Groupe ISB face à la crise : de la fermeture à la réouverture partielle

Groupe ISB face à la crise : de la fermeture à la réouverture partielle

Les activités du groupe ISB (Innovation Solution Bois) reprennent de manière limitée à compter du mardi 31 mars, afin de répondre aux besoins des négoces, grâce à des livraisons sur stock.






Photo : Exemple de dispositif sanitaire mis en place sur le site nantais d’ISB.©Groupe ISB

 

A l’instar des autres fournisseurs industriels de la filière bois, le Groupe ISB navigue aujourd’hui au rythme de l’actualité. Comme l’indique Philippe Samit, directeur de la Stratégie, Marketing & Développement chez Groupe ISB, le 17 mars dernier, il n’avait encore aucune idée de ce qui allait se passer dans les jours suivants, et encore moins de la date de réouverture partielle des activités de livraison.

 

En revanche, les chantiers amorcés et les réflexions engagées se poursuivent durant cette période. Depuis le changement de gouvernance au sein du groupe au courant de l’été 2019, le Groupe ISB a entamé une stratégie de spécialisation de ses marques, et ce travail doit se poursuivre tout au long de l’année entamée : « Auparavant, il arrivait que nos marques, par exemple Sinbpla et Silverwood, disposent d’une offre identique et soient mises de fait en concurrence par nos clients ».

 

Désormais, la marque Silverwood est attribuée aux produits transformés décoratifs de plus forte valeur ajoutée, tandis que Sinbpla couvre les produits importés ainsi que les bois d’œuvre. Depuis le début de l’année, les résultats de cette stratégie étaient encourageants et même dans la situation actuelle, les équipes continuent de travailler sur cet axe de spécialisation et clarification.

 

 

Philippe Samit, directeur de la Stratégie, Marketing & Développement chez Groupe ISB ©Groupe ISB

 

De la fermeture à la réouverture partielle

 

Philippe Samit résume le feuilleton peu banal de ces deux dernières semaines : « Le lundi 17 mars, nos clients distributeurs ainsi que nos fournisseurs ou clients industriels nous annoncent la fermeture provisoire de leurs activités : les deux jours suivants, nous accompagnons la fermeture progressive de nos sites industriels et la mise en chômage partiel de nos effectifs ;

 

le 23 mars, le gouvernement incite à redémarrer l’activité du bâtiment et à rouvrir au moins partiellement les négoces. Le jeudi 26 mars, nous avons soumis à notre comité exécutif un scénario de reprise partielle avec deux pré-requis : la sécurité de nos employés et la viabilité économique. Ce scénario a été soumis le vendredi 27 mars à un CSE extraordinaire et il a été approuvé majoritairement.

 

De sorte que le lundi 30 mars, nous avons préparé les sites en termes de consignes de sécurité et d’affichage, avec un audit à la fin de la journée. Ce matin 31 mars, quelques enlèvements et livraisons de camions complets ont déjà pu avoir lieu en conformité avec notre protocole sécuritaire ».

 

Philippe Samit souligne que la situation est hautement évolutive et « qu’un point sera fait tous les jours » afin de mesurer les besoins des clients et de s’y adapter. Pour l’instant, la réouverture étroitement encadrée concerne les plateformes de redistribution de Nantes, Honfleur et de Bruz, qui tournent essentiellement sur leur stock. L’unité de traitement autoclave, hautement automatisée, fonctionne également.

 

 

Exemple de dispositif sanitaire sur la plateforme de Bruz (35).©Groupe ISB

 

Penser les étapes suivantes

 

La réouverture partielle s’est faite dans un esprit pragmatique. En fonction du développement de la demande, Philippe Samit espère que les autres plateformes logistiques du groupe pourront également rouvrir partiellement probablement de manière progressive, sur le même modèle et qui sait, dans un second temps, les raboteries.

 

Pour l’heure, l’activité des négoces, reflétant celle des chantiers, est très inégale. Les fournisseurs industriels ne disposent pas de la visibilité requise pour apprécier le redémarrage des chantiers. Le redémarrage des raboteries sera également tributaire de celui des ports et des importations.

 

Les démarches entreprises sont un premier pas, mais dans un second temps, Philippe Samit est persuadé que les industriels du bois, de la construction devront réfléchir ensemble, avec l’aide des distributeurs, des fournisseurs transporteurs, logisticiens, pour proposer des solutions collectives à la situation actuelle.

 

 

L’une des 7 plateformes logistiques du groupe ISB, interfaces au cœur du dispositif actuel de réouverture partielle.©Groupe ISB



Source : batirama.com/Jonas Tophoven

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (199 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique

Plancher Rayonnant Electrique (PRE)