Vandersanden: son nouveau four à briques est un modèle d'économie d'énergie

Vandersanden: son nouveau four à briques est un modèle d'économie d'énergie

25 % d’émissions de CO2 en moins pour la production de pavés grâce à un nouveau four durable






Le fabricant de briques Vandersanden s’est doté depuis peu d’un nouveau four à briques respectueux de l’environnement sur son site de Tolkamer aux Pays-Bas, produisant des pavés esthétiques pour l’aménagement des rues et des places. Le nouveau four réduit d’environ 25% les émissions de CO2 générées pendant l’ensemble du processus de production. Pouvoirs publics et développeurs ont ainsi la possibilité de créer des revêtements de toute beauté, réalisés dans un esprit d’économie circulaire et en minimisant l’impact environnemental. Le taux d’émissions réduit du four s’explique avant tout par des degrés d’isolation poussés au maximum, une excellente étanchéité à la vapeur et le recours aux dernières techniques en matière de construction.

 

Ce four à tunnel ultramoderne pourrait bien être l’installation la plus innovante et la plus écologique en son genre en Europe. « Vandersanden n’hésite jamais à investir dans l’avenir. Notre nouveau four est la preuve que nous ne nous contentons pas d’être durables dans notre action au quotidien, mais que durabilité et long terme sont aussi inscrits dans notre philosophie. De cette façon, nous évoluons vers un avenir marqué par la neutralité carbone. », explique Jean-Pierre Wuytack, CEO de Vandersanden.

 

La cuisson et le séchage de la brique ont un impact environnemental relativement important. C’est pourquoi Vandersanden a décidé d’investir dans un four à tunnel durable et écologique, afin de rendre son processus de production plus économe en énergie. L’entreprise vise en effet à respecter des normes d’émission de CO2 sans cesse plus rigoureuses dans ses processus de fabrication et à contribuer activement à la transition énergétique.

 

 

D’une longueur de 240 mètres, ce four à tunnel innovant est environ 60 mètres plus long qu’un four conventionnel ; il remplace trois fours à tunnel plus anciens de 140 mètres, la capacité de production totale restant identique. Outre cette longueur exceptionnelle, le four possède une hauteur d’empilage de 80 cm. Dans ces conditions, les phases de réchauffement et de refroidissement lors de la cuisson se déroulent de manière nettement plus progressive ; de ce fait, les déperditions de chaleur sont nettement moins importantes que dans un four classique. Par rapport à ses prédécesseurs, le nouveau four permet une réduction des émissions de CO2 de pas moins de 25 % environ, soit un gain annuel de 5000 tonnes de CO2. Bref, un four au rendement accru et nettement plus écologique.

 

« Les économies d’énergie sont obtenues essentiellement lors de la cuisson des briques, les pertes d’énergie étant moindres en raison de la longueur du tunnel et de la qualité de l’isolation. C’est ainsi que les parois, la couverture et les conduites du four sont munies d’une isolation extrêmement épaisse et efficace, que l’énergie disponible est exploitée de manière optimale et que nous mettons en œuvre les techniques de cuisson les plus modernes », commente Michel Degen, Director Pavers chez Vandersanden.

 

Ce faisant, il se pourrait bien que l’entreprise ait construit le four le plus innovant et durable en son genre en Europe. « Si le principe du four à tunnel n’est pas nouveau en soi, les techniques utilisées et l’isolation le sont bel et bien ; elles contribuent de manière importante à l’excellente efficacité énergétique de l’installation », précise Michel Degen.

 

Un avenir neutre en carbone

 

Ce nouveau four est la preuve que Vandersanden ne se contente pas d’agir de manière durable, mais que la durabilité – et donc le long terme – font partie intégrante de sa philosophie. Grâce aux économies d’énergie réalisées, le nouveau four réduit encore plus l’impact environnemental des pavés de Vandersanden, et donc leur valeur ICE (indicateur de coûts environnementaux). C’est un atout tant pour les maîtres d’ouvrage que pour les développeurs. Comme l’indique encore Michel Degen : « Par nos investissements, nous souhaitons contribuer à la transition vers une économie circulaire. Nous réduisons de manière significative les émissions accompagnant la production de nos pavés, qui ont par ailleurs une durée de vie inégalée de 125 ans en moyenne, et un taux de recyclabilité d’environ 90%. » Par ses solutions économes en énergie au niveau de ses produits mais aussi de sa production, Vandersanden ouvre la voie à des aménagements publics respectueux de l’environnement.

 

 

L’entreprise entend résolument respecter des normes d’émission de CO2 sans cesse plus rigoureuses dans ses processus de fabrication et fournir une contribution concrète à un avenir peu carboné, voire neutre en carbone. « Nous n’hésitons pas à investir dans l’avenir, et croyons en une vision durable. La durabilité, nous ne nous contentons pas d’en parler mais nous la mettons en œuvre, dans la volonté de contribuer à la transition vers un avenir marqué par la neutralité carbone ! », conclut Michel Degen, Director Pavers chez Vandersanden.

 

Vandersanden pratique une philosophie de durabilité qui englobe tous les domaines, allant de la santé et de la sécurité sur les lieux de travail au bien-être collectif de la société et à la viabilité du secteur. Les toits composés de panneaux photovoltaïques de Tolkamer et d’autres sites de production en sont de parfaits exemples.



Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (194 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans