Terrasse bois : la profession veut promouvoir la qualité et baisser la sinistralité

Terrasse bois : la profession veut promouvoir la qualité et baisser la sinistralité

En rejoignant l’Union des industriels et constructeurs bois (UICB), l’Association terrasse bois (ATB) compte mieux promouvoir une mise en œuvre de qualité. Explications de Olivier Kaufman, président de UICB-ATB.






Que représente aujourd’hui l’UICB-ATB en termes de poseurs et de marché (mètres carrés posés) ?

 

Olivier Kaufman : Parce que la profession demeure peu structurée, il est difficile d’avoir des chiffres. Mais de manière générale et en particulier depuis le confinement, la terrasse bois est un secteur en plein essor. Toute la profession, des entreprises aux négoces bois, est débordée. Et il existe des terrasses bois pour tous les projets : sur terrain naturel, sur toit terrasse, sur des balcons et aussi sur pilotis pour relier les pièces de vie de l’étage au jardin. 60 % des terrasses sont réalisées en pin traité, une partie en bois composite, une autre en bois exotique, le mélèze et les feuillus européens représentant une petite part de ce marché.

 

Qui sont les poseurs des terrasses bois ?

 

O. Kaufman : Il existe des entreprises comme la mienne qui sont des spécialistes de la terrasse bois. Nous ne sommes qu’une petite dizaine en France à réaliser des ouvrages en bois exotique de grande qualité. Ensuite, les poseurs sont des paysagistes, qui n’ont pas toujours l’équipement nécessaire, ni la décennale mais qui réalisent de belles terrasses bois, puis des artisans, des entreprises spécialisées dans la MOB, adhérentes d’Afcobois, et enfin des entreprises multi-services ou générales qui ont à faire à ce type d’ouvrages de manière épisodique.

 

Les profils sont hétérogènes, et il n’existe pas dans l’enseignement de formation diplômante dédiée, ni de certification Qualibat. En revanche, à l’image du NF DTU 51.4 Platelages extérieur bois révisé l’an passé et qui existe depuis 10 ans, le secteur se structure au travers de règles professionnelles et de bonnes pratiques qui ont été définies et publiées. Comme la norme produit associée NF B54-040 lames de platelages en bois et d’autres normes connexes telles que la norme CTB-WPC Decking.

 

La chambre syndicale française de l’étanchéité (CSFE-FFB) a publié il y a deux ans des règles professionnelles relatives à la pose de terrasse bois sur étanchéité. Enfin, co-édité avec l'institut FCBA, et en partenariat avec Le Commerce du bois ou encore Bois de France, nous venons de mettre à jour le Guide de conception et de réalisation des terrasses en bois.

 

C’est l’enjeu de professionnaliser la terrasse bois ?

 

O. Kaufman : Malheureusement, ce secteur est sujet à une assez forte sinistralité. D’une part parce que les normes récentes sont peu lues par les artisans. D’autre part, il n’existe pas dans les entreprises d’équipe spécialisée. Le poseur de terrasse bois n’est pas un métier en tant que tel, donc chacun l’exécute un peu selon son idée. Notre cheval de bataille va être de participer à l’éducation du marché afin de réduire cette sinistralité.

 

 

La profession a mis à jour le Guide de conception et de réalisation des terrasses en bois.

 

Comment professionnaliser le métier ?

 

O. Kaufman : En apportant les bons conseils aux personnes qui veulent bien les suivre, en portant la normalisation, les règles de l’art, en délivrant des conseils sur notre site internet. L’ATB-UICB prône la terrasse bois de qualité en contribuant à l’élaboration de toutes ces règles professionnelles qui nous ont d’ailleurs occupées ces cinq dernières années. Nous voulons être un point de contact entre professionnels du secteur, apporter les bons conseils et les bonnes techniques de pose aussi bien aux artisans qu’aux particuliers qui installent des terrasses en bois.

 

Allez-vous œuvrer pour la création d’une certification Qualibat ?

 

O. Kaufman : Pour l’instant, nous n’avons rien entrepris, parce qu’il fallait d’abord que les normes soient stabilisées. Si le DTU 51.4 a déjà dix ans, nous avons passé quatre ans à le réviser puis il a fallu élaborer les règles professionnelles des terrasses sur étanchéité, le guide de conception a pour sa part mobilisé beaucoup de budget. Et enfin, nous avons travaillé à notre fusion avec l’UICB. Nous avons bien sûr de prochains chantiers qui pourraient être la mise en place d’une certification Qualibat ou d’une formation spécifique terrasses bois dans les lycées professionnels. 

 

Quels vont être vos défis avec cette fusion ?

 

O. Kaufman : Nous voulons accroître notre présence aussi bien sur le plan technique que de la communication auprès des professionnels afin de distribuer les bonnes pratiques et de permettre de faire des terrasses en bois de qualité. Eviter les sinistres ne pourra que favoriser la croissance du marché, même si ce dernier se porte très bien. Il ne faudrait plus que les gens arbitrent en faveur du carrelage par exemple, pensant que la terrasse bois est entachée par l’image d’un ouvrage de mauvaise qualité.

 

Pourquoi l’Association terrasse bois rejoint l’UICB aujourd’hui ?

 

O. Kaufman : D’abord, nous sommes vraiment ravis d’être accueillis au sein de l’UICB. Et l’enthousiasme est mutuel. Cette fusion relève d’une suite logique après qu' Afcobois a ouvert le bal des fusions. Mais comme l’UICB reste une union relativement récente, nous attendions qu’elle s’organise avant de poser notre candidature.

 

Enfin, l’ATB est une petite entité qui regroupe une cinquantaine d’entreprises : spécialistes de la terrasse bois, paysagistes, charpentiers, experts judiciaires, ainsi que quelques industriels et négociants. Tous sont très motivés et respirent la terrasse en bois. Une grande partie des membres de l’UICB posent des terrasses en bois, même ceux qui font du collectif.

 

Nous avons beaucoup de choses à apporter sur le plan du savoir-faire, des techniques de pose, de la connaissance du DTU, de la communication puisque nous pouvons apporter des milliers de visuels de réalisation pour alimenter la communication. Nous pensons qu’avec Afcobois et l’UICB nous serons plus forts au sein d’une union pour mutualiser, échanger et partager.

 

 

Selon Olivier Kaufman, désormais président de UICB-ATB, le marché des terrasses bois est en plein essor mais il faut éduquer ses acteurs afin de réduire la sinistralité.


La Terrasse bois en chiffres

 

  • 680 millions d’euros, c’est le chiffre d’affaires de la terrasse bois en France
  • 234 000 m3 de bois sont consacrés à la terrasse
  • 6,2 millions de m2 représentent la surface posée
  • 16 % environ, c’est la part de la terrasse bois sur le marché global des revêtements de sols extérieurs.

 

Qui composent l’UICB ?


L’ATB devient le neuvième groupe métier qui compose le l’UICB et anime son activité au quotidien, aux côtés des Constructeurs, CLT, Lamellé collé, Ossature, Charpente industrielle, Bâtiment agricoles, Poutre en I et Escaliers. De plus, trois associations professionnelles adhèrent à l’UICB, tout en conservant leur structure : AICB (biosourcés), ATF-BPT (blocs-portes, façades de gaines, trappes), SNAPB (applicateurs de préservation).

 


Source : batirama.com / Stéphane Lacaze Haertelmeyer

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (361 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique



La fabrication du bâtiment 1