Lucas, Meilleur apprenti de France maçon, poursuit la saga familiale

Lucas, Meilleur apprenti de France maçon, poursuit la saga familiale

Lucas, 18 ans, est Meilleur apprenti de France (MAF) en maçonnerie et travaille dans l’entreprise de son père, Jean Laugeois, qui a créé sa société. Une saga familiale qui se poursuit malgré la crise du Covid-19.





Légende : Après le 16 mars, l’entreprise Laugeois qui disposait de masques a rapidement pris des mesures de sécurité sanitaire afin de poursuivre ses chantiers, à la demande des clients. Elle a assuré près de 80 % de ses chantiers pendant le confinement.

 

Jean Laugeois, 50 ans aujourd’hui, est fier du parcours de son fils Lucas. Il gère une entreprise générale de Bâtiment tous corps d’état de 4 salariés dans l’Essonne, à St Germain-les-Arpajon. Particularité : il travaille en famille, avec son épouse Krystel (à mi-temps), son fils Lucas, apprenti au CFA de Brétigny-sur-Orge et deux salariés, Michael Vaucelle, son cousin (qui a lui même été formé au CFA de Bretigny en 1989), et Alex Seara Ponteira.

 

Comment est-il devenu maçon ? « Mon père était lui-même artisan et gérait une entreprise générale du bâtiment de 12 salariés » explique Jean Laugeois. Pour autant, au départ, son père ne l’encourage pas vraiment à travailler dans le bâtiment puisque Jean se forme en électronique et obtient un CAP et un BEP.

 

« Mais il m’emmenait partout sur ses chantiers quand j’étais jeune, durant mes vacances scolaires. Et quand j’ai obtenu mes diplômes, il m’a finalement demandé si je voulais travailler avec lui » reprend le chef d’entreprise. En 1988, Jean Laugeois rejoint donc l’entreprise familiale, se « forme sur le tas » et devient rapidement chef de chantier, tandis que son père gère les rendez-vous avec les clients.

 

Un accident de moto et un nouveau départ

 

Un malheureux accident de moto va cependant contraindre Jean à arrêter son activité et l’entreprise. « Mon père a cessé son activité en 1996, dommage collatéral suite à mon accident de moto et mon incapacité à reprendre mon poste auprès de lui » révèle le professionnel.

 

Agé de 30 ans, Jean Laugeois, marié et père d’un premier enfant, - il a deux fils - décide alors de reprendre les études : il se forme durant deux ans à Soisy sur Ecole, dans le cadre d’un reclassement professionnel. Ce retour sur les bancs de l’école lui permet d’obtenir un BEP Topographie ainsi qu'un Bac Pro EPOG (Etudes de prix, Organisation et Gestion de chantiers) avec mention.

 

Sa ténacité et son engagement vont payer puisqu’il recréé son entreprise en 2004 sous forme d’une SARL : JL. Bat Sarl. Et un an plus tard, il reconstitue une partie de l’ancienne équipe en embauchant deux anciens salariés, dont son cousin. Son fils, Lucas, apprenti maçon au CFA de Bretigny sur Orge, l’a rejoint il y a 3 ans, ainsi que Krystel son épouse et associée depuis 2004.

 

 

Lucas a reçu son diplôme de l'un des Meilleurs apprentis de France en maçonnerie à la Sorbonne, en février dernier

 

Beaucoup de travail et peu de main d’œuvre

 

Avant les mesures de confinement, l’entreprise indiquait disposer d’un carnet de commande bien rempli grâce au « bouche à oreille ». JLBat Sarl travaille dans la rénovation chez les particuliers et propose de multiples prestations, telles que les extensions, la création de garages, la pose de clôtures, mais aussi la réalisation de salles de bains avec pose de carrelage et de peinture.

 

« Nous travaillons aussi pour les fenêtriers et installateurs de menuiseries en préparant les ouvertures dans la maçonnerie » précise le gérant de la SARL. « Il y a d’ailleurs beaucoup de travail et malheureusement, pas assez de main d’oeuvre » déclarait en début d’année Jean Laugeois qui a cherché à recruter un second apprenti, en septembre dernier auprès du CFA de Brétigny-sur-Orge, ...sans succès.

 

Une politique de formation et de recrutement d’apprentis

 

Aujourd’hui, l’un des fils du gérant, Lucas Laugeois, a décidé de poursuivre l’aventure familiale. Il a passé son CAP en alternance au CFA de Brétigny et a démarré un BP en maçonnerie.

 

Devenu l’un des Meilleurs apprentis de France (lauréat national) et récompensé en février 2020, il a décidé de tenter les Olympiades des métiers cette année. Mais la crise du Covid-19 a remis en cause les épreuves, dont les sélections régionales en maçonnerie, qui devaient se dérouler fin mars.

 

Cependant, la médaille MAF du jeune homme place aujourd’hui la SARL et toute son équipe sous les feux des projecteurs, à la grande satisfaction et fierté de son gérant qui a bien l’intention de travailler encore de nombreuses années dans un métier « varié et passionnant » mais aussi d’avenir.

 

 

 

L'entreprise propose diverses prestations dont la préparation des baies qui recevront les menuiseries installées par les fenêtriers et menuisiers.

 


Source : batirama.com/ Fabienne Leroy

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.

 

 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Covid-19 : les entreprises du BTP doivent-elles poursuivre leur activité malgré l'épidémie ? (1562 votants)
Oui
Non
 

Boutique

Techniques et pratique du plâtre

Les escaliers

Fenêtres en travaux neufs Aluminium, bois, PVC - NF DTU 36.5