électriques.

 

300 000 emplois concernent le système électrique, dont 80 % sont dans les territoires, à proximité des clients, en installation, exploitation et maintenances des infrastructures. 50 000 emplois concernent l’énergie hydraulique.

 

42 000 emplois se trouvent dans la fabrication et la distribution d’équipements électriques, une filière qui en totalise 80 000 emplois en comptant l’ensemble des études et développements.

 

Point important : 40 % des entreprises de la filière électrique sont des TPE-PME, pour lesquelles il faut des actions adaptées.

 

 

Perspective d’évolution et création d’emplois

 

En partant des objectifs de la Programmation pluriannuelle de l’énergie décrits en avril 2020, ainsi que des projets d’infrastructures envisagés sur le territoire, l’étude prévoit l’évolution des emplois.

 

Si les objectifs sont mis en oeuvre, en partant sur l’hypothèse basse de la PPE, la création nette d’emplois sera de plus de 200 000 à l’horizon 2030. Notamment pour la rénovation thermique des bâtiments (80 000 emplois) et le déploiement des énergies renouvelables électriques (34 000 postes créés, principalement dans le solaire).

 

Les infrastructures, la ville et la mobilité sont par ailleurs des secteurs très dynamiques (57 000 emplois supplémentaires). Evoquons aussi 9 000 emplois dans les réseaux électriques et 7 000 emplois liés à la fermeture des centrales décrite dans la PPE 2030.

 

30 % des métiers de la filière déjà en tension

 

La partie qualitative de l’étude a pour but de cartographier et identifier les métiers en tension (volumes et qualification). Ces résultats pourront notamment être exploités dans le cadre du Plan Jeunes annoncé en juillet, qui met l’accent sur les métiers d’avenir et les conditions pour y accéder.

 

Parmi un peu plus de 100 métiers identifiés au sein de la filière électrique, 23 doivent faire l’objet d’attentions particulières, au regard des besoins de la transition numérique et énergétique. Soit parce qu’il est déjà difficile de recruter dans ces métiers, par inadéquation de l’offre et de la demande (par ex technicien de maintenance électrique, technicien de réseau).

 

Soit parce qu’on sait déjà que la demande va fortement augmenter (par ex, installateur photovoltaïque). Ou encore parce que ce sont des métiers en cours de transformation, du fait de la transition énergétique mais aussi de la transformation numérique (par ex., électriciens intégrateurs, ingénieurs cybersécurité, data analystes, …, qui interviendront sur l’ensemble de la filière).

 

Aujourd’hui, l’offre de formation professionnelle continue ne satisfait pas pleinement les besoins des entreprises. Diverse et peu lisible, notamment pour les TPE-PME, elle subit des transformations fortes et rapides. Elle doit être adaptée et son accès facilité pour permettre aux entreprises de construire efficacement des parcours professionnels de qualité et dans la durée, avec leurs salariés.

 

Des préconisations selon trois axes

 

A partir de l’état de lieux dressé, trois lignes directrices sont données par le rapport :

 

  • Adapter l’offre de formation professionnelle continue à l’évolution des emplois et des compétences de la filière.
  • Développer l’attractivité des métiers de la filière électrique, notamment auprès des jeunes.
  • Conforter le rôle des territoires dans l’anticipation des besoins et compétences, et la gestion des parcours professionnels, en soutenant les initiatives territoriales et en les mettant en lumière.

 

Faciliter l’accès à la formation professionnelle

 

Pour s’adapter à la transition énergétique et numérique, les TPE et PME ont de très forts besoins de compétences nouvelles, à la fois pour leurs salariés et au travers de nouveaux recrutements. Elles doivent être accompagnées pour identifier ces besoins.

 

Sur la formation initiale, les fédérations professionnelles participent à la révision régulière des diplômes et à la montée en compétence des formateurs.

 

Pour la formation continue, les OPCO doivent aider davantage au financement de la montée en compétence, notamment à l’aide de fonds européens, disponibles mais pas toujours utilisés pour cause de contraintes administratives.

 

La majeure partie des fonds est aujourd’hui utilisée pour les formations auxquelles les salariés se soumettent par obligation, ce qui les incite peu à se former en plus pour évoluer dans leur métier, alors que le rythme des changements n’a jamais été aussi rapide et les besoins si importants.

 

Partager les expériences de parcours d’apprentissage

 

Pour une entreprise, ne pas savoir s’adapter signifie perdre des opportunités d’affaires, et plus largement rater les objectifs collectivement fixés (par exemple, pour arriver à atteindre la neutralité carbone de la France et de l’UE à 2050, il faut que toute la chaîne soit capable d’installer des solutions intelligentes de pilotage des bâtiments). Toute la filière doit donc faire l’effort de se former de façon permanente, y compris les grands groupes.

 

L’apprentissage est un levier important de recrutement, bien identifié et largement utilisé par les entreprises. Il faut encourager les expériences de parcours d’apprentissage partagé entre grands groupes et TPE-PME.

 

Et pour optimiser la qualité et le coût de la formation, il est possible de mutualiser ce qui peut l’être, car de nombreux métiers de la filière ont un socle de compétences techniques et numériques commun.

 

L’attractivité des métiers, un point primordial

 

Parmi les pistes identifiées par l’étude, citons quelques points clés :

Le besoin de diversifier les sources de recrutement trouve une réponse dans la féminisation des emplois de la filière (dans certains secteurs, les hommes sont déjà en minorité). Féminiser les métiers permet d’utiliser au mieux ce grand réservoir de compétences (par ex., le groupe Legrand augmente le nombre d’alternants recrutés en 2020-2021, dont un certain nombre de femmes). Pour cela, il faut donc mettre en place de quoi attirer encore plus de jeunes femmes.

 

Mettre en avant auprès du grand public le rôle stratégique de la filière dans la transition énergétique est un moyen de faire connaître les métiers en tension et de montrer qu’ils sont pourvoyeurs d’emplois qualifiés et pérennes, qui donnent du sens à une activité professionnelle. L’enjeu n’est pas seulement national et les opportunités de travailler à l’étranger sont réelles.

 

La filière électrique et les branches professionnelles doivent maintenant « transformer l’essai » en mettant en œuvre les recommandations de ce rapport, avec le soutien de l’Etat.

 


Source : batirama.com/ Emmanuelle Jeanson

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (210 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique